Facebook

17 février 2020 13:41; Act: 18.02.2020 06:33 Print

Réseaux sociaux: l'UE menace de réguler

Mark Zuckerberg, le dirigeant et fondateur de Facebook, était à Bruxelles lundi pour aborder les problèmes de régulation des réseaux sociaux.

storybild

Mark Zuckerberg a rendez-vous avec la vice-présidente de la Commission européenne en charge du numérique. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Commissaire européen à l'Industrie, Thierry Breton, a mis en garde lundi les plateformes contre des «mesures contraignantes» si elles ne s'autorégulent pas sur les contenus haineux, illicites ou les fakenews.

L'ancien ministre français de l'Economie s'exprimait après avoir rencontré à Bruxelles le patron du plus grand réseau social Facebook, Mark Zuckerberg. M. Breton a indiqué avoir eu un «très bon dialogue» avec ce dernier.

La visite à Bruxelles du fondateur du plus grand réseau social, qui détient également Instagram et Whatsapp, survient quatre semaines après celle du patron d'Alphabet, maison mère de Google, Sundar Pichai, qui avait appelé l'UE à une «approche proportionnée» pour réglementer l'intelligence artificielle.

«Besoin de régulation»

La Commission européenne a entamé une «enquête préliminaire» à l'encontre de Google et de Facebook, afin de savoir comment ils collectent les données personnelles de leurs utilisateurs et à quelles fins.

Dans une tribune, parue lundi dans le quotidien des affaires britannique Financial Times, Mark Zuckerberg souligne que «les géants de la tech ont besoin de plus de régulation».

«Je ne pense pas que les entreprises privées devraient prendre seules autant de décisions lorsqu'elles touchent aux valeurs démocratiques fondamentales», écrit-il. Et de rappeler que l'année dernière, il a «appelé à une réglementation dans quatre domaines : les élections, les contenus préjudiciables, la vie privée et la portabilité des données».

De son côté, le commissaire Breton a affirmé, dans un entretien au quotidien français les Echos de lundi que «les grandes plateformes ne peuvent pas continuer à vivre en disant nous sommes un simple réseau de télécommunications . Ce monde-là a vécu.» «Chacun doit prendre ses responsabilités quant aux propos et contenus qui s'échangent en ligne. Cela s'est fait jusqu'à présent sur la base de codes de conduite et d'approches volontaires des grands acteurs», a-t-il ajouté.

«Vu l'ampleur prise par certaines dérives et les risques pour la démocratie, il faut une approche plus contraignante et spécifique. Nous allons la bâtir sans acrimonie mais avec responsabilité. Cela fera l'objet du Digital Services Act (grande législation sur les services numériques, ndlr) que nous préparons pour la fin de l'année», a-t-il ajouté.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rantanplan le 17.02.2020 17:44 Report dénoncer ce commentaire

    Intox

    Menteur comme un arracheur de dent.

  • Claude52 le 17.02.2020 17:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sans

    Il est là pour échapper aux taxes des GAFA et comme porte paroles de Trump.

  • Sara Cole le 17.02.2020 18:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cache-t-il une épée derrière un sourire ?

    Le viol à l'insu de son plein gré !

Les derniers commentaires

  • Ouèsava le 18.02.2020 08:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Contradictoire

    D'un côté l'Europe veut prendre la tête de la recherche en IA (tu parles, avec 20 ans de retard, c'est pas gagné), de l'autre elle veut mettre son nez dans tous les coins pour être sûre que rien ne sorte du cadre. Je n'ai jamais vu que les chercheurs travaillant sous contraintes trouvaient des trucs vraiment intéressants. Ce qui tend à démontrer qu'il faut virer les trois quarts des administratifs en charge de la marche de nos pays, nous ne nous en porterions que mieux. Quitte à les payer à ne rien faire, ce sera toujours moins coûteux que leur thérapie occupationnelle.

  • maître Capello le 18.02.2020 00:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mettre

    faut reguler trop gent pas écrire bien fracais pas bien pour jeunes

  • breton le 17.02.2020 18:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Thierry

    Ah il sont bien placés pour parler de risque pour la démocratie. Ils veulent censurer c'est tout. Voilà où va l'UE.

  • Sara Cole le 17.02.2020 18:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cache-t-il une épée derrière un sourire ?

    Le viol à l'insu de son plein gré !

  • Rantanplan le 17.02.2020 17:44 Report dénoncer ce commentaire

    Intox

    Menteur comme un arracheur de dent.