Web

30 juillet 2014 17:07; Act: 30.07.2014 18:20 Print

Les publicitaires scrutent désormais vos empreintes

Une étude a mis au jour une nouvelle manière d’épier les internautes, dont il est difficile de se débarrasser.

Une faute?

La pratique est testée depuis 2012. Mais il aura fallu la ­publication d’une étude conjointe des Universités de Princeton (USA) et de Louvain (Bel) pour que le pot-aux-roses soit découvert, a rapporté «Le Monde». Le «canvas fingerprinting» (empreinte digitale virtuelle) a été créé par l’entreprise de publicité en ligne Addthis. Son but: connaître tous les sites visités par l’internaute afin de cibler la publicité qui lui sera adressée.

«Nous cherchions un moyen de remplacer les cookies», a confié son directeur, Rich Harris, à la presse spécialisée. Mais pourquoi en secret? Parce que la technique est invasive: lorsqu’un internaute se rend sur une page, son navigateur génère une image unique de ses habitudes de surf. Sans qu’il n’en sache rien. Selon les chercheurs, plus de 5600 sites sont concernés, de YouPorn à celui de la Maison-Blanche. L’autre raison de cette omerta est sans doute la difficulté à s’en débarrasser. Les cookies peuvent en effet être effacés par l’utilisateur, mais pour l’empreinte virtuelle, des programmes antipub entrent en jeu.

La vie privée des internautes sera peut-être toutefois sauvée par les créateurs de la méthode. La phase de test arrive à terme et les résultats semblent peu concluants: «Cette technique ne permet pas d’identifier de manière ­assez unique l’internaute», a déclaré Rich Harris. Le problème? Les sites les plus fréquentés sont les mêmes pour tous. Difficile, donc, de réellement individualiser la pub avec ce procédé

(dmz)