Communales - VD

13 mars 2011 17:15; Act: 13.03.2011 18:14 Print

Brélaz parle «d'un certain effet d'usure»

Le syndic Daniel Brélaz encaisse le coup de son mauvais score provisoire au premier tour de l'élection communale lausannoise.

storybild

Daniel Brélaz n'a pas eu le succès escompté lors des communales lausannoises. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le syndic Daniel Brélaz parle d'«un certain effet d'usure» qui expliquerait «la baisse spectaculaire» de 2000 voix par rapport à 2006, lors des communales de dimanche.

Géant vert omniprésent sur la scène politique lausannoise, Daniel Brélaz se retrouve dimanche en dernière position sur les six candidats de gauche qui seraient élus au premier tour. Avec 50,4% des voix, il risque de devoir se présenter au second tour et promet le cas échéant «de clarifier deux ou trois choses pour les électeurs lausannois», a-t-il déclaré à l'ATS.

Daniel Brélaz explique ce camouflet par le fait d'avoir dû assumer «les casseroles» de beaucoup d'autres, à l'exemple de l'assainissement de la caisse de pension que personne n'a voulu traiter. Cette «addition» de problèmes explique le recul alors que «personne ne m'a dit dans la rue qu'il n'était pas content».

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • XYZ le 13.03.2011 21:35 Report dénoncer ce commentaire

    Parti socialiste ???

    Un parti peut-il se dire socialiste quand il prétérite les travailleurs des entreprises locales en achetant les roses produites à l'étranger? Finalement le parti socialiste est un exploiteur et met dans la gêne les travailleurs qu'il dit défendre du patronat.

  • pakky le 13.03.2011 19:31 Report dénoncer ce commentaire

    A Force de ne pas écouter les problèmes du peuple

    Ce résultat est normal dans le sens ou tous les partis traditionnels snobent la population et ne s'occupent pas des vrais problèmes des Genevois et Vaudois. Malheureusement ce n'est qu'un début, ne vous étonnez pas avec la future razzia des UDC aux élections fédérales, étant donné que tous ces parties font la même chose et que leurs conseillers fédéraux ne prennent pas en considération les problèmes du peuple.

  • lokhoum le 13.03.2011 17:12 Report dénoncer ce commentaire

    la crise politique avant la crise sociale

    Avec ce taux de participation le pouvoir n'a plus de légitimi-té.Après la crise économique,la crise politique. Mensonges, abus de pouvoir, abus de privilèges la classe politique et ses sbires sont durablement discrédité

Les derniers commentaires

  • Michel le 15.03.2011 00:41 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo aux électeurs

    Et tant pis pour les tristes sires qui n'acceptent pas le choix démocratique des électeurs.

  • David Vincent le 14.03.2011 16:31 Report dénoncer ce commentaire

    et 1 de plus

    C'est décidé je vais passer du côté des glandus :-)

  • Seb le 14.03.2011 15:41 Report dénoncer ce commentaire

    Triste sort [2/2]

    [...] Somme toute, ils sont règlementariste à outrance, tout le temps sur la défensive et trop peu (ou pas) ingénieux. Attention à ne pas confondre PS avec le Parti Philanthrope (ou altruiste) ! Ce dernier nexiste pas (encore)

  • Seb le 14.03.2011 15:39 Report dénoncer ce commentaire

    Triste sort [1/2]

    Désolant ! Une majorité des votants romands n'a toujours pas compris lampleur de ses choix politiques. Pourtant, nul besoins de voter UDC à tout prix. Mais arrêtez donc de voter pour ces fantasques de socialistes. Ça fait trop longtemps que ce parti ne sait plus penser ni agir « social » (et par pitié, ne les laissez surtout pas exposer la définition de ce mot). Aussi, le PS ne fait que de réunir des individualistes invétérés, incapable de concevoir qqch pour le bien dune communauté (quelle soit cosmopolite ou non, na pas dimportance)...

    • Re le 15.03.2011 07:51 Report dénoncer ce commentaire

      Immigrés otage du socialisme

      Tant à Genève qu'à Lausanne les socialistes et les verts sont bonnets rouges et rouges bonnets. C'est le principe de vases communiquants. Quand l'un se dégonfle, l'autre se regonfle. Les immigrés finissent par comprendre que la grosse farce consiste à faire venir et entretenir toute la misère de la planète pour pouvoir dénoncer le manque de logements et la rapacité des milieux de l'immobilier qui doivent certainement participer à leur trésorie. A l'évidence, le grand capital finance les gauches. Vous avez déjà oublié Doriot agitant ses liasses de billets. Voilà un socialiste pur jus.

  • Pat le 14.03.2011 12:04 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage pour ces villes

    Je regrette que la gauche ait ainsi pris des sièges. Alors qu'enfin la Ville de Genève a compris que la gauche menait la société à la faillite (à mon avis), il faut maintenant que le Canton de Vaud vote à gauche! Vivement les élections nationales en automne en espérant que la droite, plus particulièrement l'UDC prenne le dessus.