Web

10 mai 2017 22:22; Act: 11.05.2017 07:51 Print

Opera laisse tchater dans son navigateur

Le logiciel agrémente les sessions de surf en affichant les apps de messageries populaires de ses habitués.

Sur ce sujet
Une faute?

Les navigateurs web pour ordinateur ont cédé la vedette à leurs déclinaisons mobiles sous forme d’applications. Cela ne les empêche pas d’avoir encore un rôle à jouer, notamment grâce à une large palette de services accessibles directement depuis le Net. Outsider sur le marché, le No 5 mondial, Opera, multiplie les initiatives pour se démarquer des solutions des géants Google, Microsoft, Apple et de la fondation Mozilla (Firefox).

Sa dernière version «Reborn» permet d'intégrer, en quelques clics ou tapotements, les messageries WhatsApp, Messenger et Telegram. Les comptes viennent s’aligner sur la colonne de gauche de l'interface, à l’exemple du contenu proposé par des extensions de navigateur.

Ces nouvelles fonctionnalités intégrées s’ajoutent aux options de navigation privée déjà existantes permettant d’éviter les messages publicitaires et de passer par un serveur virtuel (VPN). Comme ses concurrents, Opera propose d’avoir un compte synchronisé avec son app de navigation pour mobile.

Inspiré d'une version prototype

La mouture «Reborn» d’Opera s’est inspirée de «Neon», une version expérimentale beaucoup plus déconcertante pour l’internaute. On y navigue à travers une nébuleuse de bulles où la page web est représentée sous forme d’une icône d’application. «Passer directement à un outil qui est à la fois navigateur et interface, c’est beaucoup de changement d’un coup. Mais cela montre clairement le besoin de renouveau dans ce domaine», commente David Delmi, fondateur de Hardah, une start-up romande spécialisée dans les interfaces graphiques d’internet.

(laf)