David Guetta

21 mai 2019 22:56; Act: 21.05.2019 22:56 Print

«Tous mes grands succès sont nés par accident»

par Julien Delafontaine - David Guetta fait un tabac avec «Stay (Don't Go Away)», titre house réalisé après une rencontre fortuite.

storybild

Pour la star parisienne des platines David Guetta, 52 ans, l'âge n'existe pas dans la musique. (Photo: AFP)

Une faute?

Le single de David Guetta est déjà un tube, trois semaines après sa sortie. Le mardi 21 mai 2019, depuis Los Angeles, la star française des platines nous a raconté la genèse de ce morceau.

Pourquoi avoir collaboré avec la chanteuse londonienne Raye?
C'est un truc de fou. Nous étions séparément en train de travailler dans un studio et je l'ai croisée à la cuisine en allant me faire du thé. Je ne savais pas qui elle était, je n'avais aucune idée de sa voix. On a discuté, puis on est partis enregistrer une idée qu'elle avait. Deux mois après, la chanson est sortie.

Et, aujourd'hui, c'est un hit.
Tu sais, tous mes plus grands succès sont un peu nés par accident. Pour «Sexy Bitch», j'ai croisé Akon dans un festival à Londres et, le soir même, on a fait le morceau. Kid Cudi, on s'est vus lors d'un tournage de clip et, le lendemain, on a créé «Memories». Kelly Rowland, avec qui j'ai sorti «When Love Takes Over», m'a approché à Cannes pendant que je mixais juste parce qu'elle a kiffé un instru que je passais.

Quel est votre secret pour rester un producteur à la mode?
Tu prends ou tu t'inspires de ce qui se faisait il y a vingt ans et tu le sors avec le son d'aujourd'hui. C'est imparable, ça marche à tous les coups. Le titre «Stay», par exemple, se rapproche de la house que je jouais comme DJ dans les années 1990.

La house va donc revenir en force?
Je le pense. Il y a trois jours, j'ai déjeuné avec Calvin Harris. Il m'a expliqué que lui aussi, après avoir expérimenté plein de musiques, revenait à ce style. La house est vraiment particulière pour nous deux. Elle nous procure énormément d'émotions, puisque c'est grâce à elle qu'on est tombés amoureux du métier de DJ.

Vos premiers hits ont bientôt 20 ans...
... Tant mieux! Je vais bientôt pouvoir les actualiser et les ressortir (rire). D'autres le font déjà, d'ailleurs. En Angleterre, j'ai complètement halluciné dans une soirée super underground. J'y ai découvert qu'il y a tout une génération de DJ à succès, comme Solardo ou Camelphat, qui passent ou remixent dans leurs sets des samples de mon premier album (ndlr: sorti en 2002). Ça m'a superflatté.

Vous n'avez pas pris un coup de vieux en découvrant cela?
Non. L'âge n'existe pas dans la musique. Regarde, avec Garrix, trente ans nous séparent. Quand on a bossé ensemble, on était sur la même longueur d'onde.