Anniversaire

16 août 2019 04:36; Act: 16.08.2019 11:50 Print

50 ans après, les hippies reviennent à Woodstock

Dans la fleur de l'âge, des centaines de participants au festival mythique d'il y a 50 ans sont revenus sur les lieux avec émotion.

storybild

(Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

C'était il y a 50 ans exactement: Les Poinelli rejoignait en auto-stop le festival de Woodstock dont il avait entendu parler à la radio, où il allait rencontrer la femme de sa vie.

Ce weekend, il est revenu dans la petite ville champêtre de Bethel, au Nord-Ouest de New York, qui a tant marqué son existence, comme des centaines de hippies vieillissants portant t-shirt délavés, couronnes de fleurs et vestes à franges en daim, emblématiques de l'ère du «Peace and Love».

«Vous ne pouviez pas ne pas vous sentir submergés par la foule, submergés par la générosité des gens», se souvient Poinelli, 19 ans à l'époque, depuis l'endroit où se dressait la scène mythique où se sont succédé des légendes du rock comme Jimi Hendrix, Janis Joplin et Santana devant près d'un demi-million de personnes. Il se souvient qu'après avoir passé le week-end avec sa nouvelle dulcinée Gail, ils sont allés derrière la scène, où Joe Cocker venait de commencer à jouer, pour se dire au revoir.

«Je lui ai fait un bisou sur la joue, et ca a été nos seules aventures sexuelles du week-end», dit-il, sourire aux lèvres, avec à la main les billets de l'époque, qu'il a fait encadrer. Deux ans après avoir dansé ensemble aux sons de groupes classiques comme Creedence Clearwater Revival et Canned Heat, Gail et Les se mariaient. Ils allaient avoir ensemble cinq enfants et 12 petits-enfants.

Embrasser Janis Joplin

Festival culte pour toute une génération, Woodstock vit affluer, du 15 au 18 août 1969, près de 500'000 personnes dans les champs d'alfalfa de la pittoresque région des Catskills. Malgré des pluies torrentielles, ils firent la fête et, souvent, consommèrent de la drogue ou firent l'amour dans une rare atmosphère de liberté et d'insouciance.

Malgré la boue, le manque de nourriture, et les risques d'overdose, le festival est resté un symbole d'espoir tranchant avec une décennie riche en assassinats et émeutes, sur fond de guerre du Vietnam.

Le site est aujourd'hui géré par l'association Bethel Woods Center for the Arts, qui organise régulièrement des concerts et gère un musée à la mémoire du festival.

Les commémorations du 50e anniversaire démarraient jeudi soir: le musicien folk Arlo Guthrie, fils de Woody Guthrie, qui s'était produit en 1969 alors qu'il n'avait que 22 ans, devait ouvrir le bal, suivi pendant le weekend par Ringo Starr, Santana, John Fogerty des Creedence Clearwater Revival.

Motard, RJ Pinto se rend en pèlerinage presque tous les ans à Bethel, pour retrouver l'atmosphère d'il y a 50 ans. «La paix, la musique et l'amour sont vraiment là», dit-il avec emphase. «Ce fut un phénomène mondial.» Pinto affirme avoir tout vu en 1969, malgré le chaos généralisé que fut le festival. Mais il se souvient surtout d'un baiser à Janis Joplin. «Elle me touchait profondément» dit-il, assis sur sa moto. «Janis était une fille incroyable...On est resté autour d'elle jusqu'à ce que je puisse lui prendre la main et l'embrasser sur la joue».

«De Woodstock pour l'éternité»

Certains sont venus de loin pour retrouver l'esprit légendaire de Woodstock, comme Patrick Depauw, arrivé spécialement de Belgique. Il n'avait que 10 ans en 1969, mais a vu le film oscarisé de 1970 qui devait consacrer le festival comme le point d'orgue de l'ère hippie. «Toute ma vie a été imprégnée par cet événement», dit cet homme de 60 ans, en t-shirt délavé lui aussi. «Je n'avais qu'une seule idée en tête, c'était de réaliser mon rêve et de venir pour les 50 ans de Woodstock sur le site original du festival».

L'esprit de Woodstock revient aujourd'hui, selon lui, car «les évènements, que ce soit sur le continent américain ou en Europe, sont inquiétants (...) Le monde manque de plus en plus de solidarité et ce type de mouvement (promeut) la solidarité.»

Avant de revenir à Woodstock jeudi, Les Poinelli s'est rendu, comme il le fait quasi-quotidiennement, sur la tombe de sa femme, décédée en 2016. «De Woodstock à l'éternité», dit-il avoir fait graver sur sa pierre tombale. Embrassant du regard les collines qui entourent Bethel, il ajoute: «C'est ici que la vie a commencé».

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • La Fripouille le 16.08.2019 07:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Flower Power

    Woodstock, la première destination dans le passé que je réglerai si j avais la DeLorean

  • Maxime le 16.08.2019 08:43 Report dénoncer ce commentaire

    La musique du coeur

    Quelle époque. Les gens avaient la chance de pouvoir écouter de la VRAIE musique, celle venant du coeur. Quand on voit les stars d'aujourd'hui, on ne peut que se sentir nostalgiques d'une époque que l'on n'a pas forcément connue. Je vous souhaite à tous plein d'Amour.

  • Canned Heat le 16.08.2019 07:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Woodstock boogie

    Woodstock, c'est comme les Beatles. Il y a eu " avant", et " après ".

Les derniers commentaires

  • Next le 16.08.2019 12:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Génération toxique

    Cette génération dorée me dégoûte, ils ont tout eu, le plein emploi, l accès à la propriété, la libération sexuelle et aujourd'hui ils nous lèguent le sida, le chômage, un sytème de retraite en faillite programmée, un pedagogisme laxiste dont on voit bien résultats, et en même temps aucune génération n a engendré autant de lois liberticides. Gorgée de contradictions et bouffie de certitudes cette génération toxique continue à donner des leçons, y compris dans ce journal. Qu ils se taisent et profitent de leur agréable fin de vie de jouisseurs irresponsables jusqu'au bout!

    • Ouèsava le 16.08.2019 12:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Next

      Sache que tu ne t'adresses qu'à une toute petite frange de la génération que tu vises. Voir cette chienlit, les hippies, les cheveux longs, les gôôôchistes fils à papa fumer leur cochonnerie et se piquer m'horrifiait autant que cela te révolte aujourd'hui. La majorité écrasante de mes copains étaient des fils d'ouvriers, d'employés, qui ont bossé pour s'en sortir et qui ont contribué à construire une société qu'ils pensaient meilleure, par leur rigueur et leurs efforts. Mais alors qu'ils oeuvraient, les laxistes sapaient leur boulot par derrière, patiemment.

    • Rey Fléchy le 16.08.2019 17:50 Report dénoncer ce commentaire

      Changements sociétale

      C'est le bon vieux système du capitalisme qui a continué. Il n'y a pas eu de révolution. En conséquence, les critiques adressées à cette partie de cette génération n'est pas concernée par ces propos mais bien adressée au capitalisme toujours en place qui vit aussi des narco dollars remis dans le système par les banques, par la prostitution et autres trafics. Les nostalgiques, les rêveurs, les artistes, les visionnaires font avancer le monde à leur manière. Et l'appauvrissement des ressources naturelles sera un jour porteur de leurs idées si les humains ne se tapent entre eux.

    • Step le 17.08.2019 11:48 Report dénoncer ce commentaire

      @next

      Votre diatribe est le discours de Mr Rime du parti udc. C'est indéniable que seuls les moutons sont acceptés par ce genre d'idéologie. Et là c'était plutôt les moutons noirs, la contre culture. Tout ce sui est intéressant et novateur.

    • Teuteu le 17.08.2019 12:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Next

      Un peu frustré ? Écoute la musique, ferme les yeux et apprécie !

  • Diego Ramadona le 16.08.2019 11:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Génial

    Ça devait être grandiose d'y participer, j'ai encore vu un reportage cette semaine, inimaginable aujourd'hui.

    • Jessy le 17.08.2019 06:20 Report dénoncer ce commentaire

      Street Parade

      Y a eu juste le double en une journée à Zurich la semaine passée et tout s'est très bien déroulé et ça dure depuis 25ans.

    • T. Riste le 18.08.2019 13:47 Report dénoncer ce commentaire

      @jessy

      C'est la récupération, sans imagination mais avec des samplers.

    • Frédérique Magnin le 18.08.2019 20:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jessy

      Y a pas de festival de musique à Zurich. Ne pas confondre avec une fête. Woodstock est le record mondial de toute l'histoire pour un festival de musique et il n'y a jamais eu d'équivalent. Une tentative qui n'a pas pus se concrétiser était de l'ordre de 100.000 personnes environ. Il est bien sûr impossible aujourd'hui de reproduire un festival aussi grand.

  • Qui L'eu Cru le 16.08.2019 11:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que s'est-il passé ?

    Et c'est cette génération là qui est à l'origine d'un capitalisme pure et dure qui est à l'origine de la mise à mal de notre terre, c'est un paradoxe quand même, non?

    • Chrizo le 16.08.2019 19:16 Report dénoncer ce commentaire

      Quelle partie de la génération ?

      Je doute que beaucoup de ceux qui étaient à Woodstock, les rêveurs et utopistes peace and love, soient devenus les grands banquiers capitalistes et les dirigeants climato-sceptiques d'aujourd'hui avec leurs actions dans la pétrochimie ! Mais bien sûr, Trump va bientôt nous dire qu'il y a était si cela devenait à la mode...

  • Jimi Hentox le 16.08.2019 10:56 Report dénoncer ce commentaire

    Peace & Love

    Ce fut surtout Pisse & Drogue.Tout le monde pissait et caguait partout.Une vrai infection de boue...Beurk!

  • Jacques Tronchedarbre le 16.08.2019 10:53 Report dénoncer ce commentaire

    Nouvelle philosophie

    Hippie,hippies,hourrah,,,vive le Moukoutrah !