Jungle

09 juillet 2014 01:16; Act: 09.07.2014 01:33 Print

«On préfère laisser parler la musique à notre place»

par Fabien Eckert - Jungle ne vous dit peut-être rien. Plus pour longtemps. Les Londoniens sont en train d’exploser.

storybild

Tom et Josh se connaissent depuis une dizaine d'années. (Photo: F. Melillo/tilllate.com)

Sur ce sujet
Une faute?

Un sacré buzz entoure Josh et Tom. Les deux musiciens n’ont pas encore sorti leur 1er album qu’ils sont déjà en tournée mondiale. Une soixantaine de dates sont agendées jusqu’en novembre. Jungle s’est même payé le luxe de jouer dans le «Jimmy Kimmel Live», un des talk-shows les plus suivis aux USA. Le duo n’en revient pas.
Jungle - Platoon

Comment expliquer l’engouement autour de vous?
On en sait rien! Demande à notre manager! Aujourd’hui, il n’est plus forcément nécessaire de sortir un CD pour intéresser les gens. Ce qui nous arrive montre le pouvoir d’internet et la force de ce canal pour diffuser la musique autour du monde.

Votre musique est complexe, avec de l’electro, de la soul, du hip-hop, du funk...
On ne parvient pas à la définir. Notre base, c’est le rythme. C’est sur celui-ci qu’on ajoute un tas de choses.

En 2013, les gens vous ont pris pour les deux danseurs noirs de votre clip «The Heat»...
Quand le single est sorti, nous l’avons illustré avec eux. Personne ne nous connaissait, ils ont cru que c’était nous.
Jungle - The Heat

Et vous en avez joué en ne ­dévoilant pas vos identités...
C’était amusant de voir la ­Toile en ébullition qui se demandait qui se cachait ­derrière Jungle. De toute façon, nous préférons rester en arrière, dans l’ombre, pour laisser parler la musique à notre place. On est avant tout des producteurs. Maintenant, tout le monde attend de nous que nous passions au premier plan. Ce n’est pas évident. Il y a quelques jours, quelqu’un nous a reconnu dans la rue. C’était une des premières fois. On a ressenti quelque chose de bizarre. Comme si notre vie privée disparaissait.

Vous êtes des amis depuis longtemps. Un avantage de bosser avec un pote?
Complètement. Quand on est en studio on n’a pas peur de se dire les choses. Souvent, les gens sont bloqués quand ils doivent travailler avec des personnes qu’ils ne connaissent pas. Ils mettent les formes, ils n’osent pas critiquer le travail de l’autre, ils ont peur de froisser. Nous n’avons pas ces soucis.
Jungle - Busy Earnin'

Vous êtes signés sur XL Recordings, label prestigieux d’Adele ou Radiohead. Cela vous met-il une pression supplémentaire?
Pas du tout. Au contraire. La réputation de cette maison de disques est certes monstrueuse, mais elle travaille main dans la main avec ses artistes pour leur bien-être. On a toujours reçu de bons conseils et personne ne nous a jamais dit ce qu’on devait faire ou ne pas faire.

Difficile de transposer votre univers en live?
Oui, vraiment. Nous avons produit tous nos titres sur nos ordis, sans instrus ni musiciens. On a donc dû ­réapprendre le tout pour jouer avec un vrai groupe. Les gens ne veulent pas voir des types qui ­appuient sur «play». Ça tombe bien car on voulait quelque chose de plus vivant, de plus vrai.

Jungle
Mercredi 9 juillet 2014, 20h, auditorium Stravinski, Montreux Jazz. Infos: www.montreuxjazz.com