47e Montreux Jazz

11 juillet 2013 09:00; Act: 10.07.2013 23:16 Print

«Hibernation» bénéfique pour Samia Tawil

par Julien Delafontaine - La Genevoise jouera en avant-première son disque «Freedom is Now» le jeudi 11 juillet 2013 sur la scène du Music in the Park. Samia Tawil parle de la création de ce premier album.

storybild

Samia Tawil est douce et charmante dans la vie, mais rebelle sur scène. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

La chanteuse de 29 ans, née d’un père helvético-syrien et d’une mère marocaine, tient son premier album. Elle a hâte de le présenter avec son full band électrique sur la scène open air et gratuite du Montreux Jazz.

Samia Tawil, depuis quand chantez-vous?
Je me suis lancée dans une carrière musicale à l’âge de 14 ans. A l’époque, un label franco-new yorkais m’a signé et m’a permis d’enregistrer mon premier EP huit titres J’ai fait pas mal de scènes et de plateaux TV avec ce EP, comme le «Hit Machine» en France. Ensuite, j’ai quitté cette production car je trouvais qu’elle s’éloignait du côté soul-rock à l’américaine que j’affectionne. Je me suis lancée seule en montant mon propre groupe vers 18-19 ans.

Dix ans plus tard, vous tenez enfin votre premier album. Comment est-il né?
Il a été créé lors d’une hibernation scénique de quasi deux ans. Comme je terminais mes études de philosophie, j’ai profité de cette période pour faire que du studio.

Comment décrivez-vous ce disque?
Il représente bien mon univers assez métissé. Enregistré tout en analogique, il est à cheval entre le rock et la soul. Ses paroles me sont très chères. Je suis quelqu’un qui aime écrire et sur ce disque j’ai voulu témoigner de cette quête de liberté que l’on perçoit dans le monde actuel. D’où le titre «Freedom is now». Je puise souvent mes textes dans les injustices sociales dont j’ai pu être témoin en vivant dans d’autres pays. Ne pas rester de marbre face aux injustices est vraiment l’un des grands messages de cet album. L’autre étant de rester conscient de ce que signifie réellement être libre, à titre émotionnel, personnel et politique.

Votre disque est tout frais, et vous voilà déjà programmée au Montreux Jazz...
Cela a été soudain! J’ai envoyé mon disque à la programmation de Montreux alors que je venais à peine de le terminer. Je ne pensais pas avoir de nouvelles pour cette année. J’ai eu l’heureuse surprise de recevoir une réponse enthousiaste de leur part. Cela m’a demandé de remettre le band électrique en place plus rapidement que prévu. Mais tout a été pour le mieux. On arrive avec un show super. Comme je le dis sur mon site internet: c’est gratuit et cela sera funky.

Cela représente quoi pour vous de jouer au Jazz?
Cela représente beaucoup à mes yeux. Toutes mes influences proviennent de gens qui sont passés là-bas comme Lenny Kravitz, Prince ou Ben Harper. Je trouve aussi que cela fait du bien de voir que les gens de la programmation du Jazz ont vraiment écoutés de près ce que je faisais.

Pourquoi?
Car, de prime abord, je ne rentre pas vraiment dans le type d’artistes qu’ils recherchent pour cette scène extérieur. Au Musik in the Park, ils privilégient les artistes aux musiques joyeuses. Alors que moi, je fais du rock-soul. Mes influences trouvent leurs racines chez des rockers et soulman américains mais aussi chez des pop-rockeuses comme Skunk Anansie ou Alanis Morissette. J’ai toujours adoré cette sincérité un peu crue que l’on retrouve dans la manière de chanter de ces filles.

Vous êtes une genevoise née d’un père suisse et syrien et d’une mère marocaine. Retrouve-t-on ses origines dans votre musique?
Je me nourris de mes origines. Elles nourrissent ma musique. Mais s’il y a des touches quelques fois d’instruments orientaux, je ne suis pas vraiment dans la world. Je ne me sens pas le devoir de tomber dans quelque chose d’ethnique. Le monde actuel est complètement cosmopolite et je pense que cela justifie qu’une Genevoise aux origines arabes comme moi face du rock-soul américain.

Samia Tawil en concert: Jeudi 11 juillet 2013 dès 18h30 sur la scène du Music in the Park.
Samia Tawil «Modern Slaves»

Montreux Jazz Festival
Du 4 au 21 juillet 2013. Info et billetterie: www.montreuxjazzfestival.com