Huawei P30 Pro

28 mars 2019 12:42; Act: 28.03.2019 12:42 Print

On a testé le smartphone qui promet la lune

par Michel Annese, Paris - Avec le P30 Pro, Huawei glisse un téléobjectif dans notre poche. L'appareil est doté d'un quadruple module caméra avec zoom hybride 10x et de hautes performances en basse luminosité.

Une faute?

Dévoilé l'an dernier, le P20 Pro avait permis à Huawei de s'affirmer comme l'un des meilleurs fabricants de photophones, ces smartphones qui font la part belle à la capture de photos. Le P30 Pro, que la firme chinoise a présenté mardi au Paris Convention Centre, continue sur cette lancée en améliorant les capacités de zoom et les performances en basse luminosité de la série P.

Le modèle précédent, premier smartphone à être équipé d'un triple module caméra (codéveloppé avec le spécialiste allemand Leica depuis le P9), proposait un zoom hybride jusqu'à 5x. C’est désormais le double, soit un zoom hybride 10x (5x optique) sur le P30 Pro, qui se transforme ainsi en véritable téléobjectif de poche. Le zoom peut en effet même monter jusqu’à 50x en version numérique! Il devient dès lors facile de capturer des détails d’une vue même à grande distance, comme nous avons pu le constater lors d’une prise en main du P30 Pro dans les rues de Paris.

Quadruple module caméra

Le smartphone déploie un quadruple module caméra (contre trois capteurs sur son petit frère, le P30) doté de trois capteurs alignés à la verticale, à savoir un grand angle de 40 Mpx baptisé SuperSpectrum (objectif ouvrant à f/1.6), un ultragrand angle de 20 Mpx (f/2.2) et un téléobjectif périscopique de 8 Mpx (f/3.4) nommé SuperZoom, auxquels vient s’ajouter un quatrième réservé au seul P30 Pro, un ToF (Time of Flight). Ce dernier est notamment alloué aux effets de profondeur de champ (bokeh, flou d'arrière-plan) pour les photos de portraits. Le quadruple module photo est par ailleurs assisté par un système de double stabilisation, intégré sur le capteur principal et le téléobjectif.

Le Huawei P30 Pro

Un champion en basse luminosité

Grâce à son large capteur SuperSpectrum RYYB, qui remplace les pixels verts par des pixels jaunes, le P30 Pro atteint des indices d’ISO maximum de 409’600 (contre 204’800 pour le P30 et seulement 102'400 sur un reflex Canon 5D Mark IV). Il en résulte des images d’une clarté surprenante en basse luminosité. Le patron de Huawei, Richard Yu, ne s’est d’ailleurs pas fait prier lors de la présentation pour en faire la démonstration en s’adonnant au jeu des comparaisons. Il a ainsi mis côte à côte les capacités de l’iPhone XS Max, du Galaxy S10 Plus et du P30 Pro en matière de capture en très basse luminosité et de zoom, notamment avec une photo de la Lune. Et, comme on dit, «y a pas photo».

Dans nos tests avec un iPhone XS Max, si le rendu des couleurs peut parfois aller à l’avantage du smartphone d'Apple, plus fidèle à la réalité, la maîtrise des images en basse luminosité et les capacités de zoom (à condition de ne pas abuser du zoom numérique) donnent le P30 Pro grand vainqueur pour prendre des images de nuit, même sans le mode de prise de vue «Cliché nocturne».

Le dirigeant de Huawei n’était d’ailleurs pas peu fier d’annoncer le score accordé par le laboratoire de référence français DxOMark, qui place le smartphone chinois à la tête de son nouveau classement des meilleurs photophones. Avec 112 points, il dépasse le Huawei P20 Pro, son cousin le Huawei Mate 20 Pro, ainsi que le Galaxy S10 Plus de Samsung, tous les trois à 109 points.

Deux images en une

Autre particularité, le smartphone est capable, avec le mode Dual-View, de filmer avec deux objectifs simultanément afin de capter en même temps une vue rapprochée sur le côté gauche de l’image et une vue grand-angle sur la droite. Un mode que nous n’avons pas eu l’occasion de tester personnellement, car il sera ajouté lors d’une prochaine mise à jour logicielle. Quant aux adeptes de la photo macro, ils pourront approcher le smartphone jusqu'à 2,5 cm du sujet à photographier, contre quelque 6 cm au minimum pour la concurrence.

Reconnaissance faciale efficace, mais à éviter

Du côté de la caméra frontale de 32 Mpx (f/2.0), elle vient se loger au sommet de l’écran incurvé OLED 6,47 pouces (FHD+ 2340 x 1080 pixels, contre AMOLED 6,1 pouces sur le P30) dans une petite encoche en forme de goutte d’eau. Nous éviterons pour notre part de l’utiliser pour déverrouiller l’appareil avec la reconnaissance faciale, tant le système semble peu sécurisé. Il nous a suffi d’afficher une photo du visage sur l’écran d’un second smartphone pour le tromper... On lui préfère le capteur d’empreintes positionné sous l’écran qui est censé être 30% plus rapide que sur le Mate 20 Pro.

Équipé d’une batterie de 4200 mAh, le P30 Pro propose la supercharge 40 W qui assure 70% d'autonomie en 30 minutes, ainsi que la charge inversée sans fil qui permet au smartphone de recharger toutes sortes d’autres appareils compatibles. Cette technologie n'est pas une nouveauté chez Huawei. Les possesseurs du Mate 20 Pro peuvent déjà en profiter.

Comme ce modèle lancé à l’automne 2018, le P30 et le P30 Pro sont propulsés par la puce maison Kirin 980 dopée à l’intelligence artificielle. Tournant sous Android 9 Pie et la surcouche logicielle EMUI 9.1, ils embarquent respectivement 6 Go et 8 Go de mémoire vive. Quant à l'espace de stockage, Huawei le propose à partir de 128 Go, avec deux autres versions 256 Go et 512 Go pour le P30 Pro, et la possibilité de l'étendre avec une carte nano SD.

Pas de 5G

Pas compatibles avec le réseau 5G, les P30 et le P30 Pro viennent concurrencer les Samsung S10 et S10 Plus, l'iPhone XS et XS Max, le Mi9 et le OnePlus 7. En Suisse, ils seront commercialisés dès le 5 avril au prix respectif de 749 francs et 999 francs dans leur version 128 Go. Le P30 Pro sera proposé dans les coloris Black (noir), Breathing Crystal (bleu ciel), Aurora (bleu) et Amber Sunrise (rouge).

Smart Eyewear : Huawei sort ses lunettes connectées