Cartographie au Japon

20 décembre 2010 10:46; Act: 20.12.2010 15:19 Print

Quand Street View dévoile des dessous

Une femme poursuit Google en justice pour la publication sur le service de balades virtuelles à 360° de photos de sa lingerie suspendue à une corde à linge.

Une faute?

Une Japonaise a porté plainte contre Google et réclame 600'000 yens (6900 francs) au géant du web pour lui avoir causé une «détresse psychologique». La faute à des sous-vêtements que la plaignante avait suspendu à une corde à linge devant la façade de son appartement et dont les photos se sont retrouvées sur le service Street View.

«J'ai été assaillie par un sentiment d'anxiété, de peur de devenir la cible de prédateurs sexuels», a déclaré la femme lors de la première audience, qui s'est déroulée la semaine dernière dans la ville de Fukuoka. «Cette angoisse m'a fait perdre mon poste de travail et j'ai dû déménager», a-t-elle raconté au tribunal, rapporte le «Telegraph».

C'est au printemps dernier que la femme avait découvert les clichés de sa lingerie exposés aux yeux de tout le monde sur le service de Google, alors qu'elle cherchait des images de son appartement où elle vivait seule. La vision de ces photos a aggravé le trouble obsessionnel-compulsif dont elle souffrait déjà, selon son témoignage.

En octobre dernier, la firme de Mountain View avait retiré les clichés immédiatement, après sa plainte, sans satisfaire la plaignante. «J'aurais pu comprendre s'il s'agissait juste d'une photo de l'extérieur de l'appartement mais montrer des sous-vêtements d'une personne exposés à l'extérieur, c'est une erreur.»

(man)