Flotille humaniatire

30 juin 2011 11:35; Act: 30.06.2011 14:34 Print

Un bateau irlandais saboté en Turquie

Un bateau irlandais de «la flottille vers Gaza» a été saboté, a affirmé jeudi à Dublin le comité irlandais parrainant le navire, en considérant Israël comme «le principal suspect».

Sur ce sujet
Une faute?

Les activistes de la Flottille pour Gaza ont subi un nouveau revers avec l'annonce mercredi d'une avarie sur un deuxième bateau. Ils ont dénoncé un «sabotage» israélien. Cet incident pourrait reporter le départ de leur flottille au prochain week-end.

De plus, les organisateurs ont admis qu'ils progressaient peu dans leurs tractations avec le gouvernement grec visant à obtenir pour cette flottille internationale l'autorisation d'appareiller du port du Pirée, près d'Athènes.

Un bateau irlandais mouillant dans le port turc de Gocek «a un problème avec son hélice, nous ne savons pas encore à quel point c'est grave, mais nous pensons qu'elle pourrait avoir été sabotée», a déclaré mercredi soir la militante française Claude Léostic, coordinatrice de la flottille.

Incident meurtrier

«Israël est le seul susceptible d'avoir conduit cette opération et le gouvernement irlandais et les autorités d'Irlande du Nord doivent insister pour que les auteurs de cet acte de terrorisme soient traduits devant la justice», a renchéri jeudi à Dublin Fintan Lane, chef du comité irlandais parrainant le navire.

L'un des membres de l'équipage du Saoirse (»liberté» en gaélique), l'ancien international de rugby irlandais Trevor Hogan, a déclaré jeudi à la RTE que si le sabotage n'avait pas été détecté, il aurait eu pour conséquence «d'entraîner le naufrage du navire, en provoquant très certainement la perte de vies humaines».

Deux cas «très similaires»

Selon le comité irlandais, l'avarie serait «très similaire» à celle qui aurait endommagé en Grèce le Juliano, un autre navire de la flottille, qui transporte des militants suédois, norvégiens et grecs.

Selon Mme Léostic, le Juliano ne sera pas réparé avant samedi au plus tôt. «Et même s'il est réparé, c'est le moindre de nos soucis. Nous n'avons tout simplement pas la permission des Grecs de quitter le port», a-t-elle déclaré. Selon elle, seuls le bateau espagnol et l'un des bateaux français ont l'autorisation d'appareiller.

Les organisateurs ont par ailleurs indiqué que le navire américain, le Audacity of Hope, avait des problèmes d'assurance et ont attribué les difficultés qu'il rencontre au gouvernement américain, qui selon eux «exerce une forte pression sur la Grèce» pour qu'elle l'empêche de partir.

Réduits à l'attente, certains activistes envisagent de manifester dans les rues pour protester contre les retards subis par leur flottille. D'autres pensent que les problèmes administratifs et techniques pourraient signifier que la flottille «ne partira jamais».

(afp)