Silvio Berlusconi

11 mars 2011 14:13; Act: 11.03.2011 14:23 Print

Son procès pour corruption renvoyé

Le tribunal de Milan qui juge pour corruption de témoin le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a décidé vendredi de renvoyer le procès au lundi 21 mars.

storybild

Silvio Berlusconi veut pouvoir assister au procès. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Cette mesure doit permettre à Silvio Berlusconi d'assister au procès, comme il en avait exprimé le souhait la veille, selon les médias italiens.

Dans ce procès, Silvio Berlusconi est soupçonné d'avoir acheté pour 600'000 dollars de faux témoignages de son ancien avocat britannique David Mills, dans deux procédures des années 90.

Le procès avait été suspendu en avril dernier en application d'une loi accordant l'immunité à Silvio Berlusconi, mais l'annulation partielle de cette loi en janvier a permis vendredi la reprise de la procédure. L'audience n'a toutefois duré que le temps d'établir un calendrier des prochaines comparutions du chef du gouvernement italien.

Silvio Berlusconi, impliqué dans plusieurs procès dont un pour prostitution de mineure, a répété jeudi qu'il était prêt à venir se défendre en personne devant le tribunal à Milan, à condition que les audiences aient lieu le lundi.

Suggestion

«Comme il y en quatre ou cinq (NDLR: procès) ensemble, je vais consacrer le dimanche à la préparation et le lundi à la présence dans la salle du tribunal», a-t-il dit.

Le chef du gouvernement, 74 ans, ne se rend plus à ses procès depuis plusieurs années et se fait représenter par ses avocats.

Dans une lettre déposée vendredi par sa défense au tribunal, M.'Berlusconi a réitéré sa volonté de participer aux audiences du procès, expliquant ne pas avoir pu se rendre ce même jour devant les magistrats en raison de sa participation à Bruxelles à un sommet spécial de l'Union européenne sur la Libye.

Critique

Le tribunal a prévu de siéger les lundis 21 mars, puis 9, 16 et 23 mai, ainsi que les 20 et 27 juin et 4, 11 et 18 juillet.

Dénonçant une «hâte frénétique» du procureur qui a demandé un calendrier très serré d'audiences pour éviter la prescription qui interviendra au début de l'année prochaine, Me Niccolo Ghedini, l'avocat de M. Berlusconi, a salué «la collaboration» du tribunal, assurant que le chef du gouvernement n'invoquera pas l'empêchement légitime pour les audiences du lundi.

Dans cette affaire, M. Mills avait été condamné en première instance, en février 2009, et en appel, en octobre de la même année, à quatre ans et demi de prison, mais la Cour de cassation, tout en reconnaissant «un cas de corruption gravissime», avait jugé le délit prescrit en février 2010.

(ats)