Musique

08 septembre 2018 01:18; Act: 08.09.2018 08:19 Print

Le rappeur Mac Miller décède d'une overdose

Selon le site TMZ, le rappeur américain Mac Miller est décédé ce vendredi d'une overdose à son domicile de Los Angeles.

storybild

Malcolm McCormick, de son vrai nom, est décédé à l'âge de 26 ans. (Photo: AFP)

Une faute?

Le rappeur Mac Miller, qui a conquis ses fans avec son hip-hop rétro, est décédé à 26 ans, selon des médias américains. Il avait attiré l'attention avec des chansons sur son ancienne petite amie Ariana Grande et sur le président américain Donald Trump.

Le site spécialisé dans les célébrités TMZ a indiqué vendredi que le jeune homme aurait succombé à une surdose à son domicile, près de Los Angeles. Le magazine US Weekly annonce également son décès. Ce décès intervient quelques mois après la fin de sa relation de deux ans, très médiatisée, avec la chanteuse Ariana Grande, qui a été considérée parfois comme sa source d'inspiration.

En mai, peu après leur rupture, il avait eu un accident de voiture. Il avait été inculpé pour conduite sous l'influence de drogues ou d'alcool. Il parlait ouvertement de ses problèmes d'addiction et avait dit à l'occasion de la sortie en août de son cinquième album enregistré en studio, «Swimming», qu'il allait de mieux en mieux. «Est-ce que j'ai consommé des drogues? Oui. Mais suis-je un toxicomane? Non», avait-il dit au magazine Rolling Stone.

Trump flatté

Né à Pittsburgh, en Pennsylvanie, Malcolm McCormick, de son vrai nom, a accédé à la célébrité en postant sa musique sur Internet lorsqu'il était adolescent. Ses chansons comportaient un son minimaliste avec un rythme puissant rappelant les prémices du rap.

En 2011, il avait écrit une chanson dont le thème était «devenir immensément riche» et, en guise de métaphore, l'avait intitulée «Donald Trump». Le magnat de l'immobilier, devenu depuis président des Etats-Unis, avait été flatté par cette chanson, tout en disant que les paroles étaient «un peu difficiles à comprendre». Il avait même qualifié Mac Miller de «nouveau Eminem», un autre rappeur blanc de premier plan.

Mais après l'entrée du milliardaire à la Maison-Blanche, le rappeur avait inversé le message de sa chanson. Il dénonçait vigoureusement le président lors de ses concerts.

(nxp/ats)