France

10 mai 2012 13:05; Act: 10.05.2012 13:39 Print

Le gouvernement donne sa lettre de démission

La lettre de démission du gouvernement de François Fillon, signée par le Premier ministre, va être transmise au président sortant Nicolas Sarkozy.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Premier ministre français François Fillon a remis jeudi la démission de son gouvernement qui expédiera toutefois les affaires courantes jusqu'à l'entrée en fonctions du président élu François Hollande et la nomination d'un nouveau gouvernement. Celles-ci auront lieu mardi prochain.

M. Fillon a remis à un garde républicain la lettre de démission de son gouvernement qui doit être ensuite transmise au président sortant Nicolas Sarkozy.

La démission de M. Fillon, unique premier ministre de M. Sarkozy en cinq ans de mandat, survient au lendemain du dernier Conseil des ministres à l'Elysée, empreint d'une grande émotion selon l'ensemble des participants.

Victoire de Hollande validée

Le Conseil constitutionnel a validé jeudi la victoire du socialiste François Hollande au second tour de l'élection présidentielle.

François Hollande a obtenu 18.000.668 voix, soit 51,6% des suffrages, contre 16'860'685 (48,4% pour le candidat de l'UMP.

Sur 46'066'307 électeurs inscrits, 37'016'309 se sont déplacés aux urnes, pour 34'861'353 suffrages exprimés.

Votes annulés

Le Conseil constitutionnel a annulé l'ensemble des suffrages émis dans la commune de Jozerand (Puy-de-Dôme), qui comporte 346 électeurs inscrits, en raison de «discordances importantes et inexpliquées» constatées entre le nombre de bulletins trouvés dans l'urne, le nombre de suffrages exprimés et le nombre de votants.

Dans la commune d'Artigue (Haute-Garonne), dans laquelle 33 suffrages ont été exprimés, le vote a également été annulé car le délégué du Conseil constitutionnel a relevé que seul le président du bureau de vote était présent une grande partie de la journée, qu'il émargeait à la place de certains électeurs et disposait seul des clefs de l'urne, en méconnaissance de certaines dispositions code électoral.

Les suffrages de onze bureaux de vote de Papeete, en Polynésie française, ont également été annulés car le dépouillement ne s'est pas déroulé dans les formes prévues par le code électoral.

Par ailleurs, alors que plusieurs électeurs se sont plaints de la divulgation d'estimations avant la clôture du scrutin, les Sages de la rue Montpensier ont estimé qu'«une telle divulgation, pour regrettable qu'elle soit, ne saurait être regardée, en l'espèce, comme ayant exercé une influence déterminante sur le résultat du scrutin». Ils ont donc écarté le grief tiré de l'atteinte à la sincérité du scrutin.

(ats/ap)