Présidentielle américaine

08 mai 2012 06:56; Act: 08.05.2012 08:04 Print

Rick Santorum se rallie à Mitt Romney

Rick Santorum a apporté tard lundi soir son soutien à Mitt Romney, qui sera selon toute vraisemblance le candidat du Parti républicain à l'élection présidentielle face au président démocrate sortant Barack Obama.

Sur ce sujet
Une faute?

L'objectif est de battre le
Dans un communiqué, M. Santorum, ancien candidat à l'investiture républicaine, souligne que M. Romney et lui ont des divergences. Mais il affirme être ressorti impressionné d'une récente rencontre avec M. Romney par la «profonde compréhension» de l'ex-gouverneur du Massachusetts sur les questions économiques et familiales.

«Par dessus tout le reste, nous sommes tous deux convenus que le président Obama devait être battu. Cette tâche ne sera pas aisée. Tout le monde devra mettre la main à la pâte si nous voulons que notre candidat soit victorieux», poursuit Rick Santorum.

Candidat à la vice-présidence ?

Révélation des primaires républicaines, M. Santorum a annoncé le 10 avril son retrait de la course à l'investiture. Il était alors le dernier adversaire crédible de Mitt Romney. Selon un récent sondage il est avec Marco Rubio l'une des deux personnalités préférées des électeurs républicains pour former un «ticket» avec Mitt Romney et devenir son vice-président s'il est élu à la Maison blanche.

Le candidat du Parti républicain sera investi lors de la convention nationale du parti, fin août à Tampa, en Floride. Mitt Romney n'a plus qu'un rival, le libertarien Ron Paul, qui n'a gagné à ce stade aucune consultation organisée dans le cadre des primaires.

Un soutien de poids

Dans la perspective de la présidentielle, le ralliement de M. Santorum pourrait aider Mitt Romney à attirer plus fermement l'électorat le plus conservateur du pays. L'ancien sénateur de Pennsylvanie a en effet mené campagne contre l'avortement et contre les droits des homosexuels.

M. Santorum, qui a remporté onze consultations avant de se retirer des primaires, a multiplié les attaques contre Romney au cours des débats télévisés ou dans ses spots de campagne et a tardé à se ranger derrière celui qu'il qualifiait de «modéré du Massachusetts».

(ats)