Entreprises suisses

18 décembre 2008 10:19; Act: 18.12.2008 15:19 Print

Moins d'investissements à l'étranger en 2007

Les investissements directs de la Suisse à l'·étranger ont reclé de plus d'un tiers (-37,3%) en 2007, à 60 milliards de francs contre 95 milliards en 2006, année record.

Une faute?

La présence suisse à l'étranger reste supérieure à la moyenne.

Avec 60 milliards, le niveau d'investissement suisse à l'étranger reste le 3e plus élevé depuis 1998, selon l'étude annuelle publiée jeudi par la Banque nationale suisse (BNS). Le recul est dû principalement à une diminution du nombre d'acquisitions.

Ainsi l'industrie suisse a investi 25 milliards de francs hors de ses frontières en 2007, contre 56 en 2006. La plus forte baisse est le fait de la branche «chimie et plastique». Mais cette industrie détient toujours le plus gros volume d'investissements directs, avec 128 milliards sur 740 milliards. En 2007, les assurances ont aussi rapatrié des fonds en vendant des filiales à l'étranger.

Sociétés financières florissantes en 2007

Les banques de leur côté ont été influencées par «deux évolutions opposées», écrit la BNS: elle ont subi des pertes à cause de la crise du marché immobilier aux Etats-Unis tout en dotant leurs filiales de fonds supplémentaires. Au total, elles ont exporté 12 milliards de francs, contre 22 en 2006.

Les sociétés financières et holdings ont de leur côté augmenté leurs investissements étrangers: ceux-ci se sont montés à 15 milliards de francs, contre 9 en 2006. A ce titre, près de 12 milliards ont été investis au Brésil. A noter que le Liechtenstein est intégré à toute la statistique des investissements en tant partie du territoire helvétique.

Présence historiquement faible aux Etats-Unis

En 2007, les entreprises suisses ont investi principalement dans les 27 pays de l'Union européenne et en Amérique centrale et du sud. En Europe, 12 milliards de francs ont été placés au Luxembourg, 10 au Royaume-Uni et 8 en Italie.

Les entreprises suisses ont par contre réduit leurs capitaux investis aux Etats-Unis, de façon spectaculaire, le bilan passant de 21 milliards en 2006 à 8 milliards. En termes d'investissements directs cumulés, il reste 114 milliards de francs aux Etats-Unis. Depuis le début de la statistique en 1986, «jamais cette part n'a été aussi faible.»

En Asie, le bilan est aussi à la baisse (6 au lieu de 10 milliards). Le Japon est la destination préférée des investissements (3 milliards, contre 1 en Chine et 1 en Inde).

Retour sur investissement

Les revenus tirés des investissements directs à ·l'étranger ont diminué en 2007, passant de 69 milliards en 2006 à 60 milliards de francs l'année dernière. Le recul est surtout dû aux pertes bancaires. 49 milliards sont revenus en Suisse, 11 ont été réinvestis à l'étranger.

Dans les autres branches, les revenus sont restés élevés, voire ont été plus élevés que l'année précédente. C'est particulièrement le cas, dit l'étude, pour les sociétés financières et holdings étrangères avec siège en Suisse.

Création d'emplois

Fin 2007, les entreprises suisses occupaient 2,35 millions de personnes à l'étranger, soit 6% de plus qu'en 2006. La tendance à la hausse depuis cinq ans s'est donc poursuivie. Les deux branches ayant engagé le plus de collaborateurs sont la finance et les holdings, de même que le domaine étiqueté «électronique, énergie optique et horlogerie».

Un tiers des engagements en Europe est dû à l'entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'Union européenne, précise la BNS. C'est en Allemagne que les entreprises suisses comptent le plus d'employés (242 000).

Les investissents à l'étranger ont également nourri l'emploi en Suisse: les entreprises actives dans ce secteur ont engagé 2% de personnel supplémentaire et employaient à fin 2007 810 000 personnes.

(ap)