Allemagne

21 octobre 2010 15:46; Act: 21.10.2010 15:58 Print

Plus de 244 000 foyers snobent Street View

Environ 3% des foyers des 20 villes allemandes répertoriés sur le service de cartographie de Google ont exigé leur retrait.

storybild

Google Street View n'est pas toujours le bienvenu dans les foyers allemands.

Sur ce sujet
Une faute?

Le groupe américain Google a indiqué qu'un peu plus de 244.000 foyers allemands s'étaient opposés à la mise en ligne de leur maison ou immeuble par le programme "StreetView" de la société, soit environ 3% du total des foyers dans les 20 villes allemandes concernées.

Le lancement par le géant de l'internet de son programme «StreetView», qui répertorie avec des photos rues et bâtiments dans les principales villes de nombreux pays, est très contesté en Allemagne, pays particulièrement sensible au respect de la sphère privée des individus.

Outre le floutage des visages et des plaques d'immatriculation des voitures, pratiqué partout où «StreetView» a été lancé, Google avait donné aux Allemands la possibilité de faire opposition à l'avance à la mise en ligne de la photographie de leur maison ou de leur immeuble, et ce jusqu'au 15 septembre.

Sur un total de quelque 8,5 millions de foyers concernés, «nous avons reçu 244.237 oppositions, soit 2,89% des foyers», indique Google sur un blog. Une porte-parole de la société en Allemagne n'a pu préciser à combien de bâtiments exactement correspondait ce chiffre.
«Vu la difficulté du processus, certains bâtiments que les gens nous ont demandé de flouter seront visibles quand nous lancerons le service dans quelques semaines», prévient Andreas Türk, responsable produit de en Allemagne, dans une contribution sur internet.

«Dans n'importe quel système de ce type il y a des erreurs», ajoute-t-il. Certaines personnes ont demandé que leur habitation ne figure pas sur le logiciel, mais sans fournir d'adresse précise, par exemple.

«StreetView» est déjà disponible dans 23 pays. En Allemagne, le service concernera la capitale Berlin, ainsi que, dans l'ouest du pays, Bielefeld, Bochum, Bonn, Dortmund, Duisbourg, Dusseldorf, Essen, Francfort, Cologne et Wuppertal, dans le nord Hambourg, Hanovre et Brême, dans le sud Mannheim, Munich, Nuremberg et Stuttgart, et dans l'est Leipzig et Dresde.

La ministre allemande de la Protection des consommateurs Ilse Aigner était intervenue publiquement pour réclamer au groupe américain des mesures supplémentaires de respect de la vie privée.
L'Allemagne est le seul pays où les habitants ont eu la possibilité de demander le floutage de leur domicile avant le lancement du programme. Dans tous les autres, les habitants ont dû attendre la mise en ligne des photographies pour éventuellement demander leur retrait.

La fédération allemande des hautes technologies Bitkom a estimé jeudi dans un communiqué que «malgré l'alarmisme, la plupart des Allemands ont réagi de manière réfléchie».
«Nous souhaiterions qu'à l'avenir l'un ou l'autre responsable politique accompagne l'arrivée de tels services avec plus de mesure et évite d'inquiéter la population», a commenté le directeur de la fédération Bernhard Rohleder, cité dans un communiqué.

Google StreetView fait toutefois l'objet de débats ailleurs qu'en Allemagne, qui ne portent pas sur le principe même du service, mais sur le fait que la société a pu recueillir des informations privées via des réseaux internet sans fil non protégés, pendant qu'elle photographiait des immeubles.
Le groupe américain a été épinglé pour cette raison par exemple au Canada et en Espagne.

(afp)