Italie

12 janvier 2012 21:37; Act: 12.01.2012 21:43 Print

Un proche de Berlusconi protégé par son immunité

Nicola Cosentino, un ex-membre du gouvernement de Silvio Berlusconi, député de la région de Naples, a échappé jeudi à une arrestation pour des soupçons de liens avec la mafia.

Sur ce sujet
Une faute?

Il a été protégé par son immunité parlementaire, que les députés ont refusé de lever. Les députés ont rejeté par 309 voix une demande d'arrestation de M. Cosentino, accusé d'avoir aidé la camorra, la mafia napolitaine, à obtenir des aides pour financer la construction d'un énorme centre commercial à Casal di Principe, au nord de Naples.

M. Cosentino qui, jusqu'à fin 2009, faisait figure de candidat potentiel à la présidence de la Campanie (région de Naples), est accusé d'avoir aidé depuis les années 90 la Camorra, qui contrôle, entre autres, le trafic de cocaïne et de déchets toxiques dans le centre et le sud de l'Italie.

Le vote était considéré aussi comme un test de la solidité du «pacte de fer» entre le Peuple de la liberté (PDL) de Silvio Berlusconi et la Ligue du Nord.

Dans un premier temps, sous l'influence d'une base électorale horrifiée du soutien à un mafieux présumé, la Ligue avait décidé de voter pour l'arrestation de Cosentino, mais elle a changé d'avis au dernier moment mercredi, son chef Umberto Bossi s'étant contenté de laisser à ses troupes leur «liberté de conscience».

M. Berlusconi s'est félicité de l'issue du vote, affirmant que M. Cosentino pourra ainsi se défendre à son procès «en homme libre», une «règle prévue dans un pays civil».

Il a dit avoir convaincu son ami Umberto Bossi qu'il n'y avait «pas d'éléments à charge» dans le dossier contre Cosentino et qu'il était «victime d'une persécution».


Gauche scandalisée

Les partis de gauche ont dénoncé une «Ligue du Nord au comportement honteux et au service de Berlusconi». M. Cosentino qui avait déjà échappé à un autre vote sur son immunité en décembre 2009, et clame son innocence, a été décrit par les magistrats enquêteurs comme étant l'intermédiaire entre le clan camorriste des Casalesi et le pouvoir politique à Rome.

Ce clan, très implanté dans le ciment et le BTP et l'un des plus sanglants et puissants de la camorra, a été le protagoniste du roman- enquête «Gomorra» de Roberto Saviano, devenu un film à succès.

Le mois dernier, la police a arrêté 47 membres du clan pour différents motifs allant de l'extorsion de fonds, à la fraude électorale en passant par le recyclage d'argent sale.

Après le vote, de nombreux membres du PDL de M. Berlusconi se sont approchés de Cosentino pour le féliciter et lui donner l'accolade. M. Cosentino, sous-secrétaire d'Etat à l'Economie et aux Finances, avait démissionné de son poste en juillet 2010.

(ats)