Nicolas Sarkozy

04 mai 2012 14:28; Act: 06.05.2012 13:07 Print

L'hyperactif devenu président de la République

Instinct politique très développé et tempérament de cogneur. C'est sur ces qualités que Nicolas Sarkozy a façonné sa carrière politique.

Voir le diaporama en grand »
17.05 Martine Aubry a déclaré que la nomination de Jean-Marc Ayrault au poste de premier ministre s'est décidée «en parfaite entente». 10.05 La passation des pouvoirs entre le chef d'Etat français sortant Nicolas Sarkozy et le président élu François Hollande, suivie de son investiture, se déroulera à 10H00 mardi. Les deux hommes avaient commémoré côte à côte l'armistice de la seconde guerre mondiale le 8 mai se rendant ensemble sur la tombe du soldat inconnu à l'Arc de Triomphe. 07.05 Le président tout fraîchement élu tiendra-t-il sa promesse de diminuer son salaire? 07.05 Valérie Trierweiler s'est livrée lors d'un entretien. Elle veut assumer son rôle «sérieusement», mais a besoin de temps pour réfléchir à ce qu'il sera «nécessaire de faire». 06.05 Sur scène, les membres et députés issus du PS se félicitent. En coulisse, chacun réfléchit aux scénarios qui se dessinent concernant le futur gouvernement de François Hollande. En photo: Martine Aubry, Arnaud Montebourg, Manuel Valls et Benoît Hamon. «Ce soir, il n'y a pas deux France qui se font face, il n'y a qu'une seule France.» François Hollande s'est exprimé devant ses soutiens dans son fief de Tulle, en Corrèze. Nicolas Sarkozy est le premier président sortant de la Ve République à ne pas être réélu depuis la défaite de Valéry Giscard d'Estaing face à François Mitterrand en 1981. Nicolas Sarkozy a reconnu la responsabilité de sa défaite devant les militants de l'UMP réunis à La Mutualité, à Paris. Après avoir pris connaissance de sa défaite, Nicolas Sarkozy a salué ses fans. Pour certains supporters de Nicolas Sarkozy, l'espoir a fait place aux larmes à l'annonce du résultat de la présidentielle. Dans les rues de Paris, les partisans de François Hollande n'ont pas tardé à manifester leur joie dans un concert de klaxons. Les sympathisants de gauche ont attendu cette victoire depuis la fin du dernier mandat de François Mitterrand en 1995. A la rue Solférino, près du siège du Parti socialiste français, l'annonce du résultat déclenche la liesse. A 20h, les médias français, comme France 2, annoncent le résultat officiel du scrutin. Sur la place de la Bastille, des milliers de partisans de François Hollande se sont rassemblés pour assister à l'annonce des résultats. Nicolas Sarkozy, accompagné de son épouse Carla Bruni-Sarkozy, a voté au lycée Jean-de-La-Fontaine, son bureau de vote, dans le XVIe arrondissement, peu avant midi. François Hollande est le premier des deux finalistes à avoir voté vers 10h30 dans sa ville de Tulle en Corrèze. Ségolène Royal a voté à La Rochelle Cette photo prise dans un supermarché français circule sur Twitter depuis dimanche matin. Le camembert Président et les Flanby sont dans le même panier. Place de la Bastille des grues s'affairent pour préparer le grand rassemblement prévu par les socialistes. François Bayrou est le premier des candidats éliminés au premier tour à avoir voté. La page d'accueil de Google France est à l'heure présidentielle en ce dimanche 6 mai. 04.05 Le président avait promis d'écrire à son rival lors du débat télévisé pour ces menaces concernant les hauts fonctionnaires «liés au système UMP». Nicolas Sarkozy a tenu parole. 03.05 Le choix, inattendu, du centriste de voter pour François Hollande est interprété comme un coup de grâce à Nicolas Sarkozy dans la presse vendredi matin. 03.05 François Bayrou a annoncé jeudi qu'il voterait pour le candidat socialiste François Hollande au second tour de l'élection présidentielle. 03.05 Selon un sondage publié jeudi, François Hollande (45%) a été jugé plus convaincant que Nicolas Sarkozy (41%). 03.05 L'ex-premier ministre libyen, emprisonné en Tunisie, a affirmé que le régime de Mouammar Kadhafi avait bien financé la campagne 2007 du candidat Nicolas Sarkozy. Toute la presse française fait sa une sur le débat d'entre-deux-tours: la plupart insistent sur la rugosité des échanges, Ici «Le Parisien». Dans «Libération», Nicolas Demorand juge que «François Hollande a marqué bien des points» face à Nicolas Sarkozy «pugnace, accrocheur, cherchant constamment le combat». Le quotidien régional «Le Dauphiné libéré». «Le Figaro» est plus neutre. Tandis que le quotidien de la région de Brest (ouest) file la métaphore routière. 03.05 François Hollande et Nicolas Sarkozy ont livré un débat tendu et sans vainqueur évident à quatre jours du second tour de l'élection présidentielle, commente jeudi la presse française. Les avis divergent lorsqu'il s'agit de désigner celui qui s'en est le mieux sorti entre le candidat socialiste, favori des sondages, et le président sortant. 02.05 Les deux candidats se sont affrontés dans une ambiance parfois électrique mercredi soir lors du traditionnel débat télévisé. Pourtant ni Sarkozy ni Hollande ne semblent avoir pris l'avantage. 02.05 La journaliste Laurence Ferrari (centre) participe aux dernières mises au point sur le plateau où se tiendra le débat télévisé entre les deux candidats mercredi soir. 02.05 Selon le « Canard Enchaîné », le candidat socialiste aurait pu croiser DSK, lors de l'anniversaire dans un rue chaude de Paris. Un membre de son équipe de campagne l'aurait averti in extremis. 02.05 Des militants UMP ont attaqué une journaliste du site Mediapart mardi lors du meeting de Nicolas Sarkozy sur l'esplanade du Trocadéro, mardi après-midi. Une plainte a été déposée. Sur son blog le fondateur du site a publié le PV de cette plainte. 01.05 Pour son dernier grand meeting parisien de la campagne, Nicolas Sarkozy a comblé l'esplanade du Trocadéro. Ses militants étaient plus remontés que jamais. Certains avaient même fait preuve d'originalité 01.05 François Hollande, ici en janvier 2009 à l'Assemblée nationale, avait assuré il y a trois ans qu'il «était le meilleur» pour représenter les socialistes à la présidentielle. 01.05 L'entourage des deux candidats doit finaliser les règles très strictes du duel télévisé qui les opposera mercredi soir. Une charte a été âprement négociée. 30.04 Le président candidat veut porter plainte contre Mediapart après les accusations du site qui prétend que sa campagne électorale de 2007 a été financée par le régime Kadhafi. 29.04 Les deux candidats se sont affrontés dimanche par meeting interposé, avant leur confrontation directe lors du débat télévisé de mercredi soir. Cinq ans jour pour jour après le grand meeting de Nicolas Sarkozy au même endroit, François Hollande a rempli le Palais de Paris-Bercy dimanche après-midi à une semaine du second tour, tenant un discours rassembleur et porteur d'espoir. Nicolas Sarkozy a fait l'éloge de «la Nation» et de ses frontières, dimanche à Toulouse. Il a affirmé haut et fort son refus de voir la France «se diluer dans la mondialisation». 28.04 Dans un entretien paru samedi sur le site du «Journal du Dimanche», Marine Le Pen promet de bouleverser la politique française si son parti réussit à entrer à l'Assemblée nationale. 28.04 Nicolas Sarkozy et François Hollande ont répondu à la lettre de François Bayrou (ici à l'image), qui rappelle ses priorités. 27.04 Tariq Ramadan retourne sa veste. Opposé jeudi au président français qui lui reprochait un prétendu soutien à François Hollande, il a ironiquement encensé Nicolas Sarkozy sur son blog. 26.04 François Hollande et Nicolas Sarkozy ont poursuivi leur duel tendu à distance, avant leur face-à-face du 2 mai. Ils sont intervenus tour à tour sur France 2 jeudi soir. 26.04 L'influent hebdomadaire britannique «The Economist» du monde des affaires estime qu'une élection du candidat socialiste à la présidence française serait «mauvaise pour son pays et pour l'Europe». 26.04 Marine Le Pen a salué jeudi une «victoire idéologique» de son parti après que Nicolas Sarkozy a proposé d'instaurer une présomption de légitime défense pour les policiers. 26.04 A dix jours du deuxième tour de l'élection présidentielle, l'équipe de campagne du candidat socialiste se serre la ceinture. François Hollande est proche du plafond de dépenses autorisées. 26.04 Le député des Alpes-Maritimes Lionnel Luca s'est lâché mardi soir lors d'une réunion publique en soutien à Nicolas Sarkozy, en multipliant les attaques contre François Hollande. Il a notamment qualifié la compagne du candidat de «Valérie Rottweiler». 26.04 L'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing a indiqué jeudi dans la presse qu'il voterait pour le candidat de l'UMP au deuxième tour de la présidentielle. 25.04 La une du quotidien affilié au Parti communiste français «L'Humanité» compare Nicolas Sarkozy au maréchal Pétain. En une de «Libération», la déclaration de Nicolas Sarkozy, qui cherche à séduire l'électorat FN, hier: «Le Pen est compatible avec la République.» 24.04 Le consulat général de France à Genève a dévoilé mardi à 20minutes les résultats du premier tour de l'élection de dimanche des deux principaux bureaux romands. Sakorzy (40,75%) devance Hollande (19,32%) et Bayrou (14,47%). 24.04 Johnny Hallyday, qui avait soutenu Nicolas Sarkozy en 2007, ne veut plus prendre position cinq ans plus tard. Il estime cependant «aberrant» de voter FN, un parti qui lui fait «peur». 23.04 Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il «faut apporter une réponse» au vote des électeurs du parti d'extrême droite Front national (FN). «Il faut respecter le vote des électeurs, notre devoir, c'est de l'entendre. Il y a ce vote de crise qui a doublé d'une élection à l'autre, c'est à ce vote de crise qu'il faut apporter une réponse.» Marine Le Pen savoure son incroyable score. «Nous sommes la seule opposition à la gauche ultralibérale, laxiste et libertaire», a-t-elle déclaré. «Ce premier tour n'est pas une fin en soi, mais le commencement d'un vaste rassemblement des patriotes de droite comme de gauche», a-t-elle ajouté. Le premier ministre François Fillon a assuré dimanche soir que «rien n'est joué» pour le second tour de l'élection présidentielle, insistant sur la stature et l'expérience internationales de Nicolas Sarkozy par rapport à son adversaire socialiste François Hollande. «Le choix est relativement simple: le changement ou la continuité», a déclaré la socialiste Martine Aubry sur TF1 dimanche soir. Lors de son discours, Jean-Luc Mélenchon a appelé ses partisans à «battre Nicolas Sarkozy». Il n'a en revanche jamais prononcé le nom de François Hollande. Jean-Marie Le Pen peut être fier de sa fille. Elle amené le Front national à un niveau que même lui n'a jamais pu atteindre. La candidate d'EELV n'a pas réussi le pari d'être une vraie force à gauche. L'humoriste Gérald Dahan attend les résultats officiels au QG du parti socialiste français, rue Solférino. «Je suis là pour savoir combien de gâteaux François Hollande va manger ce soir!» (dr) Le président sortant et son épouse après avoir voté. Le premier ministre français, François Fillon, a voté à Paris. L'économiste et avocat socialiste Dominique Strauss-Kahn a glissé son bulletin dans une urne de Sarcelles. La socialiste Martine Aubry voté du côté de Lille. La participation à midi s'élève à 28,29%, selon une première estimation du ministère de l'Intérieur. En 2007, à la même heure, 30,88% des électeurs avaient déjà glissé leur bulletin dans l'urne. Nicolas Sarkozy a voté à 11h45 dans son bureau de vote du XVIe arrondissement de Paris. Il est le dernier des dix candidats à l'Elysée à avoir accompli son devoir électoral. Le président-candidat était accompagné de sa femme, Carla-Bruni Sarkozy. Eva Joly avait elle aussi glissé son bulletin dans l'urne dans un bureau de vote du XIVe arrondissement. Marine Le Pen s'est rendue dans le bureau de vote de Hénin-Beaumont, dans le nord de la France, à 11 heures, pour y glisser son bulletin. François Hollande a voté vers 10 heures du matin dans un bureau de vote de Tulle, en Corrèze. Il y restera jusqu'à la publication des résultats dimanche soir. Il devrait ensuite rejoindre Paris dans la nuit de dimanche à lundi. On le voit ici à la sortie de l'isoloir. Jean-Luc Mélenchon est le deuxième candidat à avoir voté peu avant 10h. Le candidat du Front de gauche s'est rendu dans un bureau de vote du Xe arrondissement de Paris. Il avait auparavant patienté dans la file d'attente, comme n'importe quel citoyen. Philippe Poutou, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste, a voté à Bordeaux vers 10h. Un vote quelque peu passé inaperçu puisqu'il a accompli son devoir électoral quasiment en même temps que François Hollande et Jean-Luc Mélenchon. 22.04 François Bayrou est les premier des10 candidats a avoir voté, dimanche matin à Pau (sud-ouest de la France). 21.04 Contraints au silence pour cause de loi électorale, les candidats sont nombreux à avoir mis à leur agenda aujourd'hui du repos et une journée en famille, à la veille du premier tour de l'élection présidentielle. 20.04 Les principaux instituts de sondage se sont engagés à ne pas réaliser de sondage «sortie des urnes» lors du 1er tour de la présidentielle. La commission des sondages a également obtenu que les sondeurs ne livrent pas d'estimations aux médias étrangers. 19.04 Jean-Luc Mélenchon a tenu son dernier gros meeting jeudi soir à Paris, appelant au «vote utile» en sa faveur pour passer devant Marine Le Pen au soir du premier tour. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon sont des eurodéputés peu assidus, parmi les 20 derniers en terme de présence. Ils viennent surtout pointer pour toucher leur salaire. La présidente du Front national se classe 745e sur 754 eurodéputés en termes de présence dans l'hémicycle européen. Le candidat du Front de gauche fait à peine mieux avec une 735e place. 19.04 Déçue par Nicolas Sarkozy pour qui elle avait voté en 2007, Brigitte Bardot se tourne désormais vers Marine Le Pen qui «propose des choses parfaites par rapport aux deux guignolos.» 18.04 La candidate écologiste s'est dévoilée lors du dernier meeting, en guise de baroud d'honneur, qu'elle tenait à Paris. Elle a notamment estimé que sa seule maladresse avait été sa chute. 18.04 Le quotidien a annoncé qu'il diffuserait les estimations des résultats du 1er tour de la présidentielle, dimanche vers 18h30. Une annonce qui pourrait faire des émules. 18.04 L'ancienne ministre du gouvernement Fillon a annoncé mardi son ralliement à François Hollande. Un soutien qui n'est pas du goût de l'UMP qui l'a violemment chargé sur twitter. 18.04 Marielle de Sarnez, directrice de campagne du candidat centriste, aurait confié que François Bayrou votera pour Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle. Elle n'a pas tardé à démentir. 17.04 Marine Le Pen a fustigé mardi le «système» qui voudrait imposer un duel Sarkozy/Hollande et attaqué sur l'immigration, son thème de prédilection, pour son dernier meeting de campagne. Près de 6000 militants avaient fait le déplacement En entrant dans la salle, des hôtesses distribuaient aux militants des pin's blancs «I Love Marine» qui clignotent en bleu et rouge. 17.04 La candidate écologiste s'est rendue mardi devant l'UBS à Paris pour dénoncer «les pratiques des paradis fiscaux qui permettent l'évasion fiscale», alors que la banque est visée par une procédure judiciaire en France. elle a annoncé son action via twitter. 17.04 A moins d'une semaine du premier tour de la présidentielle, plusieurs personnalités ont annoncé leur ralliement pour l'un des deux favoris. Dans ce contexte le candidat centriste a fait un «petit» pas vers Nicolas Sarkozy. 17.04 L'ancien président français Jacques Chirac s'apprêterait à faire défaut à son camp, la droite, en votant dimanche prochain pour le socialiste François Hollande au premier tour de la présidentielle, affirme mardi «Le Parisien», citant un de ses proches. 17.04 Les deux favoris seraient au coude-à-coude au premier tour à 27% chacun, selon un sondage publié mardi. La candidate d'extrême-droite reprend la troisième place à Jean-Luc Mélenchon. 15.04 A une semaine du premier tour de la présidentielle française, le candidat socialise François Hollande... ... Et son principal rival, le président candidat Nicolas Sarkozy, se sont livrés un bras de fer à distance, dimanche après-midi, lors de grands rassemblements populaires dans les rues de la capitale. Après la guerre des mots, celle des chiffres: ils ont estimé avoir attiré chacun au moins 100'000 personnes, des chiffres invérifiables, d'autant que la préfecture de police s'est refusée à donner des estimations. A gauche, les partisans de Nicolas Sarkozy rassemblée sur la place de la Concorde. A droite, ceux de François Hollande, sur l'esplanade du château de Vincennes, quelques kilomètres plus à l'est. Ils étaient quelque 100'000 de chaque côté, selon les chiffres des partis. 14.04 Le candidat de la gauche radicale à la présidentielle en France a appelé samedi ses partisans à «expédier à terre le pouvoir de la droite» et du sortant Nicolas Sarkozy, lors d'un meeting à Marseille. Un mois après le meeting à la Bastille, à Paris., il a réunit ses partisans sur une plage de la cité phocéenne. Ils étaient 120'000 selon les organisateurs. Le moral des ténors de la majorité n'est plus au beau fixe. Certains sont inquiets de la chute de la cote de Nicolas Sarkozy dans les sondages. Les lieutenants de la majorité avouent en catimini douter des chances après d'énièmes sondages défavorables. La plus fervente supportrice de Nicolas Sarkozy, Nadine Morano, a retweeté ce vendredi une vidéo qui appelle à voter contre le PS... grâce au Front National! Le retweet capturé par les médias français. Sur les 32 propositions de Nicolas Sarkozy pour réformer la France, onze ont un air de déjà-vu. Un tiers d'entre-elles figuraient en effet déjà dans son programme présidentiel en 2007. 13.04 Cinq candidats à lElysée ont passé jeudi soir le second grand oral de France 2. Nicolas Sarkozy en a profité pour répliquer aux attaques d'Eva Joly. 12.04 Cinq des dix candidats à l'élection présidentielle ont participé mercredi soir à la première des deux émissions de France 2. 11.04 Anne Lauvergeon, débarquée de la présidence d'Areva en juin 2011, tire à boulets rouge sur le président sortant. Nicolas Sarkozy lui avait notamment proposé d'entrer au gouvernement. 11.04 Le candidat centriste à la présidentielle a ironisé mardi contre le faible niveau de débat lors de la campagne électorale. 10.04 Le candidat du front de gauche à l'élection présidentielle a déclaré mardi matin qu'il aimait bien la voix de la femme du président de la république sortant. 09.04 La candidate du Front national cartonne auprès des 18-24 ans, d'après un sondage. Marine Le Pen dépasserait François Hollande dans leurs intentions de vote. 09.04.2012 François Hollande a passé deux jours à sillonner les quartiers populaires. 08.04 Le président Nicolas Sarkozy, candidat à sa propre succession à l'Elysée, était pour le week-end pascal dans le Var, où il a notamment fait du vélo. 07.04 Nicolas Sarkozy a appelé samedi les électeurs FN à voter utile en vue de contrer la gauche et son rival François Hollande. Il a assuré que la dissémination des votes, notamment au profit de l'extrême-droite, «servira M. Hollande». 07.04 François Hollande a rejeté samedi les leçons de gestion budgétaire du candidat Nicolas Sarkozy, en lui rappelant la perte du triple A sous sa présidence. «Nicolas Sarkozy est bien mal placé pour faire des leçons à qui que ce soit» 07.04 Le candidat socialiste François Hollande a ciblé les quartiers populaires en vue du premier tour de la présidentielle française en multipliant les déplacements en banlieues. Le candidat socialiste y a notamment réaffirmé ses engagements en faveur de l'égalité salariale hommes/femmes. 05.04 Le chanteur a dénoncé la proposition de François Hollande, candidat PS à la présidentielle, de taxer à 75% les revenus annuels supérieurs à 1 million d'euros (1,2 millions de francs). 05.04 La candidate du Front national s'est attiré les foudres de certains producteurs de vin quand elle a qualifié leurs productions de «bibines 'atroces'». 05.04 Lunettes noires sur le nez pur masquer les blessures, Eva Joly a fait son retour sur scène mercredi soir, quatre jours après une chute ayant nécessité une hospitalisation. 05.04 La première dame de France est montée au créneau pour défendre son mari président sortant dénonçant une «croisade anti-Sarkozy», dans un entretien à la presse hebdommadaire. 04.04 Ségolène Royal, candidate socialiste en 2007 a appelé à voter pour son ex-compagnon François Hollande, lors d'un meeting commun mercredi soir à Rennes. En campagne à La Réunion, Nicolas Sarkozy, considérant que François Hollande n'avait pas assez parlé de l'île lors de sa visite le week-end dernier, a promis à maintes reprises de soutenir l'économie et la jeunesse réunionnaise dans leur développement.

Sur ce sujet
Une faute?

Président hyperactif et mal aimé, impopulaire comme jamais aucun autre chef d'Etat français avant lui, Nicolas Sarkozy a mis dans la balance son bilan, qu'il juge satisfaisant à l'aune des crises que l'Europe a dû affronter. Le président conservateur de 57 ans n'a pas le profil classique de l'homme politique français. Pas de cursus prestigieux dans les grandes écoles, pas d'études à l'Ecole nationale d'administration (ENA), creuset des élites, mais un diplôme d'avocat et une ambition politique précoce et inoxydable.

Un ambitieux «ne doutant de rien» pour Chirac

Un homme pressé qui, méthodiquement, a franchi les obstacles entre coups d'éclats, trahisons et traversées du désert: engagement gaulliste à 19 ans, il est élu maire de la riche banlieue de Neuilly-sur-Seine à 28 ans, député à 34, nommé ministre pour la première fois à 38, élu triomphalement chef de l'Etat en 2007 contre la socialiste Ségolène Royal. Un ambitieux, «ne doutant de rien et surtout pas de lui-même», a dit de lui l'ex-président Jacques Chirac, qui fut son premier mentor en politique.

«Je suis de sang mêlé»

Sarkozy n'est pas non plus issu de la bourgeoisie française, petite ou grande, comme beaucoup de ses congénères. Fils d'un immigré hongrois, il a été élevé par sa mère et son grand-père, un Grec de Salonique. «Je suis de sang mêlé (...), je viens d'ailleurs», dit-il. Pourtant, il est aussi le président qui aura le plus flirté avec les thèses de l'extrême droite. «Nous avons trop d'étrangers sur notre territoire», disait-il avant l'élection. La rhétorique droitière, certains disent «populiste», s'est durcie entre les deux tours. «Une course ventre à terre derrière les thèses du Front national», s'est indigné le centriste François Bayrou.

La controverse

Le mandat de Nicolas Sarkozy s'achève dans la controverse, comme il avait commencé. Il y a cinq ans, c'est son rapport aux puissants et à l'argent qui avait été dénoncé. Dès le soir de son élection, il se retrouvait au Fouquet's, un établissement huppé des Champs Elysée pour fêter sa victoire en compagnie de grands patrons. Quelques jours plus tard, les Français le retrouvaient, par médias interposés, au large de Malte sur le yacht d'un industriel de ses amis, Vincent Bolloré.

Image de «président des riches»

Sa famille «explosait», s'est-il justifié. Sa deuxième épouse, Cécilia, était en train de le quitter, et il ne savait plus très bien où il en était. Nicolas Sarkozy est le premier président français à avoir divorcé en cours de mandat. La premier aussi à s'être marié, en 2008 avec l'ex-top model Carla Bruni, et à avoir eu un enfant, la petite Giulia, sa quatrième, après trois garçons. Malgré les mea culpa de la campagne, il a eu toutes les peines du monde à se défaire de cette image de «président des riches», accentuée par ses premières décisions de politique économique, quelques mois avant la crise financière de 2008.

Il tire parti de la crise

La crise qui n'en finit pas de menacer l'Europe, c'est aussi un de ses atouts maîtres, estime-t-il. Il pense avoir pris les bonnes décisions pour protéger les Français de la tempête financière. Tout comme, porté par son instinct politique, il pense avoir fait le bon choix en faisant intervenir l'armée française en Libye et en Côte d'Ivoire. Un «président de crise», disent ses partisans, mais aussi le président d'une rupture contrariée. Il devait régénérer la politique française, réformer à tout va un pays assoupi et englué dans ses lourdeurs. Permettre de «travailler plus pour gagner plus», réduire de moitié le chômage. Il n'y est guère parvenu.

«Je vais l'exploser»

Petit, nerveux, affublé de tics et de mimiques, cet homme qui ne boit pas et fait du sport tous les jours, achève tous ses meetings en nage. «Je vais l'exploser», disait-il en confidence à propos de son adversaire socialiste François Hollande, avant leur débat télévisé de mercredi soir. La prédiction ne s'est pas réalisée, le débat a été rude mais équilibré.

(afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • B.M le 06.05.2012 15:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dégage!

    il est le nr zéro des français...quelle honte!

  • yenrasleboldecetype le 06.05.2012 15:35 Report dénoncer ce commentaire

    Le roi n'est plus.

    Et bien, quels dégâts en 5 ans, autant intra muros qu'extra muros ! En plus, il a un grand déficit d'image de par sa manière de s'exprimer par saccades, de leveur de doigt et de donneur de leçons. Un vilain prof. Il incarne a lui seul la nervosité au lieu du calme apaisant et rassembleur demandé à un Président. Ses "sponsors" n'ont pas reussi à le relooker. Maintenant, ils devront tous dégager de l'Elysée et en 4ème vitesse...La Suisse respire, elle qui a été politiquement, économiquement, culturellement persona non grata durant 5 ans, écartée par ce despote, du jamais vu entre voisins.

  • Pierre Dunand le 06.05.2012 15:25 Report dénoncer ce commentaire

    Retour de bâton ..

    La France a besoin de re-nouveau... A quoi bon continuer avec ce piteux personnage..

Les derniers commentaires

  • B.M le 06.05.2012 15:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dégage!

    il est le nr zéro des français...quelle honte!

  • yenrasleboldecetype le 06.05.2012 15:35 Report dénoncer ce commentaire

    Le roi n'est plus.

    Et bien, quels dégâts en 5 ans, autant intra muros qu'extra muros ! En plus, il a un grand déficit d'image de par sa manière de s'exprimer par saccades, de leveur de doigt et de donneur de leçons. Un vilain prof. Il incarne a lui seul la nervosité au lieu du calme apaisant et rassembleur demandé à un Président. Ses "sponsors" n'ont pas reussi à le relooker. Maintenant, ils devront tous dégager de l'Elysée et en 4ème vitesse...La Suisse respire, elle qui a été politiquement, économiquement, culturellement persona non grata durant 5 ans, écartée par ce despote, du jamais vu entre voisins.

  • Pierre Dunand le 06.05.2012 15:25 Report dénoncer ce commentaire

    Retour de bâton ..

    La France a besoin de re-nouveau... A quoi bon continuer avec ce piteux personnage..