WEF 2009

29 janvier 2009 08:58; Act: 29.01.2009 18:21 Print

Micheline Calmy-Rey a rencontré le fils Kadhafi

La Suisse et la Libye ont noué un nouveau contact à Davos, en marge du Forum économique mondial (WEF). Micheline Calmy-Rey a rencontré l'un des fils du colonel Kadhafi, Saif al-Islam Kadhafi, dans un climat qualifié de positif par les deux parties.

Sur ce sujet
Une faute?

Les trois conseillers fédéraux présents au Forum économique mondial (WEF) ont multiplié les rencontres jeudi. La crise entre la Suisse et la Libye, la cause du libre-échange et la relance de l'économie ont tenu le haut de l'affiche.

Micheline Calmy-Rey a pris part à la réunion la plus en vue de la journée: la ministre des affaires étrangères s'est entretenue 45 minutes, au Posthotel de Davos (GR), avec l'un des fils du colonel Kadhafi, Saif al-Islam Kadhafi, pour évoquer la crise diplomatique entre les deux pays.

Poursuite du dialogue

Tous deux ont convenu de ne rien laisser filtrer du contenu. Micheline Calmy-Rey a juste évoqué un climat «positif». Le dialogue se poursuivra mais aucun calendrier n'a été arrêté, a précisé à l'ATS Jean-Philippe Jutzi, porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Une nouvelle entrevue n'est pas exclue vendredi.

La réunion est survenue à la faveur de la présence du fils Kadhafi dans la station grisonne. Le Libyen a participé la veille à un podium sur le Moyen-Orient dans le cadre de la 39e édition du WEF.

Saif al-Islam Kadhafi passe pour un modéré en comparaison avec son père, auquel il pourrait succéder, selon les observateurs. Il dirige la Fondation Kadhafi, une association de bienfaisance.

La rencontre davosienne fait suite à la visite la semaine passée d'une délégation du DFAE à Tripoli. Ce déplacement n'a pas permis de rapprocher beaucoup les positions des deux pays.

Suisse et Libye sont en froid depuis l'arrestation l'été dernier à Genève d'un autre fils du colonel, Hannibal Kadhafi, et de sa femme, suite à une plainte de leurs domestiques pour maltraitance. La plainte a été retirée en septembre contre un dédommagement financier, mais cela n'a pas réglé le conflit.

Mini-ministérielle

Doris Leuthard s'est pour sa part attachée à faire avancer la cause du libre-échange. La ministre de l'économie a consacré son temps à sonder divers ministres afin d'évaluer les dispositions quant à l'avenir des négociations du cycle de Doha dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

La démarche vise à préparer la rencontre mini-ministérielle informelle de samedi à Davos, où une vingtaine de ministres du commerce, ainsi que le directeur général de l'OMC Pascal Lamy, tenteront de débloquer la situation. Une réunion ministérielle s'était soldée par un nouvel échec l'été passé à Genève.

La conseillère fédérale a évoqué avec ses interlocuteurs les plans de relance adoptés par nombre de pays. Les discussions ont permis de jauger le climat d'ouverture des marchés au moment où la crise ravive les tentations du retour au protectionnisme.

Doris Leuthard s'est encore jointe à une table ronde organisée par la Joint Economic Commission américano-suisse. Là aussi, le thème du commerce mondial a dominé, avec la question des effets de la crise financière et économique sur son essor.

Dîner avec Bernard Kouchner

Pour le reste, Micheline Calmy-Rey s'est entretenue avec le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon de la situation à Gaza et en Géorgie.

Pour clore la journée, la ministre des affaires étrangères devait dîner avec son homologue français Bernard Kouchner et son épouse, la journaliste Christine Ockrent. Au menu: les grandes questions internationales du moment et les relations bilatérales.

(ats)