The Black Madonna

05 juillet 2018 22:44; Act: 15.07.2018 14:05 Print

«Être DJ, c'est décoder le langage corporel»

The Black Madonna va clôturer le week-end au Strobe Klub du Montreux Jazz dimanche 8 juillet 2018. Chez elle, politique et musique ne font qu'un.

storybild

L'Américaine vient de terminer la création de son premier album. Un single vient de sortir. (Photo: A. Paredes)

Une faute?

Marea Stamper, 40 ans, est une sorte d'ovni sur la scène electro underground. Le star-system, très peu pour elle. Elle choisit minutieusement les lieux où elle se produit et les médias dans lesquels elle s'exprime. Cette fervente activiste parle sans langue de bois.

Qu'est-ce que ça vous fait de revenir à Montreux après 2016?
Génial! J'ai grandi avec les enregistrements d'artistes mythiques réalisés ici. La dernière fois, j'ai rencontré Danny Daze. Un producteur et DJ phénoménal et si drôle. Ça, c'est Montreux: tu rencontres tellement d'artistes de tous horizons et styles.

Votre carrière a explosé depuis votre dernière venue.
Oui. C'est très déstabilisant. J'ai l'impression d'être dans une fusée lancée à toute allure. Rien ne te prépare à ça. C'est pour ça que c'est important de revenir ici, à la base, dans un lieu que j'apprécie.

Vous dites que votre but en mixant c'est de faire en sorte que les gens aillent mieux.
C'est vrai. Je dois arriver à créer un dialogue entre eux et moi. Tu vois les visages changer, les corps bouger. Etre DJ, c'est savoir décoder le langage corporel. C'est pour ça que j'improvise toujours et que je ne prépare pas mes sets.

Parlez-nous de votre activisme politique...
Je compte les minutes jusqu'à la destitution de Trump. Les valeurs de l'electro sont opposées à celles d'un type pareil. La danse est l'inverse de la guerre. Réunir les gens et partager sur un dancefloor est l'inverse d'un mur.

C'est vrai qu'enfant, vous vouliez devenir nonne?
Oui. Je suis catholique, mais en désaccord avec la doctrine des aïeux. Je suis progressiste. La musique, comme tout art, vient de Dieu, mais pas le mec barbu sur les nuages!

(Fabien Eckert)