Bactérie mortelle

03 juin 2011 11:49; Act: 06.06.2011 17:56 Print

Les Suisses boudent leurs concombres

Depuis le début de l'épidémie de diarrhées mortelles, les ventes de concombres suisses sont en chute libre.

Sur ce sujet
Une faute?

Les ventes de concombres suisses ont diminué environ de moitié au cours des derniers jours en raison des craintes suscitées par la bactérie Escherichia coli qui peut entraîner des diarrhées mortelles. Les producteurs genevois risquent de devoir jeter près de 200'000 concombres, pourtant parfaitement sains.

Tant les concombres bio que des légumes produits de manière conventionnelle sont touchés, a indiqué vendredi à l'ATS la responsable des techniques de culture de l'Union maraîchère suisse, Simone Kamber. Les tomates subissent elles aussi un recul des ventes. La situation diffère toutefois d'une région à l'autre.

Les pertes financières subies par la vingtaine de grands producteurs de concombres suisses ne sont pas encore chiffrables, a déclaré Mme Kamber. L'Union maraîchère suisse pourrait prendre en charge une partie de ces dommages.

Genevois durement touchés

Le canton de Genève qui fournit environ un cinquième des 1,2 million de concombres consommés chaque semaine en Suisse est particulièrement touché. «J'ai 180'000 concombres en stock et 100'000 d'entre eux sont déjà bons pour le compost. Pour les autres, cela dépendra si j'arrive à les vendre aujourd'hui», a indiqué vendredi à l'ATS le directeur de l'Union maraîchère de Genève, Jacques Blondin, confirmant une information du site de «La Tribune de Genève».

L'homme ne se fait guère d'illusion: moins de 50'000 concombres ont trouvé preneur cette semaine alors qu'il s'en vend d'ordinaire entre 200'000 et 240'000 par semaine. «La situation est dramatique pour les producteurs», poursuit M. Blondin qui estime à 100'000 francs la perte nette pour ces derniers, pour autant que la situation s'améliore rapidement.

Les concombres invendus ne finissent toutefois pas à la décharge. Une partie a été répandue dans les champs comme engrais vert et une autre réutilisée dans des installations de biogaz pour la production de courant, a précisé Simone Kamber.

Pas de crainte à avoir

Pour les paysans, la peur des consommateurs est d'autant plus douloureuse que l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a déjà levé l'alerte à plusieurs reprises et que les concombres espagnols originellement suspectés ont été innocentés. Les légumes suisses peuvent être mangés sans crainte, a confirmé vendredi à l'ATS le chef de la Division sécurité alimentaire à l'OFSP, Michael Beer.

L'Union Maraîchère suisse ainsi que Swisscofel (association suisse du commerce de fruits, légumes et pommes de terre) s'efforcent aussi de faire passer le message. «Aucun des échantillons (de légumes suisses) testés par l'Institut pour la sécurité et l'hygiène des denrées alimentaires de l'Université de Zurich ne contenait la bactérie» Escherichia coli entéro- hémorragique (Eceh), écrivent-ils vendredi dans un communiqué commun.

Troisième Suisse contaminé en Allemagne

L'OFSP a par ailleurs fait savoir vendredi qu'une troisième personne en Suisse avait été intoxiquée en Allemagne par la même souche pathogène. Comme pour les deux autres malades, l'état de santé de ce nouveau patient est stable et ne présente aucune complication.

Les autorités suisses estiment qu'il n'y a pas de telle souche dans le pays, puisque les trois malades ont été infectés Outre-Rhin. Chaque année en Suisse, entre 50 et 70 personnes souffrent d'une contamination par Escherichia coli, précise l'OFSP. Depuis le début de l'année, 28 cas ont été confirmés, dont 15 depuis début mai.

Il n'a pas encore été établi avec certitude comment se répand la souche pathogène de cette bactérie intestinale. En Allemagne, les chercheurs attendent des résultats concrets la semaine prochaine. Ils espèrent ainsi trouver une thérapie et enrayer l'épidémie.

Il s'agit notamment de déterminer ce qui rend le germe de cette bactérie si agressif, ainsi que l'origine de son agent pathogène. L'Escherichia coli entéro-hémorragique a jusqu'ici tué 18 personnes en Europe.

(ats)