Musique

09 novembre 2019 09:10; Act: 09.11.2019 09:13 Print

Les chansons inspirées par la chute du mur de Berlin

Le mur est tombé il y a pile 30 ans, le 9 novembre 1989. Bon nombre d'artistes ont été inspirés par cette frontière entre est et ouest. Tour d'horizon des musiques nées de cet événement historique.

storybild

Le mur de Berlin est tombé le 9 novembre 1989 précipitant ainsi la chute du bloc soviétique. (Photo: AFP/Gunther Kern)

Sur ce sujet
Une faute?

Radio France Internationale a sélectionné douze artistes qui ont été inspirés par le mur de Berlin qui a séparé les deux Allemagnes, de 1961 à sa chute le 9 novembre 1989. On retrouve dans cette playlist naturellement des groupes allemands, tels que Scorpions, Nena ou Udo Lindenberg aussi bien que des stars de la pop et du rock d'autres pays comme Elton John, David Bowie ou Pink Floyd.

Voici en quelques mots, comment et pourquoi ces morceaux font partie de cette sélection «L'inoubliable discothèque du mur de Berlin» selon RFI.

«Wind of Change» de Scorpions: «Sortie en 1990, la ballade est devenue un tube international en 1991, et s'est imposée très vite comme l'hymne de la chute du mur. A l'occasion des cérémonies du dixième anniversaire de la chute en 1999, les rockers ont interprété leur tube, accompagnés par 160 violoncellistes. Ses paroles font en fait allusion au Moscow Music Peace Festival de 1989, premier festival rock donné à l'Est, auquel participa Scorpions.»

Jean Sébastien Bach, Suite no 1 pour violoncelle, 1er mouvement par Mstislav Rostropovich: «Apprenant la nouvelle de la chute du Mur, Mstislav Rostropovitch a débarqué à Berlin le 11 novembre 1989, son violoncelle à la main, direction Check Point Charlie. Une chaise a été offerte au virtuose russe en exil que la plupart des personnes présentes au pied de ce pan du mur n'avaient pas reconnu. Dès que les premières mesures, la foule a fait silence pour l'écouter.»

«Looking for Freedom» par David Hasselhoff: «Héros du petit écran notamment avec la série «Alerte à Malibu», David Hasselhoff a participé en 1989 à un concert du Nouvel An à Berlin près de la porte de Brandebourg, quelques semaines après la chute du mur.»

«99 luftballons» de Nena: «Tube planétaire en 1984, le titre dénonce la course à l'armement entre Est et Ouest durant la guerre froide. À l'exception des Allemands, le monde entier s'est déhanché sur ce titre, sans vraiment en comprendre les paroles militantes.»

«Another Brick In The Wall» de Roger Waters: «En dépit de son titre qui semble se référer directement au Mur, l'énorme tube des Pink Floyd paru en 1979 n'a en fait aucun rapport la chute du Mur en novembre 1989. A ceci près que quelques mois après le début de la réunification, Roger Waters, bassiste de Pink Floyd et surtout compositeur de l'album «The Wall», a organisé un gigantesque concert sur la Potsdamer Platz de Berlin.»

«Nikita» d'Elton John: Sortie en 1985, «Nikita» décrit les sentiments amoureux d'Elton John pour une garde-frontière d'Allemagne de l'Est qu'il ne peut rencontrer, car il n'est pas admis dans le pays. Directement inspiré par la guerre froide, le titre met en scène le Mur de Berlin dans le clip. Cinq mois avant la chute du mur, Elton John a donné un concert à la Deutschland Hall à Berlin, où il a notamment chanté «Nikita».»

«Heroes» de David Bowie: «Quand David Bowie s'est éteint le 10 janvier 2016, il est devenu la première rock star à recevoir les hommages du ministère allemand des Affaires étrangères par via un tweet émouvant:«Au revoir David Bowie. Tu es maintenant parmi les Heroes. Merci d'avoir aidé à faire tomber le Mur». Son titre fait partie de sa trilogie berlinoise, trois albums qu'il a composés à la fin des années 1970 à Berlin, où il a résidé pendant deux ans. «Heroes» relate la vie de deux amants qui se réunissent à l'ombre du «Mur de la honte».

«Sonderzug nach Pankow» d'Udo Lindenberg:
«En 1983, l'irrévérencieux rockeur allemand a été interdit de se produire en Allemagne de l'Est. Il écrit alors «Sonderzug nach Pankow», un titre provocant qui s'en prend directement au secrétaire général de la RDA, Erich Honecker, représenté en despote incurable qui écoute en cachette la radio de l'Ouest.»

«La lambada» de Kaoma: «Difficile au premier regard d'établir un lien entre le zouk du groupe caribéen (tube de l'été 1989) et l'effondrement du mur. Un soir de novembre 1989, au pied de la porte de Brandebourg, des Berlinois en liesse ont pourtant remué les hanches sur fond de «Lambada», un policier en uniforme se joignant à eux pour esquisser quelques pas.

«Greta» de Renaud: Publiée en 1975, c'est une chanson d'amour sur une relation impossible entre un Berlinois de l'Ouest et une Berlinoise de l'Est séparés par le mur. Plus de 15 ans après la sortie du titre, Renaud a rendu hommage à Mikhaïl Gorbatchev dans sa chanson «Welcome Gorby».

(fec)