Sandor

07 mars 2019 07:52; Act: 07.03.2019 21:33 Print

«Contrairement à ce qu'on peut croire, je vais bien»

par Julien Delafontaine - En mars 2019, l'artiste electro-pop Sandor sera à voir en concert avec son premier album au Romandie, au Queen Kong Club et à Voix de Fête.

storybild

La trentenaire lausannoise, valaisanne d'origine, a toujours gardé son vrai nom secret. (Photo: C.Mahieu)

Une faute?

La chanteuse francophone se réjouit de ces live à Lausanne (7 mars), Neuchâtel (8 mars) et Genève (23 mars). Ce n'est pas la seule. Depuis la sortie de l'EP «Bar de nuit» en 2017, encensé par la presse spécialisée française, nombreux étaient les fans de Sandor impatients de la retrouver avec un nouvel album.

Pourquoi avoir attendu autant pour sortir «Sandor»?
J'ai pris mon temps pour tout peaufiner. Je voulais en être vraiment fière. C'est le cas. L'attente et la pression des gens ont été un moteur pour moi.

Cette première galette, vous l'avez voulue comment?
Comme un recueil de mon univers. C'est un bon mélange de ce que j'ai fait ces dix dernières années. J'ai profité de ce privilège du premier album.

C'est un aboutissement?
J'ai toujours rêvé d'être musicienne et chanteuse. Enfant, je fantasmais de monter sur scène. Aujourd'hui, j'ai l'impression que tout s'est mis en place dans ma vie, grâce à cette puissante envie de faire de la musique, pour en arriver là, à ce disque.

Qu'est-ce qui vous inspire?
Mon vécu et celui de mon entourage m'inspirent. Les relations amoureuses ou de parentalité sont mes thèmes de prédilection. J'écris et compose de manière impulsive, la nuit ou le matin au réveil, seule chez moi. La musique est mon exutoire.

Vos textes sont généralement assez sombres.
Je suis entourée de très belles choses dans ma vie. Je ne les évoque juste pas dans mes chansons. Donc, contrairement à ce qu'on peut croire, je vais bien, merci.

Nous voilà rassurés...
Sandor, c'est mon monde intérieur. Il est très contrasté avec celle que je suis dans la vie, une personne joviale et un peu timide.