Hip-hop

21 février 2019 07:54; Act: 21.02.2019 07:54 Print

Lacrim: jeunesse retrouvée en sortant de prison

Le rappeur Lacrim a conçu le double album qui porte son nom loin de Paris. Un mal nécessaire.

storybild

Lacrim se dit fier de son 3e disque. (Photo: DR)

Une faute?

Le Français d'origine algérienne a enregistré «Lacrim» aux États-Unis notamment. Il a eu besoin de s'éloigner de la Ville Lumière pour ne pas retomber dans ses travers à sa sortie de derrière les barreaux, où il a purgé une peine pour détention d'arme, il y a de cela trois ans. «Une nécessité pour se mettre sur de bons rails. En restant avec l'entourage avec lequel j'ai grandi, j'aurais pu filer du mauvais coton», a-t-il expliqué à l'AFP.

Dans son double album, Lacrim rappe sur une multitude de styles de hip-hop différents. Il en a expliqué la raison sur Clique TV: «Je sentais que dans mes précédents projets, cela commençait à se rassembler. Cela tournait en rond. Je ne proposais plus de la vraie bonne musique.» Ce 3e album, l'artiste de 33 ans en est particulièrement fier. C'est d'ailleurs pour cela qu'il porte son nom. «Il me ressemble à mort. Il y a des thèmes et beaucoup moins de fiction. C'est vraiment ma pièce d'identité. Je continue ma jeunesse, elle s'est arrêtée quand j'ai découvert la prison (ndlr: à l'âge de 16 ans)», s'est-il confié.

Sur «Lacrim» figurent de nombreux titres conçus en collaboration. Et pas des moindres, puisque réalisée avec Snoop Dogg, Rick Ross, French Montana, Cheb Mami ou encore et 6ix9ine. «Je les ai choisis et pour chacun je suis parti dans son créneau. Le morceau avec Snoop est par exemple très West Coast», a raconté Lacrim en précisant avoir rencontré tous les artistes en studio. De ces moments, il ne garde que de bons souvenirs, comme avec 6ix9ine, qui est loin de l'image qu'il dégage: «Il ne boit pas, ne fume pas. Les gens le prennent pour un fou mais c'est un petit vif intelligent».

(jde)