Sponsorisé

11. Juli 2019 11:42; Akt: 11.07.2019 16:00 Print

Le cochon, cet animal plein de qualités

Les cochons suisses ont des qualités étonnantes: ils fournissent la viande la plus populaire et leurs matières premières sont utilisées dans les salles de bains, les transports publics et ailleurs.

Bildstrecke im Grossformat »
Lun des quelques 1,5 million de porcs que compte la Suisse: la truie Royal Sapphire avec Fabio Müller, ancien designer industriel et entrepreneur porcin depuis six ans. Ses animaux... ... apprécient visiblement lélevage en plein air. La saleté ne leur sert pas uniquement à se rafraîchir. Lorsquils se vautrent... ... dans la boue, cela les protège également de la vermine. Ces animaux sociaux... ... vivent en famille et aiment sortir ensemble en plein air. Les omnivores contribuent pour une large part à la durabilité de lagriculture. Ils... ... aiment farfouiller dans la terre pour trouver de la nourriture, mais préfèrent quand même recevoir lalimentation qui vient de la production voisine. Cela comprend... ... aussi les déchets du cultivateur de légumes en arrière-plan. La nourriture est non seulement... ... ingurgitée rapidement et avec des grognements de plaisir. Les porcs apportent ainsi une contribution importante contre le gaspillage alimentaire. Car... ... les animaux délevage suisses transforment chaque année environ 780 000 tonnes de sous-produits végétaux issus de la transformation (matière sèche MS) et les porcs locaux environ 132 500 tonnes de lait et de produits laitiers (MS), par exemple le petit-lait de la fabrication du fromage. Il sagit là dun maillon important dans le cycle des nutriments. «La nourriture fait toute la différence. Ce quils mangent se retrouve dans le goût de la viande», dit Fabio Müller, qui nourrit aussi ses animaux personnellement de temps en temps. En Suisse, lalimentation de nos animaux de ferme ne contient ni farines animales ni organismes génétiquement modifiés, les hormones et les antibiotiques sont interdits depuis 1999. Une image inhabituelle: les porcs, appelés Kurobuta au Japon, mangent même de lherbe, contrairement aux autres races. La vie dans les prés... ... est à lorigine de la viande de haute qualité. En Suisse, 95% de la viande porcine provient de la production nationale. Les petits de cette mère... ... sont transformés en morceaux savoureux dès quils atteignent un poids de 60 à 70 kilos. A côté des parties classiques comme la côtelette de porc... ... il y a aussi le lard de haute qualité avec ses acides gras essentiels... ... et dautres morceaux comme le cou. Ils correspondent à la tendance actuelle qui est dutiliser le plus de parties possible de lanimal en cuisine. Ce qui reste de lanimal... ... nest pas seulement utilisé pour la production doursons en gomme. Le collagène, qui est utilisé dans les crèmes pour la peau par exemple, est obtenu à partir de composants de porc. (Photo: production à grande échelle en Suisse). Combustible durable: le plus grand recycleur de déchets dabattoirs de Suisse fait le plein de ses camions avec du biodiesel neutre en CO2, quil extrait de la graisse animale. Une partie intégrante de la production daluminium: dans les fonderies, la cendre dos de porc est utilisée pour mieux éliminer le métal brut du moule. Des cochons en déplacement: les cendres dos sont également utilisées dans la fabrication de freins à disque pour les trains.

Fehler gesehen?

Un cadeau de mariage a changé la vie de Fabio Müller. Un jour, il a offert à un couple d’amis un porcelet comme cadeau de mariage et il s’est réjoui du succès qu’il a eu. Depuis, sa vie tourne autour des cochons. Le jeune homme de 35 ans a vite reconnu le potentiel des animaux et de leur élevage dans le respect. Il a décidé de tout miser sur les cochons et, il y a six ans, il a fondé la coopérative «Mein Schwein» (mon cochon).

Devant sa maison à Oberwil-Dägerlen, Fabio Müller explique son concept aussi simple que transparent: en collaboration avec d’autres éleveurs de porcs, la coopérative offre de la viande de porc de grande qualité provenant d’animaux élevés en plein air. Les clients achètent tout ou une partie d’un porc d’excellente qualité suisse et reçoivent toutes les parties de l’animal qui peuvent être utilisées.

«Ceux qui le veulent peuvent rendre visite à leur porcelet et faire leurs achats directement chez nous», explique Fabio Müller. Les consommateurs soucieux de la qualité apprécient beaucoup ce système. Ils aiment non seulement le bon goût de la viande, mais ils redécouvrent aussi d’anciennes recettes, comme les pâtes à tartiner ou les röstis au saindoux pur, que Fabio Müller produit également.

Ce dernier traverse la rue jusqu’à la prairie d’en face. C’est ici que se trouve son tout dernier projet: les porcs noirs d’Angleterre, une race inchangée depuis près de 200 ans. A l’origine, ils viennent du comté de Berkshire, qui leur a donné leur nom. Ils sont également connus sous le nom japonais de Kurobuta. Grâce à l’extraordinaire qualité de la viande, les Japonais l’apprécient autant que le bœuf de Kobe.

Lorsque Fabio Müller franchit la clôture et entre dans le champ, il est accueilli par Royal Sapphire, 250 kilos, mère de neuf porcelets. Elle se frotte à ses bottes, il lui caresse son dos poussiéreux. Il connaît le nom de ses douze truies et trois verrats. Comme c’est toujours le cas avec les porcs importés, ils ont été mis en quarantaine pendant neuf mois pour vérifier leur état de santé. Maintenant, il s’occupe avec beaucoup d’amour de ses «Kuros», comme il appelle la race. «Pour les garder en bonne santé et forts, les lignées de sang sont croisées selon un système bien étudié».

Les porcs ne sont pas très exigeants, tant qu’ils ont assez de terre et de boue pour se rafraîchir. Ces animaux omnivores reçoivent de la nourriture de la région environnante, en plus des produits des champs proches tels que les tourteaux provenant de la transformation de la betterave sucrière et les déchets de l’exploitation voisine, un producteur de légumes. «Une bonne alimentation fait toute la différence: vous la retrouverez dans le goût savoureux de la viande», explique Fabio Müller.

Le résultat est une viande extraordinairement juteuse et savoureuse. Cela a son prix mais, pour le jeune éleveur de porcs suisses, la qualité est plus importante que la quantité. Ses collègues et lui jouent un rôle pionnier dans la comparaison internationale au niveau de la qualité de la viande et de la graisse ainsi que dans l’élevage des animaux. Environ 95% de la viande de porc consommée en Suisse provient de la production locale (voir encadré).

Pour Fabio Müller, la viande de grande qualité se reconnaît à plusieurs aspects: «Dans la poêle, on voit immédiatement si une pièce est de qualité: elle ne rétrécit pas.» Et puis, bien sûr, le goût et la saveur sont décisifs. Pour lui, il est clair que le bien-être des animaux est la priorité absolue. «En Suisse, la norme à cet égard est très élevée.»

Il aime non seulement travailler avec les animaux, mais aussi les vendre. On le constate dans les réfrigérateurs et les congélateurs: les côtelettes et les filets ne sont pas les seules pièces recherchées; il y a aussi les morceaux du cou ou du ventre. Et Fabio Müller a réalisé que les gens apprécient beaucoup la graisse de haute qualité – et pas seulement pour relever le goût, mais aussi pour la consommation, comme le lui disent ses clients. «C’est pourquoi, contrairement à autrefois, je laisse le bord de graisse sur les morceaux maigres», dit-il radieux.

Et ce qui reste de la production de viande en Suisse est également recyclé. Les composants du cochon ne sont pas seulement utilisés pour les oursons en gomme, mais aussi dans des endroits surprenants tels que les transports publics, comme on peut le voir sur la photo ci-dessus.

Die beliebtesten Leser-Kommentare

  • Madeleine We6 am 11.07.2019 07:08 Report Diesen Beitrag melden

    Ces stars sous-estimées

    Que j'aimerai pouvoir consommer cette viande la !!! Merci de si bien les traiter !!! Tous les animaux de ferme devraient pouvoir sortirent à leurs guides, dîtes aux éleveurs de veaux de faire pareil , les savoir enfermer dans des cages en plastiques , dès leurs naissances , séparés de leurs mère est d'une cruauté inadmissible !!

    einklappen einklappen
  • Rien de comparable am 11.07.2019 18:03 Report Diesen Beitrag melden

    Concurrence déloyale

    Absolument faux! Vous n'avez même pas idées des conditions de vie chez nos voisins! C'est incomparable, le nombre de bêtes et 10x supérieur pour une même surface en france ou en Italie par exemple. Par contre on trouve normal que les produits d'importations ne respectent aucune de nos normes...

    einklappen einklappen
  • Sam am 11.07.2019 22:22 Report Diesen Beitrag melden

    Un peu d'humour

    Mon ex était un porc et n'avait pas autant de qualité pour autant lol

    einklappen einklappen

Die neusten Leser-Kommentare

  • Marie am 16.07.2019 22:33 Report Diesen Beitrag melden

    Photo trompeuse

    Quand j'ai lu le titre j'ai cru qu'il glorifiait encore une fois le camarade socialiste levrat. Enfin c'est tout comme

    • Rongeur sournois am 16.07.2019 23:05 Report Diesen Beitrag melden

      Bien dit !!!

      Excellent, bravo !!!

    einklappen einklappen
  • Arianit am 15.07.2019 21:54 Report Diesen Beitrag melden

    Religions divers

    J'ai du respect pour ceux qui ont d'autre religions mais moi chui musulman alors je vais pas lancé de debat la dessu mais pour nous le cochon et d'après nous c'est 1 pas bon pour la santé 2 il est gras et fait grosir 3 peut la plus part du temp rendre malade si le cochon n'est pas au frais et 4 notre religions avant tout comme la.votre!

    • Oligator am 16.07.2019 01:16 Report Diesen Beitrag melden

      Templiers

      Le plus grand avantage du cochon c est qu il éloigne les muslims!

    • Dann am 16.07.2019 14:53 Report Diesen Beitrag melden

      Mal placé

      Mais que nous chantes-tu là ? Ça n'est pas un sujet où un musulman doit prendre position. Moi qui ne suis pas de ta religion, je ne peut prendre position sur les animaux qu'on égorge vivants, ça n'est pas mon rôle.

    • Dann am 16.07.2019 14:59 Report Diesen Beitrag melden

      Mal placé

      Votre religion comme la nôtre? Vous me dites où je dois rire jaune. Moi qui suis agnostique, j'oblige ma femme à porter la burka uniquement sur des plages naturistes. Trop peur qu'elle se barre.

    • Meley am 16.07.2019 19:37 Report Diesen Beitrag melden

      Néonazi cochon

      J'adore

    • Chrétien mais aussi rationaliste am 16.07.2019 19:37 Report Diesen Beitrag melden

      Opinion respectable, mais mauvais arguments.

      Vous dites que 1. Il n'est pas bon pour la santé, mais vous ignorez l'article qui héberge ce blog et ne fournissez aucun argument. 2. Vous dites que le cochon est gras et fait grossir; alors mis à part l'article ci-dessus qui relativise cet aspect, j'attire votre attention sur le fait que la viande de mouton est plus grasse...et pourtant, vous en mangez sûrement. 3. Je vous signale quand même que toute viande, provenant de tout animal de toute espèce, devient dangereuse si elle n'est pas conservée au froid. Et 4. Si votre religion vous interdit de manger du porc, libre à vous de vous y plier !

    • Meley am 16.07.2019 19:37 Report Diesen Beitrag melden

      Hein???

      Hein????

    • Rongeur sournois am 16.07.2019 20:45 Report Diesen Beitrag melden

      Hypocrisie, quand tu nous tiens...

      Vous dites "2 il est gras et fait grosir"... et vos loukoums ne font absolument pas grossir, on est d'accord.

    einklappen einklappen
  • Fifi l'hypocrite am 15.07.2019 16:13 Report Diesen Beitrag melden

    Tout est bon dans le jambon

    Pleins de qualités et pourtant nos amis les terroristes ne veulent pas en manger ??? Ils préfèrent voiler leurs femmes et je les comprends....

    • Meley am 16.07.2019 19:39 Report Diesen Beitrag melden

      Pour sûr !

      Je les comprends également.... honte de marier des outils pareils !!

    einklappen einklappen
  • Labite am 15.07.2019 12:02 Report Diesen Beitrag melden

    Ouiiiii

    C'est pas ce que me dit toujours ma femme

  • GeCompris am 15.07.2019 10:12 Report Diesen Beitrag melden

    Pub

    De la pub sous couvert d'info...