Quentin Mosimann

16 juillet 2014 07:00; Act: 16.07.2014 01:16 Print

«Un privilège d'avoir pu aller au chalet de Nobs»

par Fabien Eckert - Le DJ franco-suisse a visité le chalet de Claude Nobs à Caux avant son set au Jazz le mardi 15 juillet 2014. Il en est ressorti très ému. Reportage en photos et en vidéo.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Quentin Mosimann ne savait pas ce qui l'attendait sur les coups de 18h30 à Caux. Il avait rendez-vous pour visiter le chalet de Claude Nobs, fondateur du Montreux Jazz. On ne compte plus les artistes qui y sont passés, qui y ont mangé et qui y ont fait la fête.

La visite a commencé par la salle de projection sous la charpente du chalet «Le Picotin». L'écran géant diffusait un concert de Jamie Cullum. Mosimann est resté scotché.« C'est un de mes artistes préférés! Je peux m'asseoir et regarder un moment», a-t-il timidement demandé. Après plusieurs minutes à être comme hypnotisé par le son et l'image, il était temps de se rendre aux archives. C'est dans ce bunker que sont stockées toutes les bandes des concerts captés à Montreux. «Je me sens tout petit face à tout ça. Je suis très intimidé.» Quentin écarquille les yeux, comme un enfant, sur chaque objet. Il s'approche d'un piano. «J'ose en jouer?» Grand sourire de notre hôte qui précise que tous les instruments présents sont régulièrement révisés pour être pris en main à n'importe quel moment. «Il sonne super bien! C'est incroyable d'être là», souffle Quentin conscient du poids historique de tout ce qu'il voit.

Le jeune homme de 26 ans n'est pas au bout de ses surprises. Dans le 2e chalet, «Le Grillon», il s'arrête net quand on lui dit que le piano devant lequel il se trouve était celui de Freddie Mercury, de Queen. Timidement, il joue quelques notes. «Waouh! C'est incroyable», dit-il très ému. Plus loin, il n'en revient pas quand un vieux juke-box s'enclenche. Tous ceux présents dans le chalet fonctionnent parfaitement. «C'est fou», ne cesse de dire Mosimann. Il reste également sans voix devant la collection de cinquante mille vinyles rassemblés par Nobs.

A la fin de la visite, Quentin a tenté de résumer tout ce qu'il avait vu. «J'ai une impression de privilège. C'est comme si j'avais fait un pèlerinage. En tant que fan de jazz, c'est comme si j'avais bouclé la boucle.» Le jeune homme, encore tout ému, est ensuite parti manger sur la terrasse où un bon repas et une bonne bouteille l'attendait.
Quentin Mosimann au chalet de Claude Nobs

Montreux Jazz Festival
Du 4 au 19 juillet 2014, Montreux. Infos: www.montreuxjazz.com