Valais

14 mars 2012 18:07; Act: 15.03.2012 10:26 Print

La ceinture, une vraie sécurité?

par Olivia Fuchs/ats - L'accident de bus à la hauteur de Sierre (VS) a causé la mort de 28 personnes. Cette tragédie soulève de nombreuses questions, donts celles de la fiabilité des ceintures et de rails de sécurité.

storybild

Par la force du choc, les sièges ont été arrachés et ont volé à travers le bus. (Photo: keystone/AP/Laurent Gillieron)

Sur ce sujet
Une faute?

Sur 52 passagers, 28 ont trouvé la mort. Selon un chauffeur de car professionnel, les ceintures à deux points équipant les bus peuvent engendrer des blessures graves. Selon l'homme, qui s'exprime sur un forum belge, «l'effet d'une ceinture ventrale sur un enfant est désastreuse. Sans ceinture, nous aurions trouvé beaucoup plus d'hématomes divers, de bras et de jambes cassées, mais moins de pathologies graves comme des poumons ou des intestins perforés.»

Trop tôt pour des conclusions

Son avis est partagé par le Département des transports du Canada, pour qui les ceintures sous-abdominales «seraient davantage susceptibles de faire subir des blessures sérieuses à la tête et au cou que les occupants non attachés lors de collisions frontales».

Mais cet avis ne convainc pas Moreno Volpi, porte-parole du TCS: «Le TCS a réalisé en juin 2011 un crash test avec un car de voyage pour montrer la nécessité de porter les ceintures de sécurité et rappeler l’obligation qui est en vigueur en Suisse. Mais même si notre test a montré que la ceinture peut sauver la vie lors d’un accident à 64 km/h, il est prématuré de tirer une quelconque conclusion sur le tragique accident qui a eu lieu.»

Pour rappel, le port de la ceinture à bord des autocars privés est obligatoire en Suisse depuis 2006. Tous les nouveaux cars mis en circulation depuis cette année-là doivent être équipés de ceintures ventrales.

Des experts allemands ont pointé des problèmes de sécurité

L'accident du car belge à Sierre aurait pu connaître des conséquences moins graves si ce dernier avait été pourvu de rails de sécurité, a indiqué Johannes Hübner, expert en accident auprès de l'International Coach Tourism Federation (RDA), mercredi à l'agence allemande DPA.

Des lacunes concernant la sécurité avaient été pointées par l'association dans le passé. D'après les premières analyses, la roue avant droite du bus a percuté le mur du tunnel dans un long virage sur la droite, selon M. Hübner. L'impact s'est produit au début de l'accotement d'urgence. Le conducteur du car a ensuite tenté de changer la direction du car, mais a percuté le mur qui marquait la fin de l'accotement.

«Les 15 ou 20 premiers mètres étaient déjà passés avant que le chauffeur n'ait pu réagir», a précisé M.Hübner, qui estime que l'absence de rail de sécurité le long du mur, et la vitesse de 50 km/ h, ont accentué la gravité de l'accident.

«Un rail de sécurité devrait être installé sur toute la longueur du mur du tunnel, et un double rail devrait être placé au début et à la fin de l'accotement d'urgence», a encore déclaré l'expert. En 2005, le tunnel avait été testé par l'organisation automobile ADAC, et avait obtenu la mention «bon».