Présidentielle française

07 mai 2012 11:41; Act: 07.05.2012 12:09 Print

Que sont devenus les anciens dirigeants?

Les dirigeants commencent une deuxième vie à l'issue de leur mandat politique. De quoi rassurer Nicolas Sarkozy.

storybild

George Papandreou (G), Silvio Berlusconi (IT), Jose Socrates (Port), Brian Cowen (Ir), Nicolas Sarkozy (F), Gordon Brown (GB), Jose Luis Rodriguez Zapatero (ESP), Timo Soini (FIN) ont tous connu la défaite lors des dernières élections de leur pays. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Nicolas Sarkozy a annoncé dimanche soir son éloignement de la vie politique à l'instar de plusieurs anciens dirigeants européens qui ont choisi de faire carrière dans les affaires, jouer les conférenciers, préféré retrouver une vie de famille ou ont dû faire face à des poursuites judiciaires. Gerhard Schröder, Tony Blair, José Luis Rodriguez Zapatero et Silvio Berlusconi ont ainsi connu des parcours divers.

ALLEMAGNE: Gerhard Schröder, 67 ans, s'est complètement retiré de la vie politique depuis la désignation d'Angela Merkel comme chancelière le 22 novembre 2005. S'il est toujours au Parti social- démocrate (SPD), il n'y occupe plus aucune fonction et n'intervient pas dans les débats internes.

Depuis sa défaite électorale, l'ancien chancelier (1998-2005) a surtout fait parler de lui pour son engagement en faveur de l'homme fort de la Russie, son ami Vladimir Poutine.

Gerhard Schröder est engagé dans le conseil des actionnaires du consortium du gazoduc Nord Stream, qui relie la Russie à l'Europe en passant sous la mer Baltique. Ce consortium est dominé par le géant public du gaz russe Gazprom, avec les allemands BASF et EON, le néerlandais Gasunie et le français GDF Suez.

Après l'élection présidentielle russe de mars, entachée de fraudes selon l'opposition, il avait affirmé que M. Poutine était «un démocrate très propre». «Je crois qu'il oriente sérieusement son pays vers une démocratie réelle», avait-il ajouté, suscitant de nombreuses critiques en Allemagne.

M. Schröder fut également membre du conseil de surveillance du groupe pétrolier russo-britannique TNK-BP pendant trois ans.


GRANDE-BRETAGNE
: Tony Blair, premier ministre pendant dix ans de mai 1997 à juin 2007, quand il a cédé le pouvoir à son ministre des finances Gordon Brown, multiplie désormais les activités très rémunératrices de consultant et les conférences à l'étranger. Il occupe également le rôle d'envoyé spécial du quartette pour le Proche-Orient.

Il est à la tête de plusieurs fondations, dont l'une vise à favoriser le dialogue entre les religions, et contrôle une douzaine d'entreprises et de partenariats lucratifs. La presse britannique a récemment épinglé une de ses sociétés, Windruch Ventures, qui n'aurait déclaré au fisc qu'une petite partie de ses bénéfices.

Depuis le «printemps arabe», le rapprochement spectaculaire au début des années 2000 du gouvernement de Tony Blair avec l'ancien régime libyen du colonel Mouammar Kadhafi fait régulièrement la Une des journaux.

Tony Blair, en tant que premier ministre, avait rendu sa première visite à l'ancien dirigeant libyen en 2004. Cela avait conduit au retour en grâce de Kadhafi dans la communauté internationale en échange de son renoncement officiel à son programme nucléaire militaire et au terrorisme.

D'anciens opposants libyens accusent aujourd'hui son ancien ministre des affaires étrangères Jack Straw d'avoir autorisé en 2004 les services secrets britanniques à donner à la CIA les informations permettant de les livrer au régime Kadhafi, qui les a ensuite torturés.


ESPAGNE: Comme il l'avait annoncé, l'ex-chef du gouvernement socialiste espagnol José Luis Rodriguez Zapatero, 52 ans, s'est retiré de la vie politique, après sa déroute aux élections de novembre qui a porté la droite de Mariano Rajoy au pouvoir.

Sans aucun mandat électif, il dispose aujourd'hui, comme tous les anciens chefs de gouvernement, d'un siège au Conseil d'Etat. Il a participé à une conférence internationale fin mars au Venezuela sur le commerce international.

Après son élection en 2004 et deux mandats, il avait affirmé dès le mois d'avril qu'il ne se représenterait pas à la tête du parti socialiste (PSOE), décidé, après des mois difficiles de crise économique, à se consacrer à son épouse Sonsoles et ses deux filles, Laura et Alba.

«Je quitte la vie politique. Je n'ai aucune rancoeur contre qui que ce soit, je n'ai que de la gratitude», avait-il affirmé le 2 février, peu avant l'élection d'Alfredo Perez Rubalcaba comme nouveau chef du PSOE.

Zapatero n'a fait que très peu de commentaires depuis, appelant les socialistes à avoir «le sens de l'Etat» face à la tourmente économique qui traverse le pays.


ITALIE: Silvio Berlusconi, emporté par la bourrasque de la crise qui menaçait l'Italie, a dû laisser la place en novembre à l'ex- commissaire européen Mario Monti. Le Cavaliere dispose désormais de plus de temps pour se consacrer à sa défense dans les nombreux procès qui le visent et à la gestion de son empire.

La Cour de cassation a jeté le 25 avril une nouvelle pierre dans son jardin en affirmant qu'il avait versé à la mafia sicilienne «des sommes importantes» pour assurer sa protection dans les années 1970.

Dans le cadre du procès Rubygate, où il est accusé de prostitution de mineure, Berlusconi s'est présenté le 20 avril à une audience au tribunal de Milan, où il a affirmé que les soirées chez lui, dépeintes par certains comme orgiaques, n'étaient que des «compétitions de 'burlesque'», style french-cancan.

Pour défendre son empire médiatique, il a exprimé son mécontentement face à un décret-loi du gouvernement Monti qui prévoit notamment la mise aux enchères des fréquences de télévision que son propre gouvernement voulait attribuer gratuitement, entre autres à son groupe Mediaset.

Toujours député, il reste très discret sur la scène politique, et son parti, le Peuple de la Liberté (PDL) continue de soutenir le gouvernement Monti.

Renié par Nicolas Sarkozy lors de son débat avec François Hollande (»Je ne crois pas que Monsieur Berlusconi soit mon ami puisqu'il a semblé souhaiter votre élection»), Berlusconi devait se consoler lundi à Moscou, à l'investiture de son fidèle ami Vladimir Poutine.


(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fabio le 06.05.2012 19:31 Report dénoncer ce commentaire

    Grosse erreur

    En voulant sanctionner Sarkozy les gauchos sacrifie l'avenir de la France ... quel pays de fous , il faudrait la diviser en 2 la France , les gauchos d'un coté , les VRAIS Français de l'autre.

  • Dameginette le 07.05.2012 13:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Game over

    Ce cher Nicolas à sacrifié des milliers d'emplois dans les fonctions publiques... Mais c'était pour une bonne cause... Augmenter son propre salaire en dépit des français. Certains ont certainement oubliés cette période. Et oui les joujoux de luxes ça coûtent...

  • triste var le 06.05.2012 19:45 Report dénoncer ce commentaire

    désabusé

    triste france ... aveugle et primaire ........

Les derniers commentaires

  • SAPPEY Elisabeth le 08.05.2012 19:52 Report dénoncer ce commentaire

    Les euros et les francs

    Dites je me prends les pieds ds le tapis entre les francs et les euros !!!!!! 78 516 correspondent à 94 000 fr et 6 543 = 7 800 fr Comment on compte ? Mais bon je suis une mamie alors.....

  • gy_ko le 07.05.2012 19:50 Report dénoncer ce commentaire

    Bla bla bla

    quelqu'un qui à le courage d'essayer de changer les mentalités, et tous ces commentaires... Messieurs, mesdames, vous qui semblez connaître toutes les solutions, dites moi pourquoi vous voulez persister dans un système qui à déjà montré ses limites ? Qu'avez vous à proposer ? Marre de tout ces commentaires de gens frustrés qui ne sont jamais fatigués de critiquer leur voisins. Holland n'a certainement pas de baguette magique, j'espère simplement qu'il aura le courage de ses convictions..

    • prenom le 08.05.2012 19:17 Report dénoncer ce commentaire

      Nomprénom

      Qu il tienne ses nombreuses promesses...déjà!

  • Gilles le 07.05.2012 19:13 Report dénoncer ce commentaire

    Oui mais...

    Ce qui est un peu ingrat c'est de prendre la place de président en sortie de crise et dire que de toute façon c'était nul. Je pose des questions : - Comment serait la France aujourd'hui si Hollande ou Royale avait présidé entre 2007 et 2012 - Comment juger un bon résultat d'un mauvais en période de reprise économique ? Etant double national j'espère juste que le pays ne va pas se noyer après avoir plongé dans la crise :-/

  • Jean Pat' le 07.05.2012 18:04 Report dénoncer ce commentaire

    Bande de glandeurs

    On est toujours le glandeur de quelqu'un..... Marrant de lire tous ces commentaires français = glandeur / assisté / raleur. Tiens, qu'est-ce qui y a en 1ère page de 20minutes? Ce sont les mêmes qui ont du gueulé contre nos amis les bourbines, les seuls VRAIS travailleurs de la Suisse.....c'est pas la Romandie qui fait de ce pays ce qu'il est.....traiter les français de glandeurs, quand on est romand......c'est presque l'hopital qui se fout de la charité.

    • Romand != francais !!! le 07.05.2012 19:45 Report dénoncer ce commentaire

      @Jean Pat

      Si ca peut vous faire plaisir de penser qu'en Romandie on est des glandeurs bah tant mieux. Pour me mettre à votre niveau on pourrait dis qu'avec la quantité impressionnante de frontalier qu'on peut trouver en suisse romande et surtout à Genève c'est sûr que ca va pas aider. Les suisses allemands eux ont des gens motivés qui viennent bosser...en tout cas bien plus que nos amis français qui adooooorent les grèves ;-).

  • ror olivier le 07.05.2012 18:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    salaire federaux

    c est rien par rapport au salaire honteux de nos conseiller federaux