Kaaris

07 février 2019 07:32; Act: 07.02.2019 07:32 Print

«La guerre, ce n'est pas bon pour le business»

par Julien Delafontaine - Le rappeur Kaaris n'a pas déçu ses fans avec l'album «Or noir Pt. 3». Il était attendu au tournant.

storybild

La galette «Or noir Pt.3» du Français figure dans les meilleures ventes d'albums de Suisse romande. (Photo: Instagram)

Sur ce sujet
Une faute?

Le disque du rappeur est le troisième volet de la série «Or noir» entamée en 2013. Les précédentes galettes de la saga ayant marqué les esprits grâce à leur qualité, Kaaris ne pouvait pas se louper. Pour autant, il ne s'est pas mis de pression particulière: il a seulement laissé parler «le côté hardcore» qui sommeillait en lui, après «avoir fait ces dernières années des albums qui étaient assez ouverts», a-t-il raconté à purebreak.com.

Ce retour à l'essentiel, le Français d'origine ivoirienne l'a accompagné d'une petite nouveauté: il chante beaucoup plus qu'il ne le faisait auparavant. «Proposer des titres avec plusieurs flows différents est un truc qui me prend la tête. La chanson n'est rien d'autre que la finalité du rap. Et ça permet de faire glisser les refrains», a-t-il estimé. Reste que le rappeur ne se considère pas comme un chanteur. «Les vrais sont ceux qui font des envolées lyriques ou des trucs comme ça. Moi, je m'essaie au chant. Je progresse, mais pour l'instant, on va dire que je chantonne», a-t-il avoué humblement.

Qu'on se le dise: parmi les seize morceaux d'«Or noir Pt. 3», trois seulement évoquent son différend avec Booba. Rien d'étonnant à cela. «La guerre, ce n'est pas bon pour le business. Et à la base, je ne fais pas de la musique pour insulter les gens. Quand je fais un album, je pense au public, aux amis et à ma famille», a expliqué l'artiste de 39 ans. L'album se termine tout de même sur «Octogone», référence au combat prévu contre son meilleur ennemi. «C'est une réponse, la première en musique, aux insultes contre mes proches. C'était important que je défende les miens», a dit Kaaris.