Primaires républicaines

18 mars 2012 18:42; Act: 18.03.2012 18:49 Print

McCain trouve la campagne «méchante»

La campagne pour l'investiture républicaine en vue de la présidentielle est «la plus méchante à laquelle j'ai assisté», a affirmé dimanche le sénateur républicain John McCain.

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est la plus méchante à laquelle j'ai jamais assisté», a jugé sur la chaîne NBC le candidat malheureux face à George W. Bush lors des primaires républicaines de 2000 et face au démocrate Barack Obama en 2008.

La brutalité des primaires qui opposent depuis début janvier Mitt Romney, soutenu par M. McCain, Rick Santorum, Newt Gingrich et Ron Paul est notamment due «aux Super PACS (qui) jouent un rôle clé», a-t-il estimé.

Règles assouplies

La Cour suprême a assoupli en janvier 2010 les règles de participation des particuliers, des entreprises et des syndicats aux frais de campagne des candidats. Pratiquement, plus aucune limite ne s'impose aux fonds privés que ces derniers sont en droit de recevoir.

Depuis, de nouveaux groupements d'intérêts privés surnommés «Super PACS» (pour «super comités d'action politique») peuvent lever des fonds de manière illimitée, pour les redistribuer au candidat de leur choix. Certains dons peuvent s'élever à plusieurs millions de dollars.

Ces fonds servent notamment à financer les nombreux spots publicitaires auxquels ont recours les candidats. Or ceux-ci sont pour «la plupart des publicités négatives qui ont fait augmenter les opinions négatives de tous les candidats et rendu les choses beaucoup plus compliquées pour les départager», a expliqué John McCain.

«Pire décision prise par la Cour suprême»

«C'est le résultat de la pire décision prise par la Cour suprême depuis de nombreuses années», a-t-il fustigé, regrettant que la guerre de tranchées entre républicains ne bénéficie qu'au président Barack Obama, candidat à un second mandat à la tête du pays.

Lors des primaires républicaines de 2000, John McCain avait lui-même été victime d'une violente campagne de dénigrement. Il avait notamment été soupçonné d'avoir eu un enfant noir issu d'une relation extraconjugale et d'être mentalement instable à la suite de sa longue détention comme prisonnier de guerre au Vietnam. Sa femme Cindy avait elle été accusée d'être une droguée.

(afp)