Centrale de Mühleberg (BE)

16 mars 2011 09:53; Act: 16.03.2011 10:47 Print

Les Bernois devront à nouveau voter

Les prises de position des cantons à propos des nouvelles centrales sont caduques car la Confédération envisage un nouveau mode d’autorisation.

storybild

Si le Conseil fédéral décide un jour de relancer une procédure d'autorisation pour de nouvelles centrales, les Bernois devraient s'exprimer à nouveau sur Mühleberg. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le 13 février dernier, les électeurs bernois approuvaient avec 51,2% de voix la construction d’une nouvelle centrale nucléaire à Mühleberg (BE). Après les tragiques événements dans les centrales atomiques au Japon, ce résultat est non seulement politiquement sans valeur, mais il a également perdu toute signification formelle. La décision de la ministre de l’énergie Doris Leuthard de cesser, avec effet immédiat, la procédure d’autorisation de nouvelles centrales, rend en effet caduques les votes consultatifs qui ont déjà eu lieu, dont notamment celui des Bernois il y a plus d’un mois.

Selon Marianne Zünd, cheffe de l’information à l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), la Confédération exigera des cantons de nouvelles prises de position au cas où celle-ci décidait de relancer une nouvelle procédure d’autorisation. Car il faudra s’attendre à ce que les requêtes des principaux opérateurs de centrales soient à leur tour modifiées en tenant compte de nouvelles connaissances techniques acquises, entre autres, suite aux accidents nucléaires japonais.

Pour les citoyens du canton de Berne cela signifie qu’ils devront très probablement retourner aux urnes pour voter une deuxième fois sur la construction d’une nouvelle centrale à Mühleberg, estime la «Berner Zeitung». Après la catastrophe nucléaire au Japon, il est politiquement invraisemblable que les citoyens ne soient pas consultés à nouveau. Quant à savoir quand une votation pourrait avoir lieu, c’est une autre question. Selon Marianne Zünd de l’OFEN, «il faudra patienter au moins un ans, si ce n’est plus, avant que le Conseil fédéral décide de relancer la procédure d’autorisation de nouvelles centrales». La votation populaire au plan fédéral prévue a l’origine pour 2013 sera vraisemblablement reportée à 2015, si elle devait encore avoir une raison d’être.

(rga)