Italie

28 mars 2011 09:56; Act: 28.03.2011 13:41 Print

Berlusconi se présente devant la justice

Silvio Berlusconi s'est présenté lundi devant la justice à Milan pour la première fois depuis huit ans, pour une audience préliminaire à un éventuel procès.

storybild

Silvio Berlusconi face à la justice. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Silvio Berlusconi, décrié pour l'adoption de lois lui permettant d'échapper à ses ennuis judiciaires, s'est présenté lundi devant un tribunal, pour la première fois depuis huit ans. Cette audience «préliminaire» n'avait toutefois pas de grand enjeu.

«Tout s'est bien passé, je me prépare pour le 4 avril, j'irai à la prochaine audience», a lancé le chef du gouvernement à une centaine de ses partisans qui le saluaient aux cris de «Silvio, Silvio» et «hip hip hourra». Une nouvelle audience est en effet prévue lundi prochain.

En revanche, à propos du procès Rubygate où il affronte des accusations graves de sollicitation de prostituée mineure et abus de pouvoir qui doit débuter le 6 avril, il a seulement lâché une phrase: «c'est un autre procès».

Aucune déclaration

L'audience de lundi était la première d'une série organisées pour décider si M. Berlusconi doit être jugé pour fraude fiscale et abus de confiance concernant la surfacturation présumée de droits télévisés achetés par Mediatrade-RTI, une société de son empire, à des majors américaines.

Selon des participants, M. Berlusconi n'a fait aucune déclaration devant le juge des audiences préliminaires, mais a serré la main des deux procureurs dont l'un, Fabio De Pasquale, qu'il avait publiquement étrillé.

La dernière fois que Silvio Berlusconi s'était présenté devant la justice remontait à juin 2003 dans une affaire l'opposant à l'industriel Carlo De Benedetti et pour laquelle il fut acquitté quatre ans plus tard.

Accusations «ridicules»

Avant d'aller au tribunal, le président du Conseil a dénoncé sur Canale 5, une de ses chaîne privée, des «accusations ridicules et infondées» dans cette affaire. «Dans Mediaset (maison-mère de Mediatrade, ndlr) je ne me suis jamais occupé de l'achat de droits de retransmission. Depuis que je suis entré en politique en 1994, je me suis éloigné des entreprises que j'ai créées», a-t-il argué.

Le «Cavaliere» s'en est également pris à l'opposition de gauche, en estimant que ce procès «entre dans le cadre d'une tentative, comme les précédents, pour tenter d'éliminer le principal obstacle rencontré par la gauche dans sa conquête du pouvoir».

Les poursuites et procès contre M. Berlusconi étaient suspendus ces trois dernières années à la faveur de plusieurs lois adoptées par son gouvernement. Elles ont repris avec la levée partielle de son immunité judiciaire à la mi-janvier.

M. Berlusconi a été condamné dans le passé à un total de six ans et cinq mois de prison ferme pour corruption, faux en bilan et financement illicite d'un parti politique, mais a ensuite été acquitté ou bénéficié de prescriptions.

(afp)