Londres

19 février 2020 01:39; Act: 19.02.2020 09:56 Print

Le rappeur Dave rafle la mise aux Brit Awards

Le rappeur londonien a remporté la récompense très convoitée du «meilleur album britannique», mardi soir à Londres.

Billie Eilish a été couronnée meilleure artiste féminine internationale. Elle a chanté pour la première fois le thème du prochain James Bond
Sur ce sujet
Une faute?

Le rappeur Dave a raflé la récompense très convoitée du «meilleur album britannique» de l'année mardi soir lors de la 40e édition des Brit Awards. Les récompenses britanniques de la musique pop ont également mis à l'honneur l'américaine Billie Eilish.

Avec son album «Psychodrama», le rappeur originaire du quartier londonien de Brixton a coiffé sur le poteau les autres nommés dans cette catégorie, notamment le chanteur écossais Lewis Capaldi, l'ex-One Direction Harry Styles, le rappeur Stormzy ainsi que le chanteur Michael Kiwanuka.

Sobre piano sur une scène entièrement noire, arches lumineuses en néon et projections évocatrices en noir et blanc: c'est dans une performance à la scénographie soignée que le chanteur avait interprété plus tôt dans la soirée «Black», un des titres phare -et fort- de «Psychodrama», suscitant une standing ovation. Le rappeur avait déjà raflé le prestigieux Mercury Prize en septembre dernier pour cet album, qui explore l'identité noire et dénonce le racisme institutionnalisé.

Stormzy, meilleur artiste masculin

Il était en compétition avec les quatre même chanteurs pour la catégorie «meilleur artiste masculin», qui a cette fois-ci été remportée par le rappeur Stormzy. Lui-même a livré une performance explosive au cours de la soirée, dans un medley faisant intervenir pluies, pétards et plus d'une cinquantaine de personnes sur scène.

L'écossais Lewis Capaldi est le seul chanteur a avoir été récompensé à deux reprises à l'O2 Arena de Londres, raflant le titre du nouvel artiste de l'année et de la meilleure chanson de l'année, pour «Someone You Loved». Point de polémique autour d'une sélection supposée raciste, avec cette année plus d'artistes noirs que blancs présentés dans les catégories «meilleur album» et «meilleur artiste masculin de l'année».

Mais les nominations avaient cette fois-ci des accents très masculins, aucune femme ne figurant dans les catégories mixtes de meilleur album ou meilleur groupe, qui a été remportée par les rockeurs de Foals, au nez et à la barbe de Coldplay.

«Son nom est Eilish. Billie Eilish»

Cependant, la plus grosse attente de la soirée tournait bien, elle, autour d'une jeune femme. «The name is Eilish. Billie Eilish»: la chanteuse américaine, couronnée cette année aux Grammy Awards à seulement 18 ans, a interprété pour la toute première fois son nouveau titre, «No time to die», thème officiel du prochain volet des aventures de James Bond.

Celle qui a remis à Dave sa récompense a elle-même remporté le Brit Award de la meilleure artiste féminine internationale, rendant un vibrant hommage à ses concurrentes Lizzo, Ariana Grande, Camila Cabello et Lana del Rey dans un discours acclamé. Du côté britannique, c'est la jeune voix du RnB Mabel, hispano-britannique de 23 ans, qui a été récompensée du titre de la meilleure artiste féminine de l'année.

(nxp/ats)