Conférence Lift

02 février 2011 16:46; Act: 02.02.2011 17:07 Print

Les innovations débattues à Genève

La sixième édition de la conférence Lift sur les nouvelles technologies digitales s'est ouverte mercredi à Genève.

Sur ce sujet
Une faute?

D'ici vendredi, quelque mille participants vont débattre des nouvelles tendances autour de 40 intervenants, lors de la conférence Lift, qui se déroule depuis aujourd'hui à Genève.

«La conférence a deux aspects», a expliqué Laurent Haug, fondateur et président de Lift, interrogé par l'ATS. «D'abord proposer des solutions concrètes, comme par exemple l'utilisation des réseaux sociaux sur internet pour le marketing. Ensuite, faire de la prospection, par exemple dans le domaine de la robotique», a-t- il affirmé.

L'e-business, les nouvelles formes de travail à distance, la guerre entre Google et Facebook, la neutralité de l'internet, la protection des données dans les usages robotiques, autant d'aspects de l'innovation soulevés lors des débats, a indiqué Laurent Haug.

Utilisation du net

«La question de l'utilisation du net est l'un des sujets de préoccupation principaux. Les services gratuits se heurtent à des coûts importants. Il faut discuter comment faire payer le trafic différemment, notamment pour les sites les plus coûteux», a affirmé le président de Lift.

«Nous invitons à Lift des personnalités dont l'esprit d'innovation est capable de générer des idées nouvelles et de transformer nos vies», a-t-il expliqué. De nombreuses start-ups sont représentées.

Parmi les intervenants, Don Tapscott, auteur de «Wikonomics», Jean-Claude Biver, PDG de Hublot, Tiffany St James «stratège du numérique», Yasmine Abbas, spécialiste des «néo-nomades» connectés au wifi, Lee Bryant expert de la communication en ligne ou encore l'astronaute Claude Nicollier.

La conférence, dont la première édition a eu lieu en février 2006, gagne chaque année en audience: 1050 participants se sont inscrits à cette édition, contre 850 il y a deux ans et 650 en 2008. «Nous atteignons le maximum de nos capacités», a relevé Laurent Haug. Le budget atteint le million de francs.

(ats)