Lutte contre le nucléaire

12 mars 2011 16:45; Act: 14.03.2011 09:26 Print

60'000 personnes forment une chaîne humaine

Environ 60'000 personnes ont formé samedi une chaîne humaine pour protester contre l'énergie nucléaire, en l'Allemagne, alors que la menace d'un accident nucléaire planait au Japon.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Environ 60'000 personnes ont formé une chaîne sur 45 km, entre une centrale nucléaire à Neckarwestheim et la ville de Stuttgart», capitale du Bade-Wurtemberg, a dit Jochen Stay, de l'association Ausgestrahlt (Irradié).

Dans cette région est prévue dans deux semaines une élection régionale à risque pour la chancelière Angela Merkel. Son parti conservateur CDU risque d'y être détrôné, après un demi-siècle de règne, par les Verts et les sociaux-démocrates, en raison notamment d'un vigoureux mouvement de contestation d'un vaste chantier de rénovation autour de la gare de Stuttgart.

Plusieurs associations écologistes avaient appelé à l'organisation de cette chaîne humaine, dans le but de faire monter la pression à deux semaines de ce scrutin en Bade-Wurtemberg, région-clé pour «la politique énergétique à l'avenir».

L'exemple japonais

Le collectif appelle à récidiver avec des «veillées anti-nucléaires» à travers l'Allemagne lundi à partir de 18H00 locales (17H00 GMT).

«Les événements au Japon montrent une nouvelle fois combien l'énergie nucléaire est incontrôlable et dangereuse», a dit Jochen Stay.

Les craintes d'un accident nucléaire majeur étaient vives après une explosion samedi dans une centrale nucléaire à 250 km de Tokyo, à la suite du très fort séisme et du tsunami qui ont fait la veille plus de 1800 morts et disparus.

«Angela Merkel et Stefan Mappus (chef du gouvernement régional du Bade-Wurtemberg) vont comprendre que celui qui prolonge la durée de vie des centrales (nucléaires) raccourcit sa propre durée de vie gouvernementale», selon Jochen Stay.

Le parlement allemand a voté à l'automne 2009 l'allongement de l'exploitation des centrales nucléaires, reniant ainsi l'arrêt progressif qui avait été décidé sous le gouvernement social-démocrate/écologiste de Gerhard Schröder (1998-2005).

(afp)