Vatican

13 février 2013 10:51; Act: 13.02.2013 16:47 Print

Benoît XVI: «J'arrête pour le bien de l'Eglise»

Le pape a fait mercredi sa première apparition publique après l'annonce de sa démission, lors de l'audience générale qui rassemblait 3500 fidèles dans la salle Paul-VI du Vatican.

Voir le diaporama en grand »
09.03 La cheminée qui laissera s'échapper de la fumée blanche ou grise a été installée sur le toit de la chapelle Sixtine samedi. La fumée blanche indiquera qu'un pape a été choisi par le conclave. Celui-ci s'ouvre le mardi 12 mars. 08.03 Le conclave pour l'élection du successeur de Benoît XVI débutera le mardi 12 mars, a annoncé vendredi dans un bref communiqué le service de presse du Vatican. 06.03 Une association américaine de victimes de prêtres pédophiles craint qu'un cardinal ayant minimisé ou couvert le scandale soit élu pape. Elle a publié une liste de douze noms. 06.03 Le magazine italien «Chi» publie en exclusivité des clichés de l'ancien pape en promenade dans les jardins de Castel Gandolfo. 04.03 Les discussion d'avant-conclave ont débuté au Vatican. 01.03 Des affiches électorales parodiques appelant le Sacré Collège à voter pour le cardinal Peter Turkson ont été placardées à Rome. 28.02 La démission de Benoît XVI prendra officiellement effet à 20h, le 28 février 2013, ouvrant la période d'interrègne, dite de «siège vacant». 27.02 Le pape a fait ses adieux devant une foule de fidèles rassemblés mercredi 27 février place Saint-Pierre avant sa renonciation prévue jeudi 28 février. Le pape Benoît XVI, dans son dernier message aux catholiques du monde entier, a assuré mercredi que «Dieu ne laisse pas couler sa barque», même dans «les eaux agitées», et assuré qu'après sa démission, il continuerait à soutenir l'Eglise par la prière. 27.02 A la veille de sa démission historique, le pape Benoît XVI va faire ses adieux à la foule des fidèles. Dès 10h30, il donne son ultime audience générale sur la place Saint-Pierre et non dans l'auditorium habituel, pour faire face à l'affluence. 26.02 Après sa démission jeudi, Benoît XVI se fera appeler «Sa Sainteté Benoît XVI, pape émérite» ou «Sa Sainteté Benoît XVI, pontife romain émérite», a annoncé mardi le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi. 20.02 La demeure du futur ex-pontife est situé sur une colline. Des journalistes ont pu visiter la demeure. L'ancien monastère est situé près du Vatican. 20.02 Un vaticaniste a révélé que la santé du pape s'était tellement détériorée que son médecin lui a vivement déconseillé de prendre l'avion. 17.02 Des dizaines de milliers de fidèles se sont réunis sur la place Saint-Pierre pour écouter l'avant-dernier angélus du pape Benoît XVI qui se retirera le 28 février. 15.02 Afin de préparer le nouveau pape aux fêtes de Pâques, la date du Conclave pourrait être avancée. 12.02 Le pape veut se retirer dans un monastère caché derrière les murs du Vatican, créant un nouveau précédent historique: pour la première fois, un pape et son successeur vivront chacun dans l'enceinte du plus petit Etat du monde. Le 11 février 2013, un éclair aurait frappé la basilique Saint-Pierre, à Rome, alors que le jour même le pape annonçait vouloir se retirer. Le pape Benoît XVI a annoncé lundi sa pour le 28 février, dans un discours prononcé en latin lors d'un consistoire au Vatican, a annoncé à l'AFP le porte-parole du Saint-Siège. Lors de son premier voyage en Afrique, en mars 2009, Benoît XVI avait crée la polémique en déclarant:«Le problème du ne peut pas être résolu avec les préservatifs.» Affirmant que «la plus grande persécution» de l'Eglise vient d'elle-même à travers ses propres péchés, il demandera «pardon» aux victimes en juin 2010, et prônera la tolérance zéro. Obsédé par l'unité de l'Eglise et partisan d'une liturgie soignée, il aura aussi fait de la Fraternité Saint-Pie-X. Il précisera sa position sur l'application du Concile Vatican II (1962/65) que ceux-ci réprouvent: tout le concile, rien que le concile. En 2012, il est confronté à l'intérieur du Vatican à un scandale de fuites de documents confidentiels, qui verra l'arrestation de son propre majordome, : un symptôme des mécontentements et des divisions dans la curie. S'il refuse toute évolution de l'Eglise sur les questions de moeurs (avortement, euthanasie, famille, homosexualité), ce pape conservateur, refusant la rupture avec la tradition, sera le premier à admettre l'utilisation du préservatif, dans des cas très limités, pour éviter la contamination du sida. Benoît XVI a eu a gérer l'affaire de l'évêque négationniste Richard Williamson. L'se tiendra pour les fêtes de Pâques, a annoncé le Vatican. Le porte-parole du Vatican était ému par la nouvelle. Joseph Ratzinger, alors cardinal de Munich, pose aux côtés de Jean-Paul II en 1979. Photo datant du milieu des années 1970. En 1978, avec Mère Teresa à Fribourg-en-Brisgau (All).

Sur ce sujet
Une faute?

L'audience hebdomadaire de Benoît XVI et la messe du mercredi des Cendres ont attiré des milliers de fidèles mercredi au Vatican. Le Saint père a notamment demandé aux catholiques du monde de prier pour l'Eglise et pour le futur pape.

Il s'agissait des premières apparitions publique du Souverain pontife depuis la stupéfiante annonce lundi de sa démission pour la fin du mois. Dans un contexte aussi inhabituel, il était prévisible que la foule afflue à ces événements usuels dans l'agenda du pape

En milieu de matinée, pas moins de 8000 personnes ont afflué pour l'audience hebdomadaire organisée dans la salle Paul VI au Vatican. Durant son allocution, Benoît XVI, 85 ans a notamment exprimé sa reconnaissance.

«Je vous remercie pour l'amour et la prière qui m'ont accompagné pendant ces derniers jours pas faciles. J'ai senti quasi physiquement la force de cette prière», a dit le pontife de 85 ans.

«J'ai démissionné en pleine liberté, pour le bien de l'Eglise», a-t-il assuré. Des propos salués par des applaudissements enthousiastes. Le pape s'est alors interrompu, ému: «Merci pour votre sympathie». Il a dit être conscient de la gravité de sa décision mais aussi de sa force déclinante, tant que sur le plan physique que spirituel.

Basilique Saint-Pierre

En fin d'après-midi, le pape devait présider la messe du mercredi des Cendres qui, pour les catholiques, marque officiellement l'entrée dans la période de carême. Initialement prévue dans une petite église, la cérémonie est organisée dans la basilique Saint-Pierre, laquelle peut accueillir jusqu'à 60'000 personnes.

Si le Vatican ne modifie pas son emploi du temps, cette messe aura été la dernière célébrée par Benoît XVI. Ce premier pape allemand depuis le 11e siècle a succédé à Jean-Paul II le 19 avril 2005.

Le conclave des cardinaux devrait pouvoir commencer à délibérer «à partir du 15 mars», a indiqué le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi. La Constitution apostolique prévoit un délai de 15 à 20 jours pour la convocation du Conclave après un décès ou une démission.

Dialogue avec l'islam

Durant la journée, en Egypte, des dignitaires musulmans ont estimé que la renonciation de Benoît XVI pourrait rouvrir la voie au dialogue avec l'Eglise catholique. Le lien avait été rompu après des déclarations controversées.

En 2006, Benoît XVI avait provoqué une brouille avec le monde musulman. Il avait cité un empereur byzantin décrivant le prophète Mahomet comme propageant des idées «mauvaises et inhumaines» par la violence.

Attentat suicide

Le dialogue avait repris en 2009 avant d'être de nouveau rompu après un appel du pape à protéger les minorités chrétiennes. Le pontife avait lancé cet appel suite à un attentat suicide contre une église d'Alexandrie en Egypte durant la nuit du Nouvel an 2011.

Al-Azhar, plus haute autorité de l'islam sunnite au Caire, avait alors décidé de suspendre ses rencontres avec le Vatican. Il considérait les déclarations de Benoît XVI sur les chrétiens d'Orient comme des «attaques répétées contre l'islam».

Force politique

Les islamistes sont devenus la première force politique dans plusieurs pays de la région suite aux soulèvements arabes de 2011. Une situation qui complique davantage les relations avec les minorités chrétiennes.

Cependant, des groupes pragmatiques comme les Frères musulmans au pouvoir en Egypte pourraient accueillir favorablement un dialogue «étant donné leur désir de donner une bonne image», selon Achraf al-Chérif, professeur de sciences politiques à l'Université américaine du Caire.

(ats/afp)