Hip-hop

13 février 2020 05:57; Act: 06.03.2020 09:20 Print

Maes, trois voix dans une

par Fabien Eckert - Le Français fait fort dans les charts avec son album «Les derniers salopards», qui alterne colère, joie et mélancolie.

Une faute?

Le rappeur de Sevran (F) est en train de faire sa place parmi les plus gros vendeurs de disques. Ses concerts affichent régulièrement complet, comme celui du 7 mars à Genève. Une fierté pour cet ex-taulard de 25 ans, par ailleurs fan de Daniel Balavoine et Charles Aznavour.

Ça vous fait quoi ce succès?
Ça fait plaisir! C'est comme si je rendais une copie à l'école et que le prof me mettait une bonne note. Il y a une fierté de l'entourage, de la famille, du quartier. Je suis détesté aussi. Je le dis dans «Mémoire»: «Je suis aimé comme ma rime et détesté comme Marine.»

Sur l'album, vous avez trois visages: le colérique, le mélancolique et l'enjoué. C'est juste?
Plus que trois visages, je dirais trois voix. J'essaie toujours de les améliorer. Si c'est le Maes colérique, j'améliore mes paroles, si c'est le jovial, mes mélodies et si c'est le mélancolique mes métaphores. Tout part d'une bonne prod. Si elle me plaît, elle va me faire sortir des mots, des émotions.

Votre maman est aussi très présente dans vos textes.
Oui. Elle survient souvent dans ma tête. Je me souviens quand tout n'était pas rose. Mon absence, mes bêtises et toutes ces lettres qu'elle recevait de la justice la faisaient souffrir. Aujourd'hui, j'essaie d'enlever cette noirceur pour éclaircir la page.

Booba a rappé sur deux de vos titres, dont le dernier en date «Blanche», et vous soutient. Pas peur qu'il vous clashe comme il l'a fait avec Damso?
Non, je n'ai rien signé avec lui. Tous ceux avec qui il est en conflit étaient liés à lui par contrat. Après, il n'a pas non plus mon âge, qu'est-ce qu'il irait clasher un p'tit jeune comme moi (rires)? Booba, c'est Zidane et moi je suis Mbappé. On porte le même maillot. Il me conseille et me donne son avis.