Muzit

06 janvier 2016 16:41; Act: 06.01.2016 16:41 Print

Quand le piratage de titres sert les artistes

Un site permet aux musiciens de connaître qui télécharge leurs titres illégalement et où. Muzit.com poursuit pourtant un autre but que la lutte contre le piratage.

storybild

Un exemple de l'application avec le rappeur Tupac.

Une faute?

Tommy Funderburk est un chanteur, musicien et producteur aguerri. Il a enregistré avec de nombreux groupes et artistes, comme Laura Branigan, Mötley Crüe, Céline Dion ou encore Whitesnake. Il est aussi le boss d’un label. C’est avec cette casquette qu’il a imaginé la plate-forme Muzit. L’idée lui est venue lorsqu’il a appris, par hasard, que l’un des groupes dont il s’occupe faisait un carton au Brésil, pays où aucun album du combo n’était commercialisé. Plutôt que de se lancer dans une bataille «perdue d’avance» contre le piratage, Funderburk a alors préféré réfléchir comment les artistes pourraient tirer profit de ces téléchargements illégaux.

Avec Muzit, l'Américain pense détenir «la première solution positive au problème». La plateforme permet aux artistes de connaître, en temps réel, où et combien de personnes téléchargent leurs morceaux sur les réseaux peer-to-peer. Elle offre également la possibilité aux musiciens de rentrer en contact avec les pirates. «C’est un nouveau moyen de promotion incroyable, se réjouit le boss. Les groupes peuvent par exemple programmer et annoncer des dates de concerts dans les endroits où ils sont le plus piraté.» Le créateur met aussi en avant la gigantesque base de fans que Muzit offre aux stars avec son système.

Pour être certain que sa plateforme ne soit pas détournée de sa fonction d’origine, Funderburk n’accepte que des artistes qui s’engagent à ne pas poursuivre les pirates. «Fondée par des artistes, pour les artistes, Muzit existe uniquement pour créer des relations positives», insiste-t-il.

(jde)