Lomepal

09 décembre 2018 20:40; Act: 10.12.2018 08:34 Print

«J'étais en tournée et je n'avais pas d'inspiration»

par Julien Delafontaine - Le rappeur parisien Lomepal a sorti vendredi 7 décembre 2018 «Jeannine», 2e album conçu dans la difficulté.

storybild

Le rappeur se produira sur scène à l'Arena à Genève le 16 février 2019. (Photo: Viktor Vauthier)

Une faute?

Antoine Valentinelli, de son vrai nom, a fait un carton avec «Flip», qui contenait les tubes «Yeux disent» et «70». En juillet 2018, il avait mis le feu au Montreux Jazz. Moins de 18 mois après la parution de sa première galette, le rappeur de 27 ans est déjà de retour.

A l'époque de «Flip», vous aviez dit que vous ne rapperiez pas sur votre prochain disque.
Et sur «Jeannine», je rappe pas mal. Peut-être que j'ai voulu dire ainsi au revoir au rap une dernière fois. Ce qui est certain: il me faudrait bien plus de temps pour préparer un disque où je chante.

Pourquoi alors n'avoir pas pris ce temps pour ce nouvel album?
Mes live dans les petites salles affichaient tous complets, alors on a organisé une prochaine tournée dans des Zéniths (ndlr: salle de plus de 6000 places). Avec, forcément, une plus grosse production, je n'avais pas envie d'y montrer le même show que celui de «Flip». J'ai donc été obligé de plancher sur un nouvel album.

Quand avez-vous commencé à travaillé sur «Jeannine»?
En janvier 2018. J'étais en tournée en même temps, je n'avais pas d'inspiration. Et il y a eu des imprévus: «1000°C» nous a pris trois semaines à enregistrer avec Roméo Elvis alors qu'il n'était pas prévu sur le disque. J'ai vraiment bien galéré pour livrer cet album dans les temps.

Dans vos titres, vous évoquez votre famille, vos amours.
Ce disque est plus autobiographique que «Flip». Sans doute parce que j'étais trop occupé pour avoir un oeil sur le monde. Le titre «Dave Grohl» parle par exemple d'une meuf que j'ai rencontrée cet été dans un festival et pour qui mon coeur s'est emballé.

La qualité du son de vos morceaux est assez extraordinaire.
Je n'ai pas beaucoup de mérite. C'est mon équipe, six personnes, qui est très forte. Enfin surtout mon réalisateur et mixeur Pierrick Devin. Il a un son si particulier.