DJ Snake

31 juillet 2019 07:47; Act: 31.07.2019 07:47 Print

Découragé, il a failli arrêter la musique

DJ Snake a sorti, vendredi 26 juillet 2019, l'album «Carte blanche».

storybild

L'artiste de 33 ans est l'un des DJ les plus riches du monde. (Photo: AFP)

Une faute?

Sur les 17 morceaux que contient le 2e disque de l'artiste français désormais établi à Miami, bon nombre ont été des cartons planétaires. On citera par exemple «Loco Contigo», «Taki Taki», «Fuego» ou encore «Magenta Riddim». Pour autant, il n'était pas certain du succès de «Carte blanche». «Pendant plus de deux ans, tu travailles, tu n'as aucune certitude. Voir les gens au final valider ma vision, c'est génial», a-t-il livré au «Parisien».

Au journal, DJ Snake n'a pas caché sa joie d'avoir atteint des sommets. Il faut dire qu'il revient de loin. «J'ai failli tout arrêter en 2012. Rien ne marchait, des gens autour de moi me décourageaient, me tiraient vers le bas. Heureusement, une porte s'est ouverte aux États-Unis et je m'y suis engouffré. Je ne regrette pas d'avoir serré les dents», s'est-il souvenu.

Si le producteur a persévéré dans la musique, c'est avant tout parce qu'il est un «challenger». «Je ne suis pas musicien, j'ai appris tout seul, j'y ai passé des nuits blanches. Je me réveille toujours en me disant qu'il faut que je fasse ma place, que je dois taper plus haut.»

Concernant son enfance, William Sami Étienne Grigahcine, de son vrai nom, a rappelé qu'elle a été compliquée: son père a quitté le domicile conjugal alors qu'il n'avait que 2 ans et sa mère a dû cumuler les petits jobs pour pouvoir l'élever, lui et son frère. Aujourd'hui, la star vit dans le confort et fait régulièrement étalage de tout le luxe qui l'entoure sur les réseaux sociaux. «Je peux paraître parfois arrogant ou m'as-tu-vu. Il ne faut pas prendre ça au sérieux. J'ai grandi avec pas grand-chose et j'ai juste envie de partager ces moments où je me dis: «Quelle chance j'ai d'être là», a nuancé DJ Snake. 

(jde)