Présidentielle américaine

14 mai 2012 21:11; Act: 14.05.2012 21:54 Print

Mitt Romney, candidat à la Maison Blanche

Ron Paul a annoncé lundi qu'il se retirait de la course à l'investiture républicaine. Mitt Romney, le favori, devient le seul candidat en lice. L'équipe de campagne de Barack Obama l'accuse d'être un «destructeur d'emplois».

storybild

Ron Paul se retirant des primaires républicaines, Mitt Romney devient de seul candidat en lice. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine de novembre Ron Paul a annoncé lundi son retrait de la campagne des primaires de son parti. Il laisse la voie libre à l'unique candidat encore en lice, Mitt Romney, décrit par le camp démocrate comme un «vampire» «destructeur d'emplois».

«Nous ne dépenserons plus de fonds de campagne dans des primaires dans des Etats qui n'ont pas encore voté», a-t-il écrit dans un communiqué. Il a toutefois assuré qu'il allait continuer à «prendre des positions, à gagner des délégués et à délivrer un message fort à la convention nationale du parti républicain selon lequel la liberté est la marche à suivre pour l'avenir».

Tout en se retirant des primaires, M. Paul espère encore faire sentir son influence et ses idées au moment où les républicains désigneront officiellement leur candidat lors de la convention nationale à Tampa (Floride) en août 2012.

A sec

Le candidat a reconnu que son équipe ne disposait plus des fonds nécessaires pour continuer la bataille des primaires. «Continuer à faire cela avec un quelconque espoir de succès nécessiterait beaucoup de dizaines de millions de dollars que nous n'avons tout simplement pas», a-t-il dit.

Le conservateur libertaire, farouche partisan de l'isolationnisme américain, avait suscité un fort engouement parmi les jeunes électeurs, mais qui ne s'était pas traduit par un succès électoral décisif au cours des primaires. Le représentant du Texas (sud) n'a en effet remporté aucun Etat.

L'investiture de Mitt Romney comme candidat républicain à la Maison Blanche était déjà considérée comme acquise, depuis le retrait le 10 avril de son plus sérieux adversaire, l'ultraconservateur Rick Santorum.

Attaque contre Romney

L'équipe de campagne de Barack Obama considère d'ores et déjà Mitt Romney comme l'unique adversaire et a déjà commencé à lui lancer des piques. Elle a donné la parole à d'anciens ouvriers d'une aciérie ayant fait faillite sous sa responsabilité et qui l'accusent d'être un «destructeur d'emplois» et même un «vampire».

Dans une vidéo diffusée sur internet et qui sera également télévisée dans les Etats d'Iowa, du Colorado, de Pennsylvanie, d'Ohio et de Virginie, des Etats qui pourraient décider du résultat de la présidentielle du 6 novembre, l'équipe Obama réfute l'argumentation de M. Romney selon qui son expérience dans le monde de l'entreprise fera de lui un bon président pour l'emploi des Américains.

Cette publicité revient sur la fermeture d'une aciérie de Kansas City dans le Missouri (centre), après son rachat par Bain Capital, la firme de capital-risque fondée par M. Romney. Les ouvriers y ont perdu leurs emplois, leur retraite et leur couverture sociale.

«Bain Capital est parti avec beaucoup d'argent grâce à cette usine. Nous considérons que Mitt Romney est un destructeur d'emplois», affirme ainsi John Wiseman, un ancien ouvrier de l'aciérie. «C'était comme un vampire, il est venu et a aspiré notre vie», renchérit Jack Cobb, qui a lui aussi perdu son emploi après 31 ans dans cette usine qui avait fermé en 2001, engloutissant 750 postes.

Expérience d'entrepreneur

Depuis qu'il a lancé sa campagne, M. Romney assure que son expérience d'entrepreneur et de «créateur d'emplois» est ce dont les Etats-Unis ont besoin pour relancer le marché du travail. Le taux de chômage officiel aux Etats-Unis est de 8,1%, soit trois points de plus qu'avant le début de la crise en 2008.

«Etant donné que l'argument central de Romney est qu'il est un magicien qui peut faire croître l'économie, cela vaut le coup d'examiner de quoi cette magie retourne», a affirmé la directrice adjointe de la campagne de M. Obama, Stephanie Cutter

(ats)