Présidentielle 2012

13 décembre 2011 07:05; Act: 20.01.2012 10:58 Print

Gingrich promet d'être fidèle à sa femme

Newt Gingrich, en course pour l'investiture républicaine, a annoncé qu'il serait fidèle à sa troisième épouse. L'homme était attaqué sur sa vie privée après avoir divorcé deux fois.

storybild

Newt Gingrich et sa troisième épouse Calista. (Photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Attaqué par ses rivaux à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine de 2012, le candidat Newt Gingrich a promis lundi de rester fidèle à sa troisième épouse. Dans le passé, il avait été infidèle à ses deux précédentes épouses.

L'ancien président de la chambre des représentants a formulé cette promesse au moment où les enquêtes d'opinion signalent une légère baisse de sa cote de popularité dans l'Iowa, Etat dans lequel doit débuter le processus de désignation du candidat républicain le 3 janvier.

Newt Gingrich a adressé au dirigeant d'un puissant groupe évangéliste de l'Etat, Bob Vander Plaats, une lettre dans laquelle il affirme son soutien à l'institution du mariage.

Le candidat, qui cherche à rallier sous son nom le vote des chrétiens évangélistes, tente de faire amende honorable de son passé perçu comme un obstacle potentiel à sa désignation.

Agé de 68 ans, M. Gingrich a reconnu avoir été infidèle à ses deux premières femmes avant d'épouser Callista, son ancienne attachée parlementaire avec laquelle il avait eu une liaison.

L'importance du privé

Cette déclaration intervient alors que son rival Mitt Romney vient de diffuser une publicité dans laquelle il vante ses 42 années de mariage avec «la même femme», Ann, tandis que le gouverneur du Texas, Rick Perry, avait soulevé cette question de la fidélité lors d'un débat télévisé samedi.

«Je promets de soutenir l'institution du mariage en observant une fidélité personnelle à mon épouse et en respectant les liens du mariage», écrit M. Gingrich dans sa lettre.

Newt Gingrich a surpris ses adversaires à l'investiture en prenant la tête des sondages après le retrait d'Herman Cain, contraint de renoncer à sa campagne en raison d'accusations de harcèlement sexuel et d'adultère.

Dans une réponse adressée à la missive du candidat, Vander Plaats se déclare satisfait de la promesse formulée mais ne précise pas s'il soutiendra la candidature de Gingrich.

(ats)