Bactérie mortelle

09 juin 2011 16:14; Act: 09.06.2011 22:05 Print

Deux nouveaux cas signalés en Suisse

En Suisse, deux nouveaux cas de contamination à la bactérie ECEH ont été signalés. L'Allemagne s'est par ailleurs engagé à rétablir la réputation des légumes espagnols mis en cause dans l'épidémie.

Sur ce sujet
Une faute?

Deux nouvelles personnes en Suisse ont été contaminées par la même souche de la bactérie Escherichia Coli (ECEH) qui sévit dans le nord de l'Allemagne.
Comme les trois autres personnes touchées sur territoire helvétique, elles se trouvent dans un état stable et n'ont pas développé de complications.

Ces cinq malades «avaient séjourné en Allemagne avant le début de l'épidémie», a indiqué jeudi l'Office fédéral de la santé publique.

Le bilan de l'épidémie due à la bactérie Eceh a été porté jeudi à 30 morts, dont 29 en Allemagne, avec le décès dans un hôpital de Francfort d'un homme qui s'était rendu fin mai à Hambourg, ont annoncé les autorités de la ville.

Mea culpa

L'Allemagne s'est engagée à aider l'Espagne à rétablir la réputation de ses fruits et légumes mise en cause dans l'épidémie due à la bactérie Eceh, a affirmé jeudi un ministre espagnol à Berlin.

Les concombres espagnols avaient été accusés à tort d'avoir provoqué l'épidémie due à la E.coli entérohémorragique (Eceh). Le ministre espagnol aux Affaires européennes Diego Lopez Garrido, en visite à Berlin, a déclaré à cet égard que l'Espagne ne réclamerait pas de compensations directes à l'Allemagne.

Mais il n'a pas exclu que des producteurs espagnols privés portent plainte devant des tribunaux allemands.

«Le gouvernement allemand s'est engagé à s'efforcer de rétablir le prestige des produits agricoles terni par la crise en Allemagne», a déclaré M. Lopez Garrido après des entretiens avec son homologue allemand Werner Hoyer. L'Allemagne appuiera une campagne de promotion des produits agricoles espagnols que prépare le gouvernement de Madrid, a-t-il précisé.

M. Hoyer a exprimé «ses profonds regrets» à la suite des dommages causés aux agriculteurs espagnols, a ajouté M. Lopez Garrido. La responsable de la Santé de la ville-Etat de Hambourg avaient affirmé en mai avoir trouvé la bactérie à l'origine de l'épidémie sur des concombres importés d'Espagne. Des analyses ultérieures avaient prouvé qu'il ne s'agissait pas de la même bactérie.

Compensations «insuffisantes»

«Le gouvernement allemand est conscient de ce que cette erreur a causé des dommages énormes», a ajouté le ministre. L'Espagne est décidée à aller de l'avant et à demander conjointement avec l'Allemagne des compensations à l'Union européenne pour tous les agriculteurs européens touchés par la crise, a-t-il poursuivi.

M. Lopez Garrido a ajouté que, comme Berlin, l'Espagne trouvait le nouveau montant de 210 millions d'euros avancé mercredi par la Commission européenne «encore insuffisant».

Pour donner la mesure des dommages causés aux maraîchers espagnols, le ministre a rappelé que l'Espagne, premier exportateur de fruits et légumes de l'Union européenne, écoulait 25% de ces produits en Allemagne.

Avocats suspects

La Thaïlande a annoncé de son côté avoir trouvé la bactérie Eceh sur des avocats importés d'Europe. Mais elle ne sait pas encore s'il s'agit de la même souche que celle qui a fait 25 morts sur le Vieux continent.

Le gouvernement a toutefois conseillé de laver soigneusement les fruits et légumes frais ou de les cuire. Le ministère de la Santé a précisé qu'il faudrait attendre 3 à 5 jours pour savoir si la souche retrouvée sur les avocats est mortelle.

Pousses de betteraves

Une variante de la bactérie Eceh différente de celle à l'origine de l'épidémie a par ailleurs été détectée sur des pousses de betteraves néerlandaises exportées vers l'Allemagne et la Belgique, ont annoncé jeudi les autorités sanitaires néerlandaises. Les pousses concernées vont être retirées de la vente par précaution.

(ats)