Révolte en Egypte

01 février 2011 11:07; Act: 01.02.2011 20:10 Print

Une marée humaine inonde le centre du Caire

Un million de manifestants au moins sont descendus mardi dans les rues des villes d'Egypte pour réclamer le départ du pouvoir du président Hosni Moubarak.

Voir le diaporama en grand »
17.08 Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a promulgué une nouvelle loi antiterroriste controversée. Outre la création de tribunaux spéciaux, elle fournit des protections juridiques aux membres des forces de l'ordre chargés de la mettre en oeuvre. 16.06 La justice égyptienne a confirmé mardi la condamnation de l'ancien président Mohamed Morsi à la peine capitale pour son implication dans une évasion collective et dans le meurtre de policiers en 2011. Ce verdict peut être contesté en appel. 02.06 La confirmation ou l'infirmation de la peine de mort infligée il y a deux semaines à l'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi a été reportée mardi au 16 juin. 16.05 L'ex-président égyptien Mohamed Morsi, déchu en 2013, déjà condamné à 20 ans de prison, a été condamné à mort, samedi, pour des évasions de prison et des violences durant la révolte de 2011. 20.04.15 L'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi risque d'être condamné à mort mardi pour avoir incité au meurtre de manifestants. Le jugement interviendra 20 mois après sa destitution par Abdel Fattah al-Sissi, l'actuel président. 08.04.2015 Un nouveau groupe de près de 400 partisans de l'ex-président islamiste Mohamed Morsi seront jugés en Egypte pour des violences meurtrières, dont la mort de deux policiers en août 2013, a annoncé mercredi le parquet. 31.05.2014 Hamdine Sabahi a reconnu sa défaite à la présidentielle égyptienne, samedi. Il estime toutefois que les résultats sont faussés. L'Egypte a voté pour élire son nouveau président. 01.02 Les opposants à Mohamed Morsi se sont massés devant l'Académie de police du Caire, où le président islamiste destitué a brièvement comparu samedi. Il est jugé dans le cadre d'un procès lié à la mort de manifestants lors de violences sous sa présidence. L'audience reprendra le 4 février. 28.01 Le président destitué Mohamed Morsi, jugé dans quatre affaires différentes, comparaît dans un box grillagé, doublé d'une paroi de verre. 14.01 Une bombe de faible puissance a endommagé la façade d'un tribunal du Caire mardi deux heures avant le début d'un référendum constitutionnel, un scrutin s'apparentant à un plébiscite pour le chef de l'armée. 08.01 Le procès de l'ancien président égyptien Mohamed Morsi, qui devait reprendre mercredi au Caire, a été ajourné au 1er février, a annoncé le juge qui présidait l'audience. 03.01.2014 Des heurts entre Frères musulmans et policiers ont fait au moins onze victimes dans le pays. 26.12 Les Frères musulmans déclarés terroristes, les soutiens du président déchu Mohamed Morsi ont manifesté dans plusieurs villes du pays, malgré les interdictions. 18.12 Le président islamiste Mohamed Morsi, destitué par l'armée et actuellement jugé pour la mort de manifestants, comparaîtra aussi pour «espionnage» en vue de mener des «actions terroristes» impliquant des groupes jihadistes, a annoncé mercredi le parquet égyptien. 01.12.2013 Des heurts ont éclaté dimanche 2er décembre au Caire entre des habitants et la police, après qu'un policier eut tué par balle un étudiant. 04.11 Le président égyptien déchu Mohamed Morsi est arrivé lundi matin à l'académie de police du Caire où son procès doit s'ouvrir dans la matinée, rapporte la télévision d'Etat. 09.10 Les Etats-Unis ont annoncé qu'ils «recalibraient» leur aide à l'Egypte en suspendant notamment la livraison d', de missiles et de pièces de chars d'assaut, en représailles à la sanglante répression contre les partisans du président déchu Mohamed Morsi. 09.10 La date du début du procès de Mohamed Morsi a été fixée mercredi au 4 novembre. Il est accusé d'incitation au meurtre de manifestants, en décembre 2012 au Caire. 04.10 Un homme a été tué par balle vendredi au Caire dans les affrontements qui ont émaillé des manifestations de partisans de l'ancien président islamiste Mohamed Morsi. 28.09 La phase de transition en Egypte prendra fin «avant le printemps» prochain, a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères, Nabil Fahmy. 12.09 Décrété le 14 août, l'état d'urgence a été prolongé de deux mois jeudi par le gouvernement égyptien. Des milliers de protestants sont descendus dans les rues du Caire. 06.09 Les voyagistes Kuoni, Hotelplan et Tui Suisse ont prolongé vendredi la période d'annulation gratuite des voyages à destination de l'Egypte. 05.09 Une attaque au véhicule piégé a visé jeudi matin au Caire le convoi du ministre égyptien de l'Intérieur Mohamed Ibrahim, qui a survécu à l'agression. 01.09 La télévision officielle égyptienne a annoncé dimanche soir que Mohamed Morsi allait être être jugé pour «incitation au meurtre» sans donner de date de procès. 31.08 Le numéro un des Frères musulmans, Mohamed Badie, a été victime d'une crise cardiaque en prison, rapportent des médias égyptiens samedi. 29.08 La police a arrêté jeudi Mohamed Beltagi (photo), important cadre des Frères musulmans, ainsi que Khaled al-Azhari, ministre du Travail du gouvernement de Mohamed Morsi 20.08 Mohamed Badie, le guide suprême des Frères musulmans, a été arrêté tôt mardi matin au Caire. 19.08 Les cercueils des policiers tués lundi dans le Sinaï sont transportés par leurs camarades sur le tarmac de l'aéroport militaire d'Almaza. 19.08 L'Egypte a fermé lundi le point de passage de Rafah vers la bande de Gaza, après la mort d'au moins 24 policiers dans le Sinaï. 18.08 Le Ministère égyptien de l'intérieur a annoncé dimanche l'interdiction des «comités populaires», des milices de quartiers anti-islamistes. 18.08 Le général Abdel Fattah al-Sissi a assuré dimanche que l'Egypte ne «plierait» pas devant la violence des islamistes. 17.08 La police a échangé samedi des tirs avec des partisans du président déchu Mohamed Morsi, retranchés dans une mosquée du Caire. 17.08 La mosquée a été évacuée dans le courant de l'après-midi par les forces de l'ordre. 17.08 Les forces de l'ordre peinaient toutefois à prendre le contrôle total du minaret de la mosquée Al-Fath. 17.08 16.08 Le fils de Mohamed Badie, guide suprême des Frères musulmans, la confrérie du président déchu, a été tué par balles vendredi au Caire. 15.08 Alors que l'Egypte compte ses morts, plus de 460 selon un bilan officiel qui ne cesse d'augmenter, les partisans du président déchu Mohamed Morsi appellent à poursuivre les manifestations au Caire. Une centaine de cadavres étaient toujours exposés jeudi matin dans la morgue improvisée située dans le QG des Frères musulmans. La mosquée Rabaa al-Adawiya où se sont déroulées les manifestations de la veille. A la suite des violences, l'état d'urgence a été décrété pour un mois et un couvre-feu est imposé dans la moitié du pays de 19h à 6h. 14.08 Les heurts entre partisans de Mohamed Morsi et forces de l'ordre au Caire ont fait des centaines de morts et plus de 1500 blessés. 14.08 Des manifestants ont précipité un fourgon de police d'un pont. 14.08 Les images impressionnantes de la chute du véhicule ont été diffusées sur les réseaux sociaux. 14.08 Le bilan de cette chute est inconnu. 14.08 L'état d'urgence a déclaré pour un mois. 14.08 La coalition de mouvements islamistes soutenant le président déchu Mohamed Morsi a appelé mercredi soir les Egyptiens à manifester dans tout le pays pour dénoncer le «coup d'Etat» militaire. 14.08 Le vice-président égyptien et prix Nobel de la paix Mohamed ElBaradei a présenté sa démission mercredi 14.08 Dans une allocution télévisée diffusée mercredi soir, le Premier ministre par intérim Hazem Beblawi a dit tenir à «remercier la police pour avoir agi avec la plus grande retenue». 14.08 14.08 14.08 Au moins 124 partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi ont été tués mercredi sur l'une des deux places évacuées de force au Caire. 12.08 Les pro-Morsi maintiennent la pression dans différents endroits de la capitale égyptienne. 03.08 William Burns (à gauche), un important émissaire américain, a mené une tentative de médiation en Egypte. Il y a rencontré le vice-président par intérim et prix Nobel de la Paix Mohamed ElBaradei (au centre). 27.07 Les affrontements survenus samedi au Caire ont fait au moins 65 morts, a indiqué le Ministère de la santé dans un communiqué. 27.07 Environ 75 partisans du président égyptien destitué Mohamed Morsi ont été tués dans des affrontements avec la police tôt samedi matin sur la route de l'aéroport du Caire. 26.07 La justice égyptienne a ordonné vendredi la détention du président déchu Mohamed Morsi pour complicité présumée avec le Hamas début 2011. 23.07 Au moins six Egyptiens ont été tués et une quinzaine de personnes blessées mardi lors d'une attaque contre une manifestation de soutien au président islamiste déchu Mohamed Morsi. 22.07 La famille de Mohamed Morsi va poursuivre devant les juridictions nationales et internationales le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Sissi, a annoncé lundi la fille du président égyptien déchu. 16.07 Au moins 400 personnes ont été interpellées à la suite des violences de la nuit au Caire, qui ont fait sept morts en marge de manifestations de partisans du président déchu Mohamed Morsi. 15.07 De nouveaux heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont fait au moins 22 blessés cette nuit au Caire. 09.07 L'économiste Hazem al-Beblawi, un ancien ministre des Finances, a été nommé mardi Premier ministre d'Egypte, a annoncé le porte-parole de la présidence, Ahmed al-Muslimani. Plus de 50 personnes ont été tuées lundi au Caire lors d'une manifestation pro-Morsi, les Frères musulmans appelant au «soulèvement» à la suite de ce «massacre». 08.07 Des collaborateurs d'al-Jazeera en Egypte ont démissionné en raison d'un désaccord sur la ligne éditoriale de leur employeur, a indiqué lundi un responsable de la chaîne qatarie à Doha sans préciser leur nombre. Il serait de sept, selon des médias. 08.07 Au moins 42 personnes ont trouvé la mort aux premières heures du matin au Caire lors d'une manifestation de partisans de Mohamed Morsi 07.07 Les nouvelles autorités égyptiennes semblaient dimanche revenir sur le choix annoncé samedi soir de Mohamed ElBaradei comme Premier ministre, pour ne pas s'aliéner les salafistes. 05.07 Vendredi soir, l'armée a annoncé qu'elle interviendrait pour séparer les partisans pro et anti-Morsi massés sur la place Tahrir 05.07 05.07 Les affrontements entre partisans et opposants ont fait au moins deux morts dans la soirée et des dizaines de blessés 05.07 05.07 05.07 05.07 05.07 05.07 05.07 05.07 La place Tahrir a vu affluer des milliers d'anti-Morsi vendredi soir 05.07 Des affrontements sanglants ont éclaté aux abords de la place entre pro et anti-Morsi 05.07 05.07 Des soldats et des manifestants favorables au président islamiste déchu Mohamed Morsi ont échangé des tirs vendredi en début d'après-midi au Caire. Un premier bilan fait état de 3 morts. 05.07 L'Egypte se préparait vendredi à des manifestations des partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi. 04.07 Mohamed Badie, Guide suprême des Frères musulmans a été arrêté jeudi dans le nord-ouest du pays. Il était sous le coup d'un mandat d'arrêt après avoir appelé à tuer des manifestants. 04.07 Adly Mansour, président de la Haute cour constitutionnelle, a prêté jeudi serment comme président par intérim de l'Egypte, au lendemain de la déposition par l'armée de l'islamiste Mohamed Morsi.. 03.07 L'armée a écarté Mohamed Morsi du pouvoir mercredi soir 03.07 En début de soirée, le général Abdel Fattah al-Sissi a annoncé la destitution du président dans une allocution télévisée 03.07 L'annonce a été accueillie par une explosion de joie au Caire 03.07 des feux d'artifice ont été tirés de la place Tahrir 03.07 Des soldats ont célébré la chute de Morsi avec ses opposants 03.07 L'armée a déployé ses blindés dans le Caire 03.07 L'armée égyptienne a déroulé des fils de fer barbelés autour de la caserne où se trouve le président Mohamed Morsi 03.07 Dans un communiqué, l'armée nie vouloir s'en prendre à eux et assure qu'elle ne fait que sécuriser la zone 03.07 Le président égyptien a appelé mercredi à former un «gouvernement de coalition et de consensus» au moment où expirait un ultimatum lancé par l'armée. Il serait assigné à domicile. 03.07 L'ultimatum fixé par l'armée au président Mohamed Morsi pour répondre aux demandes du peuple doit se terminer mercredi. Pour le pouvoir, le peuple ne veut pas du retour des militaires. 02.07 Quelques heures après l'allocution du président Mohamed Morsi, le Conseil suprême des forces armées égyptiennes s'est dit prêt à verser son sang pour défendre le peuple égyptien. 02.07 Le président égyptien a exclu mardi soir un départ anticipé et s'est déclaré prêt à «donner sa vie» pour préserver sa «légitimité». 02.07 Au moins sept personnes sont mortes et des dizaines blessées dans des heurts entre pro et anti-Morsi mardi au Caire. 02.07 Partisans et opposants du président égyptien Mohamed Morsi sont à nouveau massivement descendus dans la rue mardi dans une atmosphère tendue. 02.07 Des hélicoptères de l'armée ont survolé Le Caire mardi. 01.07 Les Egyptiens manifestant contre le président égyptien Mohamed Morsi ont accueilli dans la joie, place Tharir, l'annonce de l'armée affirmant que «les demandes du peuple devaient être satisfaites». 30.06 Des millions de personnes sont descendues dans la rue, au Caire, en Egypte. Les opposants au président veulent la tête de Mohamed Morsi. 19.04 De nouveaux affrontement ont lieu au Caire. Le nouveau procès de Moubarak débutera samedi. Un général égyptien a confirmé que des tests de virginité avaient été pratiqués sur des manifestantes arrêtés sur la place Tahrir. «Nous ne voulions pas qu'elles aillent dire qu'on les a abusées sexuellement ou violées, donc nous avons voulu prouver qu'elles n'étaient déjà plus vierges», s'est justifié un général égyptien. 13.04 L'ex-président égyptien Hosni Moubarak a été placé en détention pour 15 jours peu après une mesure similaire visant ses deux fils dans le cadre d'une enquête sur l'usage de la violence contre des manifestants. 13.04 Deux fils du président égyptien déchu Hosni Moubarak, ont été placés en détention pour 15 jours dans une enquête pour violences contre des manifestants. Six chrétiens coptes ont été tués et au moins 45 blessés mardi 8 mars au soir au Caire lors d'affrontements... ... avec des musulmans, a déclaré un prêtre du quartier de Moqattam où ont eu lieu les heurts. Le 3 mars, la Bourse du Caire a annoncé qu'elle resterait fermée jusqu'à nouvel ordre. Elle n'est plus active depuis le 27 janvier. 27.02 Le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, a annoncé son intention de se porter candidat à l'élection présidentielle égyptienne. Les centaines de milliers de manifestants réunis place Tahrir au Caire ont explosé de joie à l'annonce de la démission de Moubarak. Les manifestants ont salué aux cris de «Dieu est grand!» l'annonce de la démission du président Hosni Moubarak. «Le peuple a renversé le régime!», scandaient les manifestants en délire, au 18e jour de leur mouvement. Des scènes de liesses ont été vues aux pays des pharaons. Obama a salué le changement en Egypte vendredi soir. 11.02: Le président égyptien Hosni Moubarak quitte le pouvoir. Vendredi 11 février la place Tahrir est encore et toujours noire de monde. L'armée a affirmé vendredi qu'elle se portait garante des réformes promises par le président Moubarak. Elle a aussi appelé à un «retour à la vie normale». Moubarak affirme qu'il restera au pouvoir jusqu'en septembre, le 10 février. Il a délégué certains pouvoirs au vice-président Omar Souleimane. La foule en colère brandit des chaussures. La CIA pensait que Moubarak démissionnerait le 10 février. La mobilisation continue, place Tahrir. Plusieurs centaines de manifestants tentaient mercredi 9.02 de bloquer l'accès au Parlement égyptien au Caire. Des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés le 8 février au centre du Caire pour marquer la troisième semaine du mouvement de contestation contre le président Hosni Moubarak. Occupation de la place Tahrir par des manifestants anti-Moubarak dans la nuit du 6 janvier 2011. La pression de la rue ne faiblit pas en Egypte. Vendredi soir, des milliers de personnes ont bravé le couvre-feu, place Tahrir, au Caire. Vendredi vers midi la place Tharir était noire de monde, comme mardi lors de la "marche du million". Pour accéder sur la Place Tahrir, les personnes doivent passer à des contrôles. Mohammed ElBaradei est intervenu en milieu de journée sur Al-Jazeera. La tension était très vive au Caire vendredi matin à quelques heures du début des manifestations du vendredi du départ. Les barricades ont été dressés et les réserves de munitions, ici des pierres sont prêtes. Les stigmates des violences sont bien visibles un peu partout dans le Caire. Les partisans des deux camps se battent pour l'essentiel à coups de pierres. Jeudi soir la place Tahrir, lieu symbolique de la contestation au pouvoir de Moubarak, était encore bien garnie. Jeudi 3 février, M. Moubarak a assuré qu'il en avait «assez d'être président et aimerait abandonner le pouvoir maintenant, mais qu'il ne pouvait le faire de peur que le pays ne sombre dans le chaos», a déclaré la journaliste de la chaîne américaine ABC Christiane Amanpour La journée de jeudi a été marquée par de nombreux petits accrochages entre pro et anti-Moubarak. Les journalistes sont pris pour cible, ici un photographe de l'agence EPA. Jeudi au matin, la place Tahrir ressemblait à un champ de bataille. Les affrontements se sont poursuivis toute la nuit. Les manifestants anti-Moubarak détiennent certains partisans du président égyptien. Trois personnes ont été tuées jeudi matin par des tirs visant des manifestants anti-Moubarak sur la place Tahrir. Le bilan des dernières 24 heures est de six morts. Epicentre de la contestation contre Hosni Moubarak, l'endroit s'est transformé mercredi en théâtre d'affrontements meurtriers. Des tirs en provenance du pont d'Octobre, où sont positionnés les partisans du président égyptien, ont par ailleurs fait de nombreux blessés, ont encore indiqué les témoins. De violents accrochages ont éclaté mercredi au Caire entre des milliers de partisans de Moubarak et des manifestants réclamant son départ. Les heurts auraient fait des blessés sans que l'armée présente sur place n'intervienne. Les heurts ont éclaté lorsque des partisans du président égyptien ont pénétré sur la place que des manifestants anti-gouvernementaux occupent depuis plusieurs jours pour demander la démission du raïs. Mercredi les partisans de Moubarak sont descendus dans la rue pour assurer le Raïs de leur soutien. De nombreux manifestants ont encore passé la nuit sur la place Tahrir. Les slogans n'ont pas changé malgré l'annonce de Moubarak qu'il ne se représenterait pour la présidentielle de septembre. Les Egyptiens suivent leur "révolution" en direct grâce à des écrans géants. Ici pendant le discours de Barrack Obama. ou celui de Hosni Moubarak. Le discours de Moubarak Mardi soir après la marche du million n'a pas apaisé les Egyptiens. Plusieurs centaines de milliers de manifestants étaient rassemblés mardi place Tahrir au Caire pour la «marche du million». Mardi 1er févrirer: L'armée égyptienne a fermé mardi matin les accès au Caire et à d'autres villes pour empêcher la «marche du million» de se tenir. La mobilisation ne faiblit pas au pays des pharaons. Les sites touristiques sont fermés, comme ici les pyramides. Le Musée du Caire (bâtiment en rose), qui abrite de nombreuses antiquités, a été pillé lors des émeutes du week-end. De prétendus pilleurs ont fait irruption dans le célèbre Musée égyptien... ... déchirant les têtes deux momies et endommageant environ 75 petits objets... ...avant d'être capturés et détenus par des soldats de l'armée. Dr. Zahi Hawass directeur du Conseil suprême des antiquités, a alors entamé des pourparlers pour que l'armée s'occupe de sécuriser le site. Le Musée est étroitement surveillé depuis. Certaines pièces restent intactes. Les organisateurs du mouvement contre le président Moubarak ont lancé un appel à la grève à partir de lundi... ... et veulent réunir une «marche d'un million» de personnes mardi. Les Égyptiens de l'étranger se sont mobilisés ce week-end, comme ici dans la ville d'Ankara en Turquie. ...ou à Dallas (Texas) qui héberge une grande partie de la communauté égyptienne aux Etats-Unis. En Indonésie... ... et même jusq'en Corée du Sud, les Égyptiens expatriés demandent un changement de régime. Les Égyptiens ont une nouvelle fois bravé le couvre-feu dimanche soir, certains n'hésitant pas à dormir dans la rue. La foule est toujours aussi nombreuse. L’opposant Mohamed ElBaradei s’est adressé aux manifestants, dimanche 30 janvier au Caire. Au cinquième jour des manifestations contre le président Hosni Moubarak, la mobilisation du peuple ne diminuait pas. Les services de sécurité ont perdu le contrôle dans plusieurs régions du pays. Des avions de chasse volaient à basse altitude dans le ciel du Caire. Les trace des précédentes émeutes étaient encore visibles. Au Caire, un policier a succombé après avoir été battu par des manifestants lors d'un rassemblement dans le centre ville. Les émeutes contre le pouvoir du président Hosni Moubarak ont fait leurs premiers morts mardi 25 janvier en Egypte. Deux manifestants sont décédés à Suez, au nord de l'Egypte après des affrontements avec la police. De nouveaux heurts entre police et manifestants ont éclaté mercredi 26 janvier. L'ancien directeur général de l'AIEA entend jouer un rôle en faveur du changement politique dans son pays. Mohamed ElBaradeï opposant au régime de Moubarak a regagné l'Egypte jeudi. Jeudi 27 janvier: C'est le troisième jour de violence entre manifestants et policiers. L'opposant Mohamed ElBaradeï est rentré au pays et s'est dit prêt à mener la transition au régime de Hosni Moubarak. Un homme a été tué par balle lors d'affrontements avec la police dans le nord du Sinaï. L'armée a été déployée au Caire, sur fond de couvre-feu. Des scènes de pillages, des blessés qui affluent dans les hôpitaux: l'anarchie régnait vendredi soir dans la capitale égyptienne. Les manifestants ont bravé le couvre-feu, pourtant décrété par le président Moubarak plus tôt dans la journée. Au moins 20 personnes ont été tuées et des centaines blessées vendredi. Vendredi 28 janvier: quatrième jour d'un mouvement de contestation sans précédent contre le régime de Hosni Moubarak en Egypte. ... et promis des mesures pour la démocratie. Le président Moubarak s'est exprimé sur la révolte vendredi tard dans la soirée. Il a limogé le gouvernement... Les affrontements entre forces de l'ordre et population reprenaient samedi matin dans plusieurs villes égyptiennes. Le centre-ville du Caire ressemblait à un champ de bataille. Les Egyptiens demandent le départ de Mohammed Hosni Moubarak au pouvoir depuis 14 octobre 1981, soit près de 30 ans. Les affrontements se poursuivaient au Caire. Des véhicules de l'armée ont été incendiés dans la nuit de samedi à dimanche. Samedi Des habitants formaient des milices et des barricades pour se protéger des pillards. Sous la pression de la rue Moubarak a nommé samedi Omar Souleiman, chef des services de renseignements, premier vice-président d'Egypte.

Sur ce sujet
Une faute?

A la faveur du soutien de la toute-puissante armée, qui s'est engagée à ne pas tirer sur eux, hommes, femmes et enfants ont envahi les rues, dans une atmosphère festive. Aucun incident violent n'a été enregistré.

L'opposition avait appelé à la «marche d'un million» au Caire et à Alexandrie, afin d'augmenter la pression sur le président égyptien accusé de tous les maux - pauvreté, chômage, violation des libertés, corruption et verrouillage politique.

Plus de 200'000 personnes se sont massées sur la place Tahrir, dans le centre du Caire. A Alexandrie, des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées devant la mosquée Qaëd Ibrahim et la gare ferroviaire. On pouvait entendre monter de la foule des slogans comme «Moubarak, réveille-toi, c'est ton dernier jour!»


Les soldats ont le sourire

L'armée avait fermé le matin les accès à la capitale et à d'autres villes, et des hélicoptères survolaient régulièrement le centre du Caire. Le trafic ferroviaire était interrompu sur décision des autorités pour empêcher un déferlement sur la capitale.

Mais les soldats accueillaient les manifestants avec le sourire, tout en contrôlant les sacs. Ils avaient déployé des barbelés aux abords de l'immense place Tahrir (Libération), devenue au fil des jours le point de ralliement de la contestation.

Alors que la foule criait: «Le peuple et l'armée sont main dans la main», des soldats souriaient et opinaient. Certains étaient perchés sur des véhicules blindés constellés de graffiti anti- Moubarak.

Des rangées de barbelés ont été mises en place également aux abords du palais présidentiel, d'où l'on pense que M. Moubarak suit les événements. Des rassemblements ont été signalés dans d'autres villes du delta du Nil comme Tanta, Mansoura, Mahalla el Koubra, ainsi qu'à Ismaïlia, à l'entrée du canal de Suez.

Eviter un bain de sang

Le raïs égyptien ne s'est pas adressé à la nation depuis vendredi, jour où il avait annoncé un changement de gouvernement. Lundi, c'est le tout nouveau vice-président Omar Souleimane qui a lancé un appel au dialogue avec toutes les forces politiques du pays.

Mais une coalition d'opposants a prévenu le gouvernement égyptien qu'elle n'engagerait pas de dialogue sur une transition politique tant que le président n'aurait pas quitté le pouvoir.

Pour Mohamed ElBaradei, la figure la plus en vue de l'opposition, le départ de Moubarak du pouvoir est une condition préalable à l'ouverture d'un dialogue avec le gouvernement égyptien. Il a appelé M. Moubarak à partir «au plus tard vendredi», afin d'éviter un bain de sang.

Contrecoup économique

Après une semaine de protestations, les contrecoups économiques de la révolte se faisaient sentir en Egypte. Les touristes, l'une des principales sources de revenus, ont renoncé à venir. L'aéroport du Caire était toujours envahi par les étrangers voulant fuir l'incertitude. Comme d'autres entreprises, le géant alimentaire vaudois Nestlé a temporairement interrompu ses opérations dans tout le pays.

Banques et bourse étaient fermées, le carburant manquait, et l'appel à la grève générale était toujours en vigueur. Après Moody's lundi, l'agence de notation Standard and Poor's a abaissé d'un cran la note de l'Egypte. Mais le Fonds monétaire international (FMI) s'est dit prêt à aider l'Egypte à reconstruire son économie.

L'Unesco a lancé un appel à la sauvegarde du patrimoine de l'Egypte, réclamant des mesures pour protéger les trésors du pays, dans les musées et sur les sites culturels.

Vue 360° de la place Tahrir au Caire dans l'après-midi:



(ats/ap)

Les commentaires les plus populaires

  • Debora le 01.02.2011 19:26 Report dénoncer ce commentaire

    Sans provoc aucune

    Sans vouloir jouer la provoc et on en est encore loin, car beaucoup de spéculation à ce sujet. Mais pourquoi si un peuple se détermine sur son avenir en votant pour le parti des Frères musulmans cela nous concerne-t-il, si c'est le peuple qui choisi? Je suis pas fan de ce parti, mais si les choses sont faites dans la démocratie? Bein oui, tout le monde ne vit pas comme nous.

  • Jean Nèmar le 01.02.2011 21:02 Report dénoncer ce commentaire

    Parti Islamiste

    Parti islamiste... SUPER !!! De toutes manières... ils ont déjà exécutés des orthodoxes durant les fetes de fin d'année. C'est juste le début. Plus personne ne va les arreter.

  • TnT le 01.02.2011 18:43 Report dénoncer ce commentaire

    Nous sommes loin des ...

    Réalités de vie des Tunisiens et des Égyptiens, mais vaut-il la peine de faire la révolution pour mettre des islamistes au pouvoir ?... On peut se poser très sérieusement la question... Est-ce vraiment bon pour le monde ce qu'il se passe ces dernières semaines ?

Les derniers commentaires

  • Perlinpinpin le 01.02.2011 22:34 Report dénoncer ce commentaire

    Site à visiter absolument pour se faire une idée

  • Jean Nèmar le 01.02.2011 21:02 Report dénoncer ce commentaire

    Parti Islamiste

    Parti islamiste... SUPER !!! De toutes manières... ils ont déjà exécutés des orthodoxes durant les fetes de fin d'année. C'est juste le début. Plus personne ne va les arreter.

  • Eric le 01.02.2011 20:17 Report dénoncer ce commentaire

    le cancer ou le choléra ?

    d'un régime certes totalitaire, mais stable on risque de voir ce pays sombrer dans l'extrêmisme fanatique religieux !

  • Debora le 01.02.2011 19:26 Report dénoncer ce commentaire

    Sans provoc aucune

    Sans vouloir jouer la provoc et on en est encore loin, car beaucoup de spéculation à ce sujet. Mais pourquoi si un peuple se détermine sur son avenir en votant pour le parti des Frères musulmans cela nous concerne-t-il, si c'est le peuple qui choisi? Je suis pas fan de ce parti, mais si les choses sont faites dans la démocratie? Bein oui, tout le monde ne vit pas comme nous.

    • luc le 01.02.2011 22:50 Report dénoncer ce commentaire

      .....

      C'que c'est Bobobobo c'que tu dis. Hhaaa! la gauche...

    • Yann le 02.02.2011 08:24 Report dénoncer ce commentaire

      C'est leur choix

      Très juste Déborah! Si ils choisissent ce parti, c'est leur choix. Nous ne pouvons pas les juger pour ça. Et un plus ce n'est pas terminé alors ne faisons pas de conclusions trop hâtives. Cependant je suis d accord qu'il faut éviter que il y aie un extrémiste au pouvoir.

  • soldatCH le 01.02.2011 18:53 Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi un titre?

    hah, les militaires qui gardent le musée utilisent des armes suisses...