Italie

14 février 2013 11:18; Act: 14.02.2013 11:27 Print

La campagne électorale éclipsée par le pape

L'annonce surprise par le pape Benoît XVI de sa démission le 28 février prochain a relégué au second plan la campagne électorale pour les législatives des 24 et 25 février.

Voir le diaporama en grand »
09.03 La cheminée qui laissera s'échapper de la fumée blanche ou grise a été installée sur le toit de la chapelle Sixtine samedi. La fumée blanche indiquera qu'un pape a été choisi par le conclave. Celui-ci s'ouvre le mardi 12 mars. 08.03 Le conclave pour l'élection du successeur de Benoît XVI débutera le mardi 12 mars, a annoncé vendredi dans un bref communiqué le service de presse du Vatican. 06.03 Une association américaine de victimes de prêtres pédophiles craint qu'un cardinal ayant minimisé ou couvert le scandale soit élu pape. Elle a publié une liste de douze noms. 06.03 Le magazine italien «Chi» publie en exclusivité des clichés de l'ancien pape en promenade dans les jardins de Castel Gandolfo. 04.03 Les discussion d'avant-conclave ont débuté au Vatican. 01.03 Des affiches électorales parodiques appelant le Sacré Collège à voter pour le cardinal Peter Turkson ont été placardées à Rome. 28.02 La démission de Benoît XVI prendra officiellement effet à 20h, le 28 février 2013, ouvrant la période d'interrègne, dite de «siège vacant». 27.02 Le pape a fait ses adieux devant une foule de fidèles rassemblés mercredi 27 février place Saint-Pierre avant sa renonciation prévue jeudi 28 février. Le pape Benoît XVI, dans son dernier message aux catholiques du monde entier, a assuré mercredi que «Dieu ne laisse pas couler sa barque», même dans «les eaux agitées», et assuré qu'après sa démission, il continuerait à soutenir l'Eglise par la prière. 27.02 A la veille de sa démission historique, le pape Benoît XVI va faire ses adieux à la foule des fidèles. Dès 10h30, il donne son ultime audience générale sur la place Saint-Pierre et non dans l'auditorium habituel, pour faire face à l'affluence. 26.02 Après sa démission jeudi, Benoît XVI se fera appeler «Sa Sainteté Benoît XVI, pape émérite» ou «Sa Sainteté Benoît XVI, pontife romain émérite», a annoncé mardi le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi. 20.02 La demeure du futur ex-pontife est situé sur une colline. Des journalistes ont pu visiter la demeure. L'ancien monastère est situé près du Vatican. 20.02 Un vaticaniste a révélé que la santé du pape s'était tellement détériorée que son médecin lui a vivement déconseillé de prendre l'avion. 17.02 Des dizaines de milliers de fidèles se sont réunis sur la place Saint-Pierre pour écouter l'avant-dernier angélus du pape Benoît XVI qui se retirera le 28 février. 15.02 Afin de préparer le nouveau pape aux fêtes de Pâques, la date du Conclave pourrait être avancée. 12.02 Le pape veut se retirer dans un monastère caché derrière les murs du Vatican, créant un nouveau précédent historique: pour la première fois, un pape et son successeur vivront chacun dans l'enceinte du plus petit Etat du monde. Le 11 février 2013, un éclair aurait frappé la basilique Saint-Pierre, à Rome, alors que le jour même le pape annonçait vouloir se retirer. Le pape Benoît XVI a annoncé lundi sa pour le 28 février, dans un discours prononcé en latin lors d'un consistoire au Vatican, a annoncé à l'AFP le porte-parole du Saint-Siège. Lors de son premier voyage en Afrique, en mars 2009, Benoît XVI avait crée la polémique en déclarant:«Le problème du ne peut pas être résolu avec les préservatifs.» Affirmant que «la plus grande persécution» de l'Eglise vient d'elle-même à travers ses propres péchés, il demandera «pardon» aux victimes en juin 2010, et prônera la tolérance zéro. Obsédé par l'unité de l'Eglise et partisan d'une liturgie soignée, il aura aussi fait de la Fraternité Saint-Pie-X. Il précisera sa position sur l'application du Concile Vatican II (1962/65) que ceux-ci réprouvent: tout le concile, rien que le concile. En 2012, il est confronté à l'intérieur du Vatican à un scandale de fuites de documents confidentiels, qui verra l'arrestation de son propre majordome, : un symptôme des mécontentements et des divisions dans la curie. S'il refuse toute évolution de l'Eglise sur les questions de moeurs (avortement, euthanasie, famille, homosexualité), ce pape conservateur, refusant la rupture avec la tradition, sera le premier à admettre l'utilisation du préservatif, dans des cas très limités, pour éviter la contamination du sida. Benoît XVI a eu a gérer l'affaire de l'évêque négationniste Richard Williamson. L'se tiendra pour les fêtes de Pâques, a annoncé le Vatican. Le porte-parole du Vatican était ému par la nouvelle. Joseph Ratzinger, alors cardinal de Munich, pose aux côtés de Jean-Paul II en 1979. Photo datant du milieu des années 1970. En 1978, avec Mère Teresa à Fribourg-en-Brisgau (All).

Sur ce sujet
Une faute?

Les élections italiennes, qui se déroulent dans dix jours, auraient été perçues dans d'autres circonstances comme un enjeu primordial tandis que les capitales européennes scrutent la direction que prendra le pays fragilisé par la crise de l'euro.

Mais il y a de fortes chances que le nouveau gouvernement soit formé juste au moment où le pape de presque 86 ans abandonnera volontairement ses fonctions, un événement qui n'a qu'un précédent en 2'000 ans d'histoire de l'Eglise catholique...

«La première réaction des hommes politiques italiens après la démission du pape a été: «Mon Dieu, maintenant nous disparaîtrons des journaux et de la télévision», a ironisé Ugo Magri, un éditorialiste du quotidien La Stampa.

Campagne terminée

Selon les analystes, le départ annoncé de Benoît XVI pourrait avoir des conséquences importantes sur le scrutin, en contrecarrant la remontée spectaculaire de Silvio Berlusconi dans les sondages et en mettant en lumière le notoire attachement de la classe politique italienne à ses privilèges.

«Il est clair que nous aurons moins l'attention des médias, et il est juste qu'il en soit ainsi», a relativisé le Cavaliere. Tirant profit jusqu'ici de son omniprésence dans les médias, celui-ci a regagné une grande partie de son retard sur la coalition de gauche menée par Pier Luigi Bersani qui ne le distance désormais plus que de 4 points environ.

L'analyste de sondages Luigi Crespi va encore plus loin : depuis l'annonce de Joseph Ratzinger, «la campagne électorale est terminée» !

Distinguer sacré et profane

En outre, les premiers jours du nouveau parlement et du nouveau gouvernement coïncideront vers la mi-mars avec le conclave des cardinaux chargés d'élire le nouveau pape, enfermés dans la chapelle Sixtine, une pratique séculaire qui continue de fasciner le monde entier.

Le comique italien Maurizio Crozza a plaisanté à ce sujet en présentant M. Bersani, l'actuel favori dans la course au poste de chef du gouvernement, comme un éternel perdant. Tous les principaux candidats, attentifs au vote des catholiques, ont cependant pris soin de tresser les louanges de Benoît XVI et encenser sa décision. Le chef du gouvernement sortant, Mario Monti, considéré comme le plus proche de l'Eglise, a cependant affirmé distinguer les deux domaines. «Tenons le sacré et le profane des élections séparés l'un de l'autre», a-t-il dit.

Mais selon certains analystes, la superposition des deux pourrait discréditer davantage encore la classe politique italienne, mise à mal par de nombreux scandales de corruption et accusée de s'être octroyé des privilèges, en matière de salaires ou de retraite, tout en imposant des sacrifices aux Italiens.

(ats)