Athènes

27 juin 2011 21:27; Act: 28.06.2011 08:19 Print

Retard pour des broutilles administratives

par Shahïn Ammane, Athènes - Les délégations dénoncent des pressions de l'Etat hébreu sur les autorités portuaires grecques.

storybild

Des sympathisants ont manifesté hier dans les rues d’Athènes. (Photo: AP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le départ de dix bateaux transportant de l’aide humanitaire à Gaza est reporté à jeudi ou vendredi, ont annoncé les organisateurs, hier à Athènes. Ils ont pointé du doigt les pressions exercées, selon eux, par Israël sur la Grèce et les 21 autres pays prenant part à la Flottille de la liberté II, baptisée «Rester humain». «Ils veulent exporter leur blocus de Gaza à Athènes», s’est exclamé Dror Freiler, chef de file de la délégation de l’organisation Juifs européens pour une paix juste.

Des tracasseries administratives viennent en effet de retarder un départ prévu initialement en mars. Selon nos informations, il s’agirait du bateau américain, qui, d’après les Grecs, ferait l’objet d’un souci d’ordre «écologique». Il a beau être le plus récent et le mieux équipé de la flottille, son système de filtrage des eaux est en révision.

Mais l’optimisme des 350 personnes résolues à briser le siège de Gaza reste intact, malgré les avertissements lancés par Israël. «Nous disons au peuple de Gaza: «Nous arrivons,» a lancé hier Ann Wight,­ de la délégation américaine.

Equipages et navires, dont le cargo suisse transportant près de mille tonnes d’aide humanitaire (médicaments, ambulance, ciment), doivent se rejoindre ces deux prochains jours au large de la Crète. Le point de rendez vous est tenu top secret.