Stress

16 octobre 2019 06:15; Act: 16.10.2019 06:15 Print

De retour avec un disque qui donne force et courage

par Fabien Eckert - Le rappeur Stress a sorti «Sincèrement», un 8e album très personnel, nourri par un épisode de déprime.

storybild

Le Vaudois de 42 ans a accouché dans la douleur d'un des ses opus les plus intimes à ce jour. (Photo: Cyrill Matter)

Sur ce sujet
Une faute?

L'homme est un incontournable de la musique suisse. Stress a reçu une multitude de prix et une kyrielle de disques d'or. Pourtant, cela faisait cinq ans que le rappeur vaudois n'avait plus sorti d'albums. Une crise l'a secoué. «Ma dépression m'a obligé à me regarder dans la glace. J'ai dû faire le tri dans mon passé tout en évoluant au niveau professionnel et trouver des nouvelles façons de faire pour offrir de l'inédit», explique Stress au bout du fil. Il ajoute qu'il ne voulait pas un album «uniquement basé sur le divertissement»: «J'en voulais un qui donne du courage et de la force.»

Pour sa création, le rappeur a travaillé des mois avec Gabriel Spahni, du trio pop Pegasus: «Nous deux, c'était la bonne combinaison: lui la tête et moi les tripes.» Niveau featurings, on trouve les icônes Shurik'n et Akhenaton d'IAM: «Bosser avec eux était un rêve de gosse. Ce groupe m'a guidé, a participé à ma construction. On s'est vus quand j'étais très déprimé. C'était comme si des grands frères venaient, te posaient la main sur l'épaule et te disaient: «T'inquiète, ça va aller». Quel bien ça m'a fait!»

La nouvelle génération est aussi présente, comme le Lausannois Arma Jackson: «Mortel ce qui se passe en Suisse romande. Voir des Di-Meh, Slimka ou Comme1Flocon est une fierté. Ça m'énerve de voir que ça ne va pas plus vite pour eux», estime ce pionnier du hip-­hop suisse. Stress résume enfin son album comme un testament de sa carrière avec les hauts, les bas, les réussites, les échecs: «Est-ce que ce sera mon dernier? Ça dépendra de l'envie...»