Tame Impala

17 février 2020 07:13; Act: 17.02.2020 08:32 Print

Il s'est coupé du monde afin de pouvoir s'écouter

Tame Impala a déposé «The Slow Rush» dans les bacs le 14 février 2020, cinq ans après avoir explosé avec un album chef-d'oeuvre.

storybild

Kevin Parker, 34 ans, a eu de la peine à se remettre du succès de «Currents». (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Avec le disque «Currents», l'Australien Kevin Parker, multi­instrumentiste et chanteur qui se cache derrière le pseudo de Tame Impala, était passé du statut de pépite de l'indie pop à celui de star de la pop. Continuer à faire de la musique après que sa galette s'est vendue à plus de 1 million d'exemplaires et a été nommée dans la catégorie Meilleur album alternatif aux Grammies 2016, n'a pas été évident. «J'ai privilégié les collaborations. Ainsi, je n'étais qu'un rouage de la machine et je ne portais pas toutes les responsabilités sur mes épaules», a raconté au «Sun» celui qui a bossé sous son vrai nom avec, entre autres, Kanye West, Lady Gaga ou encore Mark Ronson.

Le déclic pour relancer Tame Impala est venu «après quatre ans, de manière instinctive, un peu comme la migration, lorsqu'une volée d'oiseaux sent qu'il est temps de partir». Kevin Parker s'est alors enfermé des semaines durant chez lui, dans ses résidences à Perth (Australie) et à Los Angeles (USA). Il a créé l'album «The Slow Rush» dans la solitude la plus totale. «Pour que Tame Impala puisse exister, je dois pouvoir me perdre dans ce que je fais, écouter mon cerveau désorganisé. Je n'y arrive pas si d'autres personnes sont là», a-t-il livré. 

(jde)