Eglise catholique

04 février 2011 22:20; Act: 04.02.2011 22:31 Print

La fin du célibat pour les prêtres?

Plus de 140 théologiens catholiques allemands, autrichiens et suisses ont appelé à une réforme de fond de l'Eglise de Rome.

Sur ce sujet
Une faute?

Des théologiens catholiques allemands, autrichiens et suisses ont demandé une réforme de l'Eglise catholique. Réforme qui mettrait notamment fin au célibat des prêtres, a rapporté vendredi le quotidien allemand «Süddeutsche Zeitung».

Dans leur pétition intitulée «Eglise 2011: un renouveau indispensable», accessible via le site internet du journal, ces 143 théologiens, pour la plupart enseignants dans des universités germanophones, appellent également à l'ordination des femmes et à l'acceptation par l'Eglise de partenariats homosexuels.

Fin du rigorisme moral

Ils réclament aussi la participation des fidèles aux nominations d'évêques et à la fin du «rigorisme moral» de l'Eglise. Ils justifient leur prise de position par la «crise sans précédent» que traverse l'Eglise catholique en Allemagne depuis qu'a éclaté une série de scandales d'abus sexuels perpétrés par des prêtres, il y a un an.

«Les tumultes que peuvent susciter un dialogue ouvert, sans tabous, ne sont pas nécessairement bien perçus, surtout à la veille de la visite d'un pape. Mais l'autre solution, le silence de mort, ne peut être acceptable car il réduit à néant les derniers espoirs», affirme notamment leur mémorandum.

Le pape Benoît XVI, d'origine allemande, doit se rendre en visite officielle en Allemagne en septembre. «2011 doit être l'année d'un nouveau départ pour l'Eglise. L'an dernier a vu un nombre sans précédent de fidèles quitter l'église catholique», notamment en raison des scandales d'abus sexuels, soulignent les théologiens.

«L'Eglise a besoin de prêtres mariés et de femmes pour occuper les postes de l'église» et il ne faut pas qu'elle rejette «ceux qui partagent amour, fidélité et peines réciproques au sein d'un partenariat de même sexe, ou ceux divorcés qui décident de mener une vie responsable au sein d'un nouveau mariage», ajoute le mémorandum.

Joseph Ratzinger s'était déjà interrogé

C'est la première fois depuis 1989 et «la déclaration de Cologne» de 220 enseignants et théologiens contestant l'autoritarisme du pape Jean Paul II que des théologiens se prononcent de façon si critique en Allemagne, selon le quotidien.

Parmi les signataires figurent des théologiens suisses, professeurs aux Universités de Lucerne et de Zurich, ainsi qu'à la Haute école de théologie de Coire.

Le pape Benoît XVI, lorsqu'il n'était encore que Joseph Ratzinger, théologien allemand, s'était lui même interrogé sur l'obligation de célibat qui incombe aux prêtres catholiques.

Joseph Ratzinger faisait partie d'un groupe de neuf théologiens allemands qui, en février 1970, avaient adressé un mémorandum aux évêques d'Allemagne leur demandant d'étudier si une telle pratique était réellement nécessaire, selon le journal. Ils mettaient notamment en avant le manque criant de vocations et la difficulté pour l'Eglise de se doter de jeunes prêtres.

(ats)